Geneviève Biron, l’arme secrète de Dubé ou un cracmol mouillé ? – .

Une tâche titanesque vous attend Top Gun nommé à la tête de la nouvelle agence Santé Québec. Ceux qui la connaissent louent une manager rassembleuse qui a géré avec brio l’entreprise familiale, mais peu préparée au mammouth qu’elle va devoir apprivoiser.

• Lire aussi : Risques de conflits d’intérêts : la « muraille de Chine » promise par le nouveau patron de Santé Québec a ses limites

• Lire aussi : Groupe Santé Biron : un modèle d’affaires opportuniste

• Lire aussi : Cliniques Imagix : une bataille jusqu’à la Cour suprême pour obtenir des honoraires de la RAMQ

«C’est une femme de conviction […] axée sur les résultats, qui sait bien s’entourer, mais qui reste accessible et va sur le terrain », dit Caroline Biron, à propos de sa sœur Geneviève Biron.

Agée de 54 ans, Geneviève Biron est la plus jeune de trois filles. Elle a grandi à Saint-Lambert, sur la Rive-Sud, dans une « famille unie » qui aimait passer du temps ensemble lors de séjours de camping ou de golf.

Caroline Biron, qui lui a succédé à titre de PDG de Biron Groupe Santé en 2021, est convaincue que sa petite sœur possède toutes les qualités pour assumer ce mandat.

« Un grand pas »

Néanmoins, le choix de Geneviève Biron pour diriger l’équivalent santé d’Hydro-Québec en a surpris plus d’un.

«C’est un pas énorme», soutient l’ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Capture d’écran TVA Nouvelles

La femme d’affaires passera ainsi d’une entreprise de taille moyenne comptant 960 salariés non syndiqués au vaste réseau de santé, qui regroupe 300 000 travailleurs affiliés à différents syndicats.

Sa nomination soulève également des questions éthiques en raison de ses liens avec le secteur privé et parce que son associé, Sylvain Poirier, est conseiller stratégique dans le réseau de la santé.

De nouvelles contraintes

Gaétan Barrette a rencontré Mmoi Biron comme ministre, mais aussi comme président de l’Association des radiologues dans les années 2000.

Geneviève Biron, en 2020, alors qu’elle dirigeait encore l’entreprise familiale, au siège social de Brossard.

Ben Pelosse / JdeM

«C’est une personne sérieuse, studieuse et analytique», dit-il. Il ne l’a jamais vue arriver à une négociation « avec de gros souliers » par exemple, la décrivant plutôt comme une négociatrice raisonnable.

À Santé Québec, il faudra toutefois faire face à des contraintes qui n’existaient pas dans l’entreprise privée, ajoute-t-il.

Collaborateur depuis cinq ans au sein de Biron, Jean-François Rioux, vante son « ouverture » en tant que gestionnaire. « C’est quelqu’un qui consulte toutes les parties prenantes avant de prendre une décision », explique le président de Medioh.

« Mais cette grande ouverture fait que l’analyse prend parfois du temps », ajoute-t-il en riant, sans y voir de défaut.

Ayant travaillé avec elle au début de sa carrière, l’entrepreneur Philippe Boisclair croit que Geneviève Biron, reconnue pour son écoute et sa capacité à rallier les gens, saura améliorer le réseau public.


Photo Stevens Leblanc

«J’ai l’ambition de pouvoir offrir aux Québécois le système de santé qui leur est dû», a plaidé M.moi Biron, lundi dernier.

Privé vs public

Consultant pour Biron Groupe Santé, le Dr Marc Steben vante la « culture Biron », qui selon lui met l’accent sur un service à la clientèle rapide et de qualité, et il estime que le réseau de la santé pourrait s’en inspirer.

Mais avec cette nomination, le Regroupement des Médecins québécois pour le régime public (MQRP) s’inquiète de l’importance accordée au secteur privé.

Citant diverses études sur ce sujet, le DD Camille Pelletier Vernooy souligne que le secteur privé va augmenter les prix et baisser la qualité des soins. «Malgré des offres de plus en plus nombreuses du secteur privé, les services aux citoyens ne sont pas meilleurs», illustre-t-elle à propos des dernières années du gouvernement Legault.

– Avec la collaboration de Gabriel Côté

Geneviève Biron à la tête de Santé Québec

  • 1990 : Geneviève Biron est nommée directrice des ressources humaines chez Biron Groupe Santé, puis vice-présidente des opérations en 1998.
  • Elle a obtenu un baccalauréat en gestion de HEC Montréal et a suivi une formation à l’Université École de commerce de Londres et à l’Université McGill.
  • 2005 : Elle lance Imagix, un réseau de cliniques d’imagerie médicale.
  • 2014 : Elle succède à sa sœur Ève-Lyne à titre de présidente et directrice générale de Biron Groupe Santé
  • 2021 : Président de Propulia Capital, plateforme d’investissement pour les entrepreneurs
  • 2024 : Nommé PDG de la nouvelle agence Santé Québec avec un salaire annuel de 652 050 $ pour les deux premières années.
  • Elle sera appuyée par Frédéric Abergel (président-directeur général du CHUM) nommé vice-président exécutif aux opérations et à la transformation de Santé Québec.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV les dirigeants pointent du doigt des processus longs et déséquilibrés
NEXT Forum Maroc-USA : le royaume chérifien au cœur de la scène technologique mondiale