surmonter l’insurmontable – Actualités – .

Pour avoir été « le plus rusé des Hommes » (L’Iliade, chapitre 6, verset 153), et ayant réussi à tromper la mort à deux reprises, Sisyphe, fils d’Éole et roi de Corinthe, fut condamné à rouler un rocher sur une colline pour l’éternité. Rocher qui revenait toujours à son point de départ, condamnant Sisyphe à une tâche impossible. Le défunt roi a fini par devenir un adjectif : « Sisyphe », terme qui caractérise une tâche qui ne pourra jamais être accomplie. Sans doute ce terme a dû être inscrit en lettres enflammées dans l’esprit des 25 salariés de Supergiant Games lorsque l’envie de donner un successeur à leur titre culte s’est imposée à eux. Vous souhaitez capitaliser sur le succès deEnfers (officiellement 1 million d’exemplaires, officieusement entre 5,28 et 7,71 millions d’exemplaires vendus selon SteamDB), besoin d’Amir Rao et Gavin Simon (co-fondateurs de Supergiant) de satisfaire les investisseurs, ou besoin de relever un défi à la limite de l’impossible, estime Supergiant. Le choix de créer une suite soulève de nombreuses questions. En s’attaquant à la tâche de créer Hadès 2Supergiant Games semble avoir embrassé le mythe de Sisyphe, face au défi insurmontable de surpasser une œuvre déjà exceptionnelle.

Les Mémoires de Zeus

La tâche des développeurs n’est pas sans rappeler le châtiment de Sisyphe : chaque élément du jeu doit être repensé, amélioré, et chaque innovation testée, parfois rejetée, puis réinventée. La répétition des cycles de conception, de tests et de révision pourrait facilement décourager les esprits moins résilients. Cependant, à l’instar de Sisyphe qui, selon Camus, apprend à savourer son effort éternel, les créateurs de Hadès 2 semblent trouver dans cette démarche une forme de satisfaction et d’amélioration continue. Ou alors, ils cachent particulièrement bien leur jeu. Qu’il s’agisse de Jen Zee (Character Designer au trait incomparable) ou de Darren Korb (compositeur officiel deEnfers), ils ne cessent de communiquer leur joie de pousser ce rocher. “Cela a été plus de 24 heures de folie ! Je suis ravi de l’incroyable réponse à #Hades2 jusqu’à présent. C’est un privilège incroyable de faire ce que j’aime, travailler avec certains de mes humains préférés @SupergiantGames. …Je ferais mieux de me remettre au travail sur le reste !» a déclaré Darren Korb au lendemain du lancement de l’accès anticipé à la dernière production de Supergiant.

Hadès 2 se retrouve avec un lourd héritage à porter. Le premier jeu n’était pas seulement un succès commercial, mais une anomalie du jeu qui a redéfini les standards du genre. rogue-like, combinant des mécanismes de jeu fluides avec une narration riche et innovante. La pression de devoir faire mieux qu’un tel précédent est immense, et la communauté des joueurs, tout en ayant répondu avec ferveur, est également exigeante. Chaque nouvelle itération, chaque mise à jour et chaque annonce est scrutée avec une attention particulière, constamment comparée à l’originale. Comment ne pas décevoir ? Comment satisfaire le public sans le trahir, et sans se trahir soi-même ? Comment se débarrasser de ce rocher mythique ?

Vaincre l’insurmontable, c’est aussi réinventer le succès. Là où Sisyphe trouve son sens dans un effort perpétuel, Supergiant Games trouve sa voie dans l’innovation continue. Si le défi de Sisyphe était de défier l’absurde, celui de Supergiant Games est de défier les attentes et de prouver que même l’excellence peut être dépassée. Et tout commence par un changement de paradigme fondamental.

Dieux américains

Zagreus, icône de Enfers premier opus, était l’incarnation de la rébellion. Fils d’Hadès avec sérieux Problèmes liés au père, son objectif était de se frayer un chemin vers la liberté ultime. Nouvelle héroïne pour Hadès 2, Melinoë (nous reprendrons la typographie originale au profit du français « Mélinoé »), sœur du cher Zaggy, et accessoirement disciple d’Hécate, déesse de la Lune et de la Magie, est l’abnégation faite chair. Chaque mouvement, chaque mort de Mél est guidé uniquement par son sens du devoir, et son envie de tuer Chronos, le légendaire Titan ayant saccagé l’Olympe et s’étant emparé de la Maison d’Hadès. Le changement de focale provoqué par ce décalage modifie profondément le scénario du titre. En conservant le même système de narration que H1, Hadès 2 propose un panel émotionnel très différent, passant du discours sur la révolution post-adolescente de Zagreus à la maturité de la notion de devoir chez Melinoë. Il n’est pas bien difficile de faire un parallèle avec l’évolution de Supergiant Games. De l’auteur de jeux indépendants de niche attirant un public particulier (Pyre, Bastion, Transistor) aux créateurs de succès (Hadès 1), les enjeux changent en interne. Hadès 1 était un pied de nez aux clichés de rogue-likesouvent critiqué pour son approche affamée de la narration et pour la répétitivité inhérente au genre.

Deux ans dans le 7ème cercle deAccès anticipé avait forgé un Enfers qui dynamitait les idées reçues. Si le studio a de nouveau fait le choix de l’accès anticipé pour Hadès 2, les enjeux sont complètement différents. Nous savons tous que les artisans de Supergiant sont parfaitement capables de livrer un titre au moins aussi bon que son prédécesseur. Cette fois, nous n’avons plus affaire à des forgerons, mais à des horlogers. Toute une idée quand on pense devoir vaincre le dieu du Temps, Chronos. Jouera H2on constate rapidement que les brins d’ADN deHadès 1 sont là, sous-jacents. L’iconographie, la conservation de la perspective isométrique, la musique de Darren Korb, la narration qui défile et se construit au gré de nos tentatives, le gameplay nerveux, le système aléatoire des bénédictions divines… Tout est là, et en reprenant toutes ces briques à l’identique pour les adapter au destin dévoué de Melinoë, Supergiant aurait déjà donné naissance à une nouvelle pièce majeure. Cependant, chaque élément a été retravaillé, réajusté, repensé à la manière de l’horlogerie suisse pour produire un objet bien plus grand que la somme de ses parties.

À la bande originale toujours riche en cordes pincées et en grosses parties de guitare qui tentent (Couronne de corail ce grand plateau de fruits de mer avec ses chœurs imparables), Darren Korb a ajouté quelques effets de distorsion bien sentis et parsemé de boucles électro à la fois discrètes et complexes (The Necropolis hante mes promenades nocturnes, tout comme Âmes perdues). La touche du compositeur est là, avec l’impression qu’on a joué avec ses gimmicks et ajouté quelques pédales d’effets afin de le laisser s’exprimer encore plus librement. Une philosophie qui s’applique à l’ensemble deHadès 2. Plus on passe de temps à la croisée des chemins, dans les profondeurs du Tartare ou à la recherche de l’Olympe, plus on se rend compte que Supergiant a laissé partir les chevaux.

Les Métamorphoses

La folie des possibilités de gameplay du premier Enfers est agrémenté d’ajouts tels que des cartes arcaniques, échos du Miroir de la Nuit. Ces cartes de tarot proposent de booster les capacités de départ de l’héroïne (gain de vie à la sortie d’une pièce, augmentation du taux de dégâts, etc.) en échange de quelques consommables. On entre ici dans l’un des changements théoriques majeurs de la licence : Melinoë étant une sorcière, elle récolte, concocte, mijote et crée des potions, des objets, et même des incantations de nouveaux lieux grâce aux matériaux qu’elle met dans son sac pendant le cours. de ses courses. Initialement un peu lentes, ces mécaniques de craft ont été rééquilibrées lors du déploiement du Patch 1 pour devenir plus douces et plus fluides, rendant le craft plus délicat et moins chronophage.

Le gameplay a également été affiné. Tout d’abord, on notera le fait que toutes les armes sont neuves. Adieu Malphon, Exagriff, Coronacht et consorts, ce sont six nouvelles armes auxquelles Mél aura accès. Cinq sont accessibles pour le moment – ​​le sixième n’a pas été dévoilé – : le Sceptre de Sorcière, les Lames Sœurs, les Torches Plutoniennes, la Hache Sélène et le Crâne d’Argent. Chacune de ses armes pourra adopter des « aspects » particuliers qui modifient certains paramètres de combat pour un éventail de possibilités encore plus large. Pourtant, la meilleure idée en terme de combat était de remplacer le Lancer de Zagreus par le Glyphe de Melinoë. Fini les octaèdres que l’on lance sur les ennemis, désormais, nous devrons composer avec un cercle magique que l’on applique au sol qui, dans sa version de base, ralentira les ennemis. Cet élément simple modifie l’appréhension de la zone d’affrontement, nécessitant une observation solide, pour mieux réfléchir à son placement et élaborer une stratégie de espacement solide pour une efficacité maximale. Sachant que ce glyphe peut être amélioré, et béni par les dieux pour divers effets (foudre, feu, affaiblissement et plus si affinités). Selon le construire choisie, l’arme de départ et les arcanes activés, la gestion de ce simple cercle lumineux ravira les fans de RNG et élaboration de théories.

Pour les amateurs de défis, le système de Châtiment permettant d’augmenter la difficulté des courses est toujours présent, désormais sous le nom de Testaments, avec le même principe : choisissez votre poison pour augmenter la difficulté du jeu, afin de passer du grain de sel dans les rouages ​​de l’horloge, au point de tenter de fabriquer un Yams en étant suspendu la tête en bas dans une Madone de Fer. Nous saisissons ici un paramètre qui manquait quelque peu dans le premier Enfers : il est évident que Supergiant a pensé à coureurs de vitesse (les premiers temps records commencent à tomber, avec des temps de moins de 6 min 30 pour vaincre Chronos) et à la communauté obsessionnelle des challengers, celui-là même qui a triomphé de l’impossible défi Max Heat, trois ans après la sortie officielle de la version 1.0 d’Hadès.

Au-delà de ce travail d’expert, de ces ajustements extrêmes, de ces modifications mineures et majeures, du véritable coup de marteau qui frappe Hadès 2 réside dans la densité de cet accès anticipé. S’il reste encore quelques petits peaufinages à apporter, comme la finalisation du design de certains PNJ, la modélisation d’artefacts, et l’accès à quelques zones pas encore ouvertes, comme c’est le cas Hadès 2 est déjà l’un des jeux de l’année. Une sublimation de la matière Hadès 1, transcendé par une narration bien plus délicate, aux enjeux plus complexes, et une vraie maturation, on pourrait même parler de raffinement, de gameplay. Sans parler de ce bel équilibre entre l’artisanat et l’envie d’aller massacrer des tonnes de monstres, si difficiles à trouver et ici magnifiquement maîtrisés. L’illustre ancêtre était un diamant très pur, ce successeur le recoupa et le remodela pour le monter sur une bague d’une majesté incomparable. On en vient même à se demander : avait-il vraiment besoin d’un accès anticipé ?

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV à l’Euro 2024, l’Angleterre rate le coche et s’ouvre aux critiques
NEXT La cinquième fuite d’hélium hors de l’espace