Les bouffées, scooters, téléphones, batteries au lithium sont partout et les incendies se multiplient

Les bouffées, scooters, téléphones, batteries au lithium sont partout et les incendies se multiplient
Les bouffées, scooters, téléphones, batteries au lithium sont partout et les incendies se multiplient

Samuel Hervé, ce même après-midi sur le site de Gond-Pontouvre sous la pluie fine avant l’orage : « Un dimanche, par ce temps, chez moi, je ne quitte pas des yeux les caméras de surveillance. » se souvient-il. ” 1euh novembre [2022, le gigantesque incendie avait mobilisé 70 pompiers NDLR], il avait plu, une petite pluie. » Malgré les précautions, les procédures et les caméras thermiques, l’histoire s’est répétée et la cause du sinistre, si elle fait toujours l’objet d’une enquête, ne fait guère de doute pour Samuel Hervé. Piles électriques lithium-ion contenues dans les appareils électroménagers.

On ne se demande pas si ça va prendre feu, mais quand ça va prendre feu.

Il suffit que l’intégrité de la batterie soit corrompue lors du chargement, du transport, lorsque des tonnes de matériel sont happées par le grappin. Il leur suffit de prendre de l’eau pour qu’une réaction chimique déclenche un incendie violent et soudain. Les spécialistes parlent d’emballement thermique : une réaction incontrôlée. Des dommages ou un court-circuit peuvent provoquer une accumulation de chaleur et de pression dans la batterie. Le risque industriel est réel. Le 19 février 2024, 900 tonnes de batteries au lithium brûlent dans un entrepôt de l’Aveyron. Les pompiers ont arrosé pendant plusieurs jours.

Eau salée à évacuer

Les vidéos qui circulent sur Internet font froid dans le dos. L’éclat du feu est impressionnant. Samuel Hervé en a vu quelques-uns. “Une batterie, une batterie cassée, un peu d’eau, ça devient une bombe à retardement.” “Ce n’est pas un incendie couvant mais qui peut être déclenché par des appareils aussi inoffensifs que les “bouffées”, ces cigarettes jetables désormais interdites, les brosses à dents électriques” explique le directeur du Sirmet, exhumant une batterie de vélo d’un barillet d’appareils noyés dans de la vermiculite, le seule pierre réfractaire qui permet de stabiliser les batteries.

«C’est aussi ce que l’on retrouve dans les extincteurs de dernière génération à dispersion aqueuse de vermiculite, qui agit comme un gel», explique Alain Lassalle. Il est pompier volontaire à Angoulême, formateur en entreprise, où il met en garde contre les incendies de batteries et les risques électriques. « Ce sont celles qu’utilisent les techniciens de l’ACC, le fabricant de batteries de Nersac », explique-t-il. Mais là aussi, chaque station est équipée d’un bassin d’eau. “L’immersion est le seul moyen d’éteindre le feu.” A Nersac, « l’eau est salée. C’est ce qui permet à la batterie de se décharger plus rapidement. Car tant qu’il est chargé, il est actif. Et lorsqu’il brûle, il génère son propre oxygène. Nos extincteurs au dioxyde de carbone ne sont pas efficaces.

Le scooter dans le salon

Les accidents sont heureusement rares. Tout de même, « un ou deux incendies par mois » sur le site de Sirmet. « J’ai un concurrent à Vienne qui a brûlé il y a deux mois. Il a tiré les mêmes conclusions. » Mais Samuel Hervé, qui possède pourtant une voiture électrique « qui ne recharge jamais la nuit », a poussé la précaution à l’extrême. « À la maison, le scooter de mon fils ne recharge plus dans le garage la nuit, mais dans le salon quand nous y sommes. Idem pour la batterie de la tondeuse. » Et les téléphones. « Il faut débrancher son ordinateur portable le soir », recommande-t-il.

Alain Lassalle confirme. « Le risque, c’est un dommage mécanique ou électrique, un court-circuit, une surchauffe. » Il a vu une maison détruite parce qu’une jeune fille jouait avec son téléphone. Au début de l’année, il a vu un garçon de 16 ans se brûler les parties génitales parce que sa bouffée prenait feu dans sa poche. Un téléphone, « on le voit gonfler. Un ordinateur qui commence à fumer, il faut tout jeter. Et vite. Le feu est aussi éblouissant que les batteries lithium-ion sont efficaces, se chargent rapidement et durent longtemps. On les retrouve partout. « Il y a peu, aux caisses Carrefour de Soyaux, une femme a trouvé que ça sentait le chaud. Sa cigarette électrique avait pris contact, elle commençait à chauffer dans son sac »…

Chez Sirmet, Samuel Hervé se rassure en envisageant la prochaine génération de batteries. “Au niveau de l’ion sodium, ils semblent plus stables.” Plus facile à collecter et à trier.


Alain Lassalle est pompier et formateur. Il met l’accent sur la prévention des risques.

Quentin Petit

Véhicule électrique, immersion en solution

Les professionnels de l’automobile sont en alerte. «C’est une réalité», confirme Thierry Benteyn, directeur de la branche charentaise des Mobilians, le syndicat des professionnels de l’automobile. Les assureurs sont de plus en plus soucieux d’en tenir compte. Aujourd’hui, nous essayons de stocker séparément les véhicules électriques endommagés jusqu’à ce que nous ayons un diagnostic final. » Et pourrait se poser la question de l’accès des véhicules électriques aux parkings souterrains. C’est lors de la recharge que le risque serait le plus grand. Et sur les lieux des accidents. «Ça complique les interventions, surtout s’il faut désincarcérer», explique Alain Lassalle, le pompier. Chaque constructeur a détaillé sur une application les zones rouges, où on ne peut pas couper, car il y a de l’énergie.»
Un test a même stupéfié les professionnels du recyclage. « Ils ont incendié une voiture électrique et l’ont immergée dans l’eau pendant six mois. Le feu a repris dès leur sortie. » A Sirmet, la benne est jaune canari mais toujours vide. Un autocollant annonce la destination « immersion véhicule électrique ». «Il n’y a pratiquement pas d’alternative», estime Alain Lassalle. Il y a deux ou trois ans, un véhicule prenait feu sur un pont dans un atelier de Champniers. Nos moyens d’extinction, eau et mousse, n’ont pas été efficaces. Il a fallu un chariot élévateur pour immerger la voiture dans une benne pendant deux semaines. » En Brie, il y a quinze jours, un SUV MG prenait feu dans un garage. «Je recommande même d’y installer des détecteurs de fumée. »

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV des inondations touchent la Wallonie picarde
NEXT qui est Jade Gilquin, candidate de la 5e circonscription de l’Aisne ? – .