La Russie lance une offensive terrestre dans la région de Kharkiv

La Russie lance une offensive terrestre dans la région de Kharkiv
La Russie lance une offensive terrestre dans la région de Kharkiv

Le ministère ukrainien de la Défense a annoncé vendredi que la Russie avait lancé une offensive terrestre dans la région de Kharkiv, au nord-est de l’Ukraine, et tenté de « percer les lignes de défense ». Les « combats d’intensités diverses » se poursuivent sur place. Suivez notre diffusion en direct.

La Russie a lancé vendredi une offensive terrestre dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine, et a tenté de “percer les lignes de défense”, a déclaré le ministère ukrainien de la Défense, affirmant que les combats se poursuivaient. Cette zone n’avait pas été la cible de telles attaques depuis le retrait des troupes du Kremlin de la quasi-totalité de la région de Kharkiv, face à une contre-offensive ukrainienne à l’automne 2022.

Les informations principales :

  • La Russie a lancé une opération dans la région de Kharkiv et tente de « percer les lignes de défense »
  • Les attaques ont été repoussées mais les « combats d’intensité variable » se poursuivent, selon le ministère ukrainien de la Défense
  • Volodymyr Zelensky parle d’une « bataille acharnée » toujours en cours là-bas

Les « combats de diverses intensités » se poursuivent

“Au cours de la dernière journée, l’ennemi a mené des frappes aériennes dans le secteur de Vovchansk”, limitrophe de la région russe de Belgorod, avec des bombes aériennes guidées, a indiqué le ministère ukrainien de la Défense. “Vers 5 heures du matin, l’ennemi a tenté de percer nos lignes de défense à l’aide de véhicules blindés”, ajoute la même Source, sans préciser le lieu exact de cette attaque.

Le ministère a assuré que ces attaques avaient été « repoussées » mais que des « combats d’intensités diverses » se poursuivaient et que des « unités de réserve » avaient été déployées pour « renforcer la défense » de la zone. Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, une « bataille féroce » y est toujours en cours. “La Russie a lancé une nouvelle vague d’actions contre-offensives dans cette direction”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, tout en assurant que son état-major “le savait” et avait “répondu à l’ennemi par le feu”.

Un civil a été tué et cinq autres blessés à Vovchansk lors de frappes survenues dans la matinée, a indiqué le gouverneur régional, ajoutant qu’un autre civil avait été tué lors d’une frappe dans la ville de Cherkaski Tychky, au nord de Kharkiv.

Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine et objectif majeur du Kremlin

Située au nord-est de l’Ukraine, la région, dont la capitale est Kharkiv, la deuxième ville du pays, reste un objectif majeur pour le Kremlin. Les forces de Moscou “ont pénétré d’un kilomètre en territoire ukrainien” et tentent d’avancer jusqu’à “dix kilomètres”, a indiqué vendredi une Source haut placée au sein du commandement militaire ukrainien. La Russie cherche à créer une « zone tampon » pour empêcher l’Ukraine de frapper la région russe de Belgorod, très régulièrement ciblée, a-t-elle ajouté.

La région de Kharkiv a été très souvent bombardée ces derniers mois, notamment ses infrastructures énergétiques, et l’Ukraine s’inquiète depuis plusieurs semaines d’une potentielle nouvelle offensive russe dans la zone. Des évacuations de civils ont été ordonnées autour de Vovchansk, a indiqué un responsable local.

« La ville (de Vovchansk) subit actuellement des bombardements massifs. Les habitants n’ont jamais vu de telles grèves auparavant », a-t-il déclaré à la radio ukrainienne Hromadske Radio. Selon lui, les tirs se sont intensifiés depuis 3 heures du matin dans cette ville qui compte 3 000 habitants.

Déstabiliser la frontière

La chaîne militaire ukrainienne DeepState affirme sur Telegram que l’ennemi a « activé » des opérations dans la région et tente de pénétrer dans les colonies frontalières de Strilecha, Krasne, Pylna, Borysivka, Guatyshche et Pletenivka. « Les moyens mobilisés par l’ennemi ne permettent pas actuellement une pénétration profonde », a assuré cette Source, estimant que l’opération visait à « déstabiliser » la frontière.

Selon la chaîne Rybar Telegram, proche de l’armée moscovite, des unités russes stationnées dans leur pays ont mené des frappes pour « réduire les capacités de défense ukrainiennes » et des groupes de combat « avancés » ont commencé à « nettoyer » la zone. Les experts de Rybar estiment que la zone de combat s’est « étendue jusqu’à une profondeur de deux à trois kilomètres par endroits » et qu’il ne s’agit pas, pour l’instant, d’une offensive à grande échelle, mais plutôt d’une « opération de reconnaissance menée avec succès ».

Une armée ukrainienne en difficulté sur le front

L’armée ukrainienne est à la peine sur le front, fragilisée par le manque de recrues et les retards dans l’acheminement de l’aide occidentale, qui ont notamment vidé ses stocks de munitions. Washington a validé, fin avril, une enveloppe de 61 milliards de dollars d’aide, au grand soulagement de Kiev, mais il faudra attendre un certain temps pour que cette aide se concrétise sur le champ de bataille.

En face, les forces russes revendiquent des gains territoriaux limités, principalement à l’est, au prix de lourdes pertes humaines, mais sans parvenir à de véritable percée. La Russie, qui bénéficie de davantage d’hommes, d’armes et d’une industrie de défense plus puissante, a repris l’initiative après l’échec de l’offensive ukrainienne à l’été 2023.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un observatoire de la micromobilité pour partager les connaissances sur les appareils de déplacement personnels motorisés
NEXT qui est le 13ème Chevalier d’Or ? – .