Un Boeing 787 d’Air France atterrit en urgence à cause d’une “odeur chaude ressentie dans la cabine” – Libération

Un Boeing 787 d’Air France atterrit en urgence à cause d’une “odeur chaude ressentie dans la cabine” – Libération
Un Boeing 787 d’Air France atterrit en urgence à cause d’une “odeur chaude ressentie dans la cabine” – Libération

Un vol Paris-Seattle a été contraint de se dérouter vers un aéroport canadien, a annoncé ce mercredi 8 mai la compagnie française. Le 787 « Dreamliner » de Boeing est au cœur d’une enquête de l’autorité américaine de sécurité aérienne.

La séquence noire se poursuit pour l’avionneur américain. Un Boeing 787 d’Air France, qui effectuait un vol Paris-Seattle, a été dérouté mardi vers un aéroport canadien suite à “l’apparition d’une odeur chaude ressentie dans l’habitacle”, a admis la compagnie aérienne ce mercredi 8 mai. « Cette décision a été prise conformément aux procédures du fabricant, aux instructions de l’entreprise et en application du principe de précaution. L’avion a atterri normalement à Iqaluit [ville du nord-est du Canada, NDLR] à 10h44, heure locale » Mardi, est-il précisé dans un communiqué.

Selon un porte-parole, « Les premiers contrôles du mécanicien d’Air France détaché sur place n’ont pour l’instant révélé aucune anomalie. Ces contrôles se poursuivent ».

« Air France suit scrupuleusement les demandes et recommandations des autorités françaises et internationales. Aucune réserve n’a été émise concernant les flottes de Boeing 787 et 777 exploité par notre société », a rappelé ce dernier. Les passagers du vol détourné ont été transportés à l’aéroport de New York-JFK avant d’être redirigés vers Seattle. “dès que possible”.

Boeing traverse une période difficile après plusieurs incidents. Trois des quatre modèles d’avions commerciaux actuellement fabriqués par le groupe américain font officiellement l’objet d’une enquête de l’Agence américaine de régulation de l’aviation civile (FAA), dont le 787 « Dreamliner ».

L’autorité américaine de sécurité aérienne, la FAA, a ouvert lundi une enquête sur Boeing, afin de déterminer si l’avionneur a procédé aux inspections requises sur son emblématique 787 « Dreamliner », concernant la jonction des ailes au fuselage, et si tous les documents liés à ces inspections ont été falsifiés par les employés. Cette enquête a été ouverte après que l’avionneur ait informé la FAA en avril qu’il « peut ne pas avoir effectué les inspections requises ». L’avionneur “réinspecte tous les 787 avions encore en production et doit également élaborer un plan pour prendre soin de la flotte en service”, ajoute la FAA.

Le 787 Dreamliner et le 737 MAX subissent depuis 2023 de nombreux problèmes de production, qui ont ralenti les livraisons de l’avionneur. Cela a contraint plusieurs compagnies aériennes à modifier leurs horaires de vols pour 2024.

“Problèmes sérieux”

Boeing, qui avait déjà peiné à se relever après deux crashs en 2018 et 2019, est dans la tourmente après une succession de problèmes de qualité et de sécurité sur ses avions depuis plus d’un an. Un avion d’Alaska Airlines a notamment perdu un porte-casquette en vol le 5 janvier.

Le 17 avril, quatre lanceurs d’alerte, dont un ingénieur et d’anciens employés de Boeing, ont témoigné devant une enquête du Sénat américain pour mettre en garde contre “Problèmes sérieux” production des avions Boeing 737 MAX, 787 Dreamliner et 777. Cela a conduit le directeur général de Boeing, Dave Calhoun, à annoncer qu’il démissionnerait à la fin de l’année.

Depuis, deux de ces quatre lanceurs d’alerte sont décédés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les contrats à terme se redressent après que les craintes d’inflation ébranlent Wall Street
NEXT deux conditions préalables à la paix