A Blois, les incroyables sculptures animalières de Benoit Huot

A Blois, les incroyables sculptures animalières de Benoit Huot
A Blois, les incroyables sculptures animalières de Benoit Huot

Un troupeau d’animaux empaillés envahi le Fondation du Doute, à Blois : cerfs divins, chimères hurlantes ou encore totems à tête de chèvre (mesurant jusqu’à trois mètres de hauteur !) habillés d’étoffes et de passementeries, reliques et bibelots en tout genre.

Fantastiques et colorés, ils ont été créés par l’artiste Benoit Huot (né en 1966) entre 2012 et aujourd’hui : « Quand je crée, j’ai l’impression de réparer un acte : la mort », nous raconte-t-il avant de revenir sur les origines de cette pratique insolite.

Une pratique inhabituelle survenue par hasard

Portrait de Benoit Huot parmi ses créations

je

© Benoit Huot / Photo Ville de Blois, Nicolas Wietrich

Tout a commencé en 1995quand ce peintre de formation abandonne ses pinceaux pour restaurer une ancienne ferme dans une maison-atelier, dans un petit village du Doubs. Dans les cloisons et faux plafonds, il découvre animaux séchés : des rats, des souris, des petites belettes et même un chat, qu’il décide de garder.

Plus tard, il a eu l’idée de décorez-les et façonnez-les en petites boîtes pour faciliter leur passage vers l’au-delà. Il se tourne alors vers empaillagesillonnant les brocantes et les vide-greniers à la recherche de spécimens plus gros mais aussi de tissus, statuettes ou jouets qu’il stocke pour ornez vos animauxsublimez-les.

« Conjurer la mort en la regardant en face et en travaillant avec elle »

« J’ai ce besoin de protéger mes animaux, de les faire passer du profane au sacré. »

Parfois ça les recouvre complètement, comme ça cerf couronné d’un signe latin et d’un Christ en croix [ill. en une], dont on ne voit les restes que les yeux reflétant son dernier moment de vie sur terre. Le long de sa colonne vertébrale se trouvent quatre crânes humains décorés de fleurs en tissu et de colliers de coquillages.

Technique mixte • 235 × 130 × 75 cm • Coll. privé • © Benoit Huot, Gray, 2024 / Photo Ville de Blois, François Lauginie

« J’ai ce besoin de protéger mes animaux, de les faire passer du profane au sacré », ajoute-t-il, cultivant une esthétique ornementale qui rappelle les processions religieuses, sculptant également des créatures avec masques exotiques et coiffe exubérante. Selon lui, son art est une manière de « conjurer la mort en la regardant en face et en travaillant avec elle. En fait, personne n’en sort indemne.

Flèche

Benoit Huot – Les gens qui viennent

Du 16 mars 2024 au 2 juin 2024

www.fondationdudoute.fr

Fondation du doute • 14 Rue de la Paix • 41000 Blois
www.fondationdudoute.fr

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Frank McCourt est-il responsable du fiasco marseillais ? – .
NEXT l’accusé reconnaît une « erreur fatale »