« J’ai envie de voir à quoi peut ressembler une saison de plus », confie Julien Winkelmuller, le toulousain

« J’ai envie de voir à quoi peut ressembler une saison de plus », confie Julien Winkelmuller, le toulousain
« J’ai envie de voir à quoi peut ressembler une saison de plus », confie Julien Winkelmuller, le toulousain

l’essentiel
Malgré l’élimination en quarts de finale du championnat, Julien Winkelmuller, le tireur toulousain, dresse un bilan positif de la saison écoulée et justifie son choix de prolonger chez les Spacer’s.

Nous reviendrons un peu plus tard sur votre bilan de cette saison, mais commençons par votre prolongation d’un an : un choix que vous avez fait assez tôt, pourquoi ?

Le mercato en France fonctionne comme ça, il faut se décider assez tôt (février-mars, NDLR). Mon choix a été assez simple car c’est rare de se sentir aussi bien en groupe. Je savais que l’équipe n’allait pas beaucoup bouger (un passeur et un joueur central vont rejoindre le noyau dur, NDLR) et j’avais très envie de voir ce qu’une saison de plus pourrait apporter.

Pourtant, on a dû vous le demander ?

J’ai eu un début de ligne de touche mais les managers ont bien joué en venant vite me dire qu’ils aimeraient que je reste (il rit). Je leur ai dit en début de saison que si je me sentais bien ici, je n’aurais aucun problème à prolonger (un an, NDLR). Cela leur a permis de ne pas chercher un nouveau spécialiste et de se concentrer sur d’autres postes.

Lire aussi :
Spacer’s Volley : clap de fin pour Toulouse qui ne verra pas les demi-finales

Cette élimination face à Tourcoing au terme du cinquième match décisif (1-3) a-t-elle été digérée aujourd’hui ?

Le cinquième match nous laisse un petit goût de frustration. A l’époque on s’est dit qu’il y avait sans doute un peu mieux à faire. Et puis avec un peu de recul on voit quand même qu’on a fait une belle saison.

Est-ce que cela vous donne envie d’aller encore plus haut la saison prochaine ?

Bien sûr, ça donne faim ! Dès le début de la saison dans le vestiaire on avait visé l’objectif de faire les barrages : ça n’était pas arrivé depuis longtemps ici (2017, NDLR) et c’est déjà une première étape. Le club a gagné en visibilité, c’est indéniable.

Lire aussi :
Volley des Spacers : “Notre état d’esprit plaît aux gens”, estime Patrick Duflos, l’entraîneur toulousain

Selon vous, la façon dont les autres équipes perçoivent les Spacers va-t-elle changer ?

On va se faire attendre un peu, oui. Ces dernières années peut-être que les équipes face à Toulouse se disaient qu’il n’était pas indispensable d’être à 100% pour gagner. Maintenant, tout le monde sait qu’il va falloir donner le meilleur de son volley contre nous. C’est ce que nous voulions montrer aux autres équipes. Cette saison j’ai beaucoup entendu « avant on aurait perdu ce match » et ce changement de mentalité est très important pour la suite. Nous avons également créé une audience qui se reflète dans les valeurs que nous véhiculons. Nous avons gagné beaucoup de matches mentalement et les gens aiment ça. Il n’y a aucune raison pour que cela change la saison prochaine.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV l’archipel entame un lent retour à la normale avec la levée de l’état d’urgence
NEXT un sexagénaire dans un état grave après avoir fait plusieurs tonneaux dans son véhicule