Une jeune femme harcelée par son ex même sur Twint

Une jeune femme harcelée par son ex même sur Twint
Une jeune femme harcelée par son ex même sur Twint

Depuis deux mois, Sarah (ce n’est pas son vrai nom) vit un cauchemar. Depuis sa rupture avec son petit ami, elle subit un harcèlement traumatisant. «Après notre rupture, il venait chaque semaine à ma porte avec des fleurs et des lettres», raconte cette Saint-Galloise de 21 ans qui vit toujours chez ses parents.

La jeune femme lui demande de la laisser tranquille. En vain. Il la bombarde de messages et d’appels, sur WhatsApp et Instagram. «Je l’ai ensuite bloqué sur tous les canaux possibles», raconte-t-elle. Tous? Non, pas sur Twint. Car l’application de paiement ne propose pas la fonction de blocage.

Et le jeune homme en profite. « Il me verse des sommes de quelques centimes et peut donc m’envoyer des messages à chaque fois », déplore-t-elle. Ce harcèlement obsessionnel, appelé « stalking », est quotidien et Sarah n’en peut plus. « Je me sens impuissante et j’ai peur qu’il m’attende quelque part », confie-t-elle, désespérée. Elle a également envisagé de porter plainte : « Mais je ne veux pas en arriver là. »

Contacté, Twint décline toute responsabilité. Ce type d’incident ne se produit que « dans des cas très rares et isolés », précise-t-il. « Et les utilisateurs concernés peuvent contacter la banque émettrice de leur application Twint », conseille Demet Biçer de Twint.

Ce dernier peut alors contacter la banque émettrice du harceleur, qui peut alors bloquer l’application si son utilisation est jugée non conforme, explique-t-il. Ce qui serait justifié dans le cas de Sarah. “L’utilisation de la fonction de message à des fins d’insultes et de harcèlement est inacceptable et constitue clairement un détournement.”

A gauche comme à droite, nous appelons Twint à réagir

La réaction de Twint irrite les élus de tous bords : « Une fonction de blocage est facilement réalisable. Les plateformes comme Twint ont une responsabilité et j’espère qu’une telle fonction sera introduite en cas d’utilisation abusive de l’application», a déclaré la conseillère nationale Nina Fehr Düsel. (UDC/ZH). “Twint pourrait ainsi clairement s’opposer à une utilisation non conforme de son application”, ajoute sa collègue Sibel Arslan (V/BS). “Twint doit au moins mettre en place un service d’alerte auquel les utilisateurs peuvent s’adresser en cas d’abus”, exige Min Li Marti (PS/ZH). Mais les choses bougent : en février dernier, la Commission nationale des questions juridiques a déposé un projet de loi visant à rendre pénalement punissable le « harcèlement ».

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Il invente une machine qui permettra aux patients de changer de corps ! – .
NEXT la récente console portable a déjà droit à 110 € de réduction pour le dernier jour des French Days