La Chine lance des manœuvres militaires autour de Taïwan en guise de « punition » pour son nouveau président

La Chine lance des manœuvres militaires autour de Taïwan en guise de « punition » pour son nouveau président
La Chine lance des manœuvres militaires autour de Taïwan en guise de « punition » pour son nouveau président

Elle a mis ses menaces à exécution. La Chine a lancé jeudi des manœuvres militaires à grande échelle autour de Taïwan, avec des navires et des avions. Au cours de la semaine, elle avait menacé les autorités taïwanaises de « représailles » après avoir qualifié le discours d’investiture du nouveau président taïwanais Lai Ching-te prononcé lundi d’« admission de l’indépendance de Taiwan ».

La Chine estime que Taiwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. La Chine continentale se dit favorable à une réunification « pacifique » avec ce territoire insulaire peuplé de de 23 millions d’habitants et gouverné par un système démocratique, mais il n’a jamais renoncé au recours à la force militaire.

Les manœuvres militaires lancées jeudi constituent une « punition sévère pour les actes séparatistes des forces » Séparatistes de Taiwan et un avertissement sévère contre l’ingérence et la provocation des forces extérieures », a déclaré Li Xi, porte-parole du théâtre oriental de l’armée chinoise, dans un communiqué.

Ces exercices militaires ont débuté jeudi à 7h45 (23h45 GMT mercredi) et devraient durer jusqu’à vendredi inclus, a indiqué Li Xi. Elles ont lieu « dans le détroit de Taiwan, au nord, au sud et à l’est de l’île de Taiwan, ainsi que dans les zones autour des îles de Kinmen, Matsu, Wuqiu et Dongyin », à proximité immédiate de la côte est chinoise. .

Taipei dénonce des « actions irrationnelles »

Baptisées « Joint Sword-2024A », ces nouvelles manœuvres impliquent l’armée, la marine, l’aviation et une unité de fusées. L’objectif est de « tester les capacités réelles de combat interarmées des forces de commandement », a indiqué le porte-parole, notamment à travers « la prise de contrôle de l’ensemble du champ de bataille et des frappes de précision sur des cibles clés ».

Le ministère taïwanais de la Défense a « fermement condamné » ces manœuvres chinoises, qu’il a qualifiées de « provocations et actions irrationnelles ». “Nous avons déployé des forces maritimes, aériennes et terrestres en réponse (…) pour défendre la liberté, la démocratie et la souveraineté” de l’île, a-t-il souligné.

“Il est regrettable de voir la Chine s’engager dans un comportement militaire unilatéral et provocateur qui menace la démocratie et la liberté de Taiwan ainsi que la paix et la stabilité régionales”, a déclaré jeudi la porte-parole de la présidence de Taiwan, Karen Kuo, dans un communiqué. communiqué. « Face aux défis et menaces extérieurs, nous continuerons à défendre la démocratie », a-t-elle souligné.

Lors de sa prestation de serment lundi, Lai Ching-te, qualifié dans le passé de « séparatiste dangereux » par Pékin, a promis de défendre la démocratie face à ce qu’il qualifie de menaces chinoises. Il a appelé Pékin à « mettre fin à ses intimidations politiques et militaires », qui durent depuis plusieurs années.

Les séparatistes taïwanais « seront au pilori de la honte de l’histoire », a répondu mardi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. “La trahison de Lai Ching-te envers sa nation et ses ancêtres est honteuse”, a ajouté le ministre, qui reproche notamment à Lai Ching-te de vouloir approfondir la séparation culturelle entre l’île et le continent.

Des entreprises américaines sanctionnées

Cette semaine, la Chine a également réagi en sanctionnant plusieurs entreprises américaines qui dénonçaient la vente d’armes des États-Unis à Taïwan. Depuis l’arrivée au pouvoir sur l’île de Tsai Ing-wen (2016-2024), dont le parti, au même titre que Lai Ching-te, considère ce territoire comme déjà indépendant, les autorités taïwanaises ont renforcé leurs liens avec les Etats-Unis.

“S’appuyer sur l’étranger, c’est faire fausse route”, a déclaré jeudi l’armée chinoise dans un message montrant des images impressionnantes et menaçantes d’avions de combat, de navires et d’un missile s’envolant dans un panache de fumée. « La patrie doit être réunifiée et elle le sera inévitablement », a-t-elle souligné.

Les précédents exercices militaires chinois à grande échelle autour de Taïwan avaient eu lieu en août 2023, un « avertissement sévère » selon Pékin après une visite de Lai Ching-te, alors vice-président, aux Etats-Unis. Avant cela, Pékin avait également lancé des manœuvres d’ampleur historique en août 2022 après la visite sur l’île de Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants des États-Unis.

Un conflit ouvert dans le détroit de Taiwan, même si la plupart des experts excluent cette hypothèse à court terme, aurait un effet dévastateur sur l’économie : plus de 50 % des conteneurs transportés dans le monde transitent par ce détroit et l’île en produit 70 %. des semi-conducteurs de la planète.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Nathan Géraud et Tom Combourieu de retour de France