Gabriel Diallo n’est pas venu à Paris en touriste

Gabriel Diallo n’est pas venu à Paris en touriste
Gabriel Diallo n’est pas venu à Paris en touriste

Gabriel Diallo n’est pas venu à Paris en touriste. En effet, le Québécois est passé tout près de signer deux premières de sa jeune carrière, dimanche à Roland-Garros : remporter un premier match du tableau principal d’un tournoi majeur et ce, en comblant un déficit de deux sets à zéro.

Mais cela ne s’est pas produit. C’est finalement le revenant Kei Nishikori qui a triomphé après 4 heures 22 minutes, s’imposant 7-5, 7-6 (3), 3-6, 1-6 et 7-5. Grand maître des victoires en cinq sets (celui de dimanche était le 28e de sa carrière), le Japonais a fait fi de ses longs mois d’absence sur le circuit et a montré toute l’étendue de son expérience.

Diallo, 22 ans et professionnel depuis un an et demi, n’a pourtant pas à rougir de sa prestation. Loin de là. Serveur puissant, le Montréalais de 6’7″ a également démontré face à l’ancien quatrième mondial qu’il pouvait être un habile retourneur.

Les deux premiers tours auraient pu – et même dû – tourner en faveur des 166e joueur de l’ATP, qui avait obtenu son ticket pour la grande scène en remportant ses trois matches de qualification la semaine dernière.

Opportunités ratées

A chaque fois, Diallo a obtenu une, voire deux balles de set. Et à chaque fois, Nishikori a fermé la porte comme savent le faire ceux qui ont longtemps figuré parmi les joueurs les mieux classés de la planète.

Sauf que Nishikori, 34 ans, n’a pratiquement plus joué sur le grand circuit depuis trois ans. Sa dernière apparition dans un tournoi majeur remonte à l’Open des États-Unis 2021, le tournoi où il avait atteint la finale sept ans plus tôt.

Blessé notamment à une hanche, le Japonais a fait l’impasse sur la campagne 2022. Cette année, il n’a participé qu’à un seul match avant de se présenter à Paris.

Un bon odorat, donc…

Peut-être qu’il allait manquer d’essence dans son réservoir, surtout après deux rounds âprement disputés. Et Diallo a senti ça. Aidé par une première balle de plus en plus efficace, le Québécois a survolé les deux sets suivants.

Le géant a même obtenu le break en début de cinquième, quelques minutes après que son rival ait eu recours aux services du thérapeute sportif pour des soins du dos.

Sauf que, et voilà : alors que le soleil se couchait sur Paris, le jeu de Nishikori s’est réveillé. Et comme lors des deux premiers tours, les 350e Mondial a profité de la générosité de Diallo en fin de set pour finalement s’imposer au terme d’un combat acharné.

Une fin de match amère, certes, pour le Québécois qui avait toutes les raisons d’y croire.

Mais si Diallo n’a pas signé deux grandes premières, dimanche à Roland-Garros, il pourra au moins se vanter d’avoir mis les pieds là, dans ce grand tableau, et d’y avoir laissé une belle carte de visite. .

▶ Gabriel Diallo était le seul Canadien en compétition à Paris lors de cette première journée. Félix Auger-Aliassime (5h), Leylah Fernandez (vers 8h15) et Bianca Andreescu (vers 9h) feront leurs débuts lundi. Ce sera au tour de Denis Shapovalov mardi.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le prince William se déchaîne dans les tribunes contre son adversaire le roi Frederik
NEXT Corentin Moutet fait le show et se qualifie pour les huitièmes de finale