les autorités déclarent l’état d’urgence dans sept des 24 provinces

les autorités déclarent l’état d’urgence dans sept des 24 provinces
les autorités déclarent l’état d’urgence dans sept des 24 provinces

Les autorités déclarent l’état d’urgence dans 7 des 24 provinces

Publié aujourd’hui à 1h02 Mis à jour il y a 1 heure

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

L’Equateur a rétabli l’état d’urgence dans sept des 24 provinces du pays, où les violences se sont accrues ces dernières semaines, a annoncé mercredi le gouvernement, qui avait déjà décrété globalement ce régime d’exception en janvier. du territoire.

L’état d’urgence, qui permet le déploiement de l’armée sur la voie publique, a été déclaré mercredi pour 60 jours dans les provinces côtières de Guayas, El Oro, Santa Elena, Manabí et Los Ríos, ainsi que dans les provinces amazoniennes de Sucumbíos et Orellana. en plus du canton de Camilo Ponce Enríquez (dans la province andine d’Azuay), selon la présidence.

Selon le décret, il y a eu « une augmentation de la violence systématique perpétrée par des groupes violents organisés, des organisations terroristes et des individus belligérants non étatiques » dans ces zones.

Des soulèvements violents

En janvier, l’évasion d’un chef de gang d’une prison de haute sécurité a déclenché de violents soulèvements de la part de groupes de trafiquants de drogue, qui ont entraîné des émeutes dans les prisons, des attaques contre -, des voitures piégées, la prise d’otages temporaire de quelque 200 agents pénitentiaires et policiers, ainsi que ainsi qu’une vingtaine de décès.

Engagé dans la lutte contre les gangs de trafiquants de drogue, le président équatorien Daniel Noboa instaure alors l’état d’urgence, en vigueur pour les 90 jours autorisés par la loi, et déclare le pays en « conflit armé interne ».

Des forces publiques « dépassées »

Dans le cadre de l’état d’urgence, l’armée a reçu l’ordre de neutraliser une vingtaine de bandes criminelles liées à la mafia albanaise et aux cartels du Mexique et de Colombie, qualifiés de « terroristes » et de « belligérants ». .

“Le 9 janvier, lorsque nous avons déclaré la guerre aux groupes terroristes, nous étions dans le chaos général et, en cinq mois, nous avons réussi à rétablir la paix pour le peuple équatorien”, a déclaré Daniel Noboa dans une vidéo diffusée par la présidence. Le régime exceptionnel pour les sept provinces fait partie d’une « deuxième phase de la guerre » contre la drogue et le crime organisé, a-t-il ajouté.

Le président équatorien a affirmé que cette guerre « est devenue sectorisée. Les bandes criminelles, face à l’offensive militaire, se sont réfugiées et retranchées dans sept provinces » où les capacités des forces publiques « ont été dépassées ».

Dans ces régions, des dizaines de personnes ont été tuées lors de plusieurs massacres ces dernières semaines. Les provinces sous état d’urgence sont celles qui “ont le plus besoin de la liberté d’action des forces armées et de la police nationale”, c’est pourquoi les droits à l’inviolabilité du domicile et de la correspondance ont été suspendus, a déclaré Daniel Noboa.

“Malgré les risques importants auxquels nous sommes confrontés, nous sommes là pour garantir ce que nous avons acquis et pour réagir avec détermination et force”, a-t-il souligné.

Violations des droits humains

Autrefois considéré comme un îlot de paix en Amérique latine, l’Équateur, situé entre la Colombie et le Pérou, les deux plus grands producteurs mondiaux de cocaïne, a été frappé ces dernières années par une vague de violence, liée aux gangs rivaux. les itinéraires du trafic et le pouvoir dans les prisons.

Les homicides y ont augmenté de 800 % entre 2018 et 2023, passant de 6 à 47 pour 100 000 habitants. Depuis 2021, plus de 460 détenus ont été tués en prison.

L’ONG Human Rights Watch a déclaré mercredi que même si la criminalité est en baisse, les extorsions et les enlèvements ont augmenté et que la situation sécuritaire reste grave.

Dans une lettre ouverte adressée au président équatorien, l’organisation dénonce les « graves violations des droits humains » commises par les forces de sécurité pour faire face, selon elle, au « conflit armé interne » ouvert par les gangs.

Appelant Daniel Noboa à revenir à l’état d’urgence, Juanita Goebertus Estrada, directrice de HRW pour les Amériques, fait état d’au moins « une exécution extrajudiciaire apparente, plusieurs arrestations arbitraires et de nombreux cas de mauvais traitements en prison qui, dans certains cas, pourraient représenter torturer.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Vous voulez rester au courant de l’actualité ? « 24 Heures » vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

AFP

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT Loin d’être remis des actes criminels qu’ils ont vécus, l’IVAC leur sera retiré