Le port de Dakhla assure à lui seul plus de 90% des débarquements

Le port de Dakhla assure à lui seul plus de 90% des débarquements
Le port de Dakhla assure à lui seul plus de 90% des débarquements

HIBAPRESS-RABAT

De plus en plus présent dans la consommation quotidienne et l’alimentation des Marocains, le thon est un poisson savoureux qui se déguste aussi bien frais qu’en conserve. Loin d’être une tendance locale, la consommation exponentielle de thon est un phénomène mondial qui menace cette espèce convoitée. Célébrée le 2 mai 2024, la Journée mondiale du thon (créée en 2016) se veut un rappel périodique aux pays qui disposent de cette ressource pour contribuer à inverser la tendance à son déclin. Le Maroc, qui fait partie de ces pays privilégiés, est donc directement concerné par cet enjeu alimentaire et écologique, puisque les deux façades maritimes du pays connaissent l’exploitation de cette ressource depuis plusieurs décennies.

Ainsi, selon l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH), « en 2019, ces espèces, les thons, ont été capturées dans l’Atlantique par 122 palangriers, 955 bateaux de pêche, 35 senneurs, 23 RSW (Senne Fishing Vessel). ) et 36 chalutiers tandis qu’en Méditerranée, ces espèces ont été capturées par 44 senneurs et 40 bateaux de pêche.

Le port de Dakhla assure à lui seul plus de 90 % des débarquements de ces espèces. Par ailleurs, les thons tropicaux, notamment le patudo, l’albacore et le listao, étaient principalement exploités sur la côte atlantique marocaine par 101 palangriers, 1 senneur et 187 bateaux de pêche. Une activité de pêche qui est considérable et qui alimente tout un secteur de commercialisation et de transformation des produits de la mer.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le « tueur des RH » condamné à la perpétuité en appel
NEXT Voici quand le soleil cédera la place à la grisaille cette semaine