Le SPVM démantèle un campement pro-palestinien sur la Place Victoria – .

Le SPVM démantèle un campement pro-palestinien sur la Place Victoria – .
Le SPVM démantèle un campement pro-palestinien sur la Place Victoria – .

Depuis tôt vendredi matin, les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) démantèlent le campement pro-palestinien de la Place Victoria, au centre-ville de Montréal.

Un peu après 5 h du matin vendredi, plusieurs policiers ont pénétré dans le campement installé depuis le 22 juin. Selon ce que Radio-Canada a pu constater, une dizaine de manifestants ont quitté le campement et l’opération policière s’est déroulée dans le calme.

Le campement devra toutefois être démantelé par les autorités de la Ville de Montréal dans les prochaines heures.

Au moment de s’installer sur la place Victoria le 22 juin, le collectif Désinvestir de la Palestine a demandé à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) de rompre ses liens avec les institutions israéliennes qu’elle accuse d’être complices de la guerre en cours entre Israël et le Hamas.

Le collectif exige également que le gouvernement du Québec ferme son bureau en Israël.

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi, le collectif a notamment exigé que Caisse de dépôt et placement du Québeccéder le 14.2milliards de dollars qu’il détient en 87sociétés complices de l’occupation israélienne”,”text”:”La CDPQ se départit des 14,2 milliards $ qu’elle détient dans 87 sociétés complices de l’occupation israélienne”}}”>le Caisse de dépôt et placement du Québec Désinvestissement de 14,2 milliards de dollars auprès de 87 entreprises complices de l’occupation israélienne.

Ouvrir en mode plein écran

Le SPVM a démantelé le campement pro-palestinien de la Place Victoria, au centre-ville de Montréal, le matin du 5 juillet.

Photo : Radio-Canada / Patrice Oligny

Un autre campement pro-palestinien est installé à Montréal, dans la partie basse du campus de l’Université McGill, depuis la fin avril.

Mercredi, le ministre de la Sécurité publique du Québec, François Bonnardel, a accusé la Ville de Montréal d’être « passive » face aux camps pro-palestiniens installés dans la métropole.

Sa collègue, la ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, avait ouvertement pris position mercredi en faveur du démantèlement des camps, tout en critiquantattitude attentiste de la Ville de Montréal.

La déclaration de M. Bonnardel a provoqué une vive réaction de la part de la Ville de Montréal. Le conseiller municipal de Ville-Marie, Robert Beaudry, également membre du comité exécutif, a écrit sur son compte X : très surpris les propos du ministre. Tout en soulignant le travail accompli par les policiers de SPVMil ajoute que moins de tweets et plus de soutien seraient appréciés.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV « Tout restera entièrement ouvert » – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné