le prix littéraire Montaigne 2024 décerné à François-Henri Désérable

le prix littéraire Montaigne 2024 décerné à François-Henri Désérable
le prix littéraire Montaigne 2024 décerné à François-Henri Désérable

C’est une tradition depuis 2003. Un jury désigné conjointement par la Ville de Bordeaux et l’Académie du Vin de Bordeaux décerne le Prix Littéraire Montaigne à un essai « exprimant, pour notre époque, des valeurs d’humanisme, de tolérance et de liberté, chères à l’humanité ». le célèbre écrivain Michel de Montaigne, qui fut maire de Bordeaux…

C’est une tradition depuis 2003. Un jury désigné conjointement par la Ville de Bordeaux et l’Académie du Vin de Bordeaux décerne le Prix Littéraire Montaigne à un essai « exprimant, pour notre époque, des valeurs d’humanisme, de tolérance et de liberté, chères à l’humanité ». célèbre écrivain Michel de Montaigne, qui fut maire de Bordeaux de 1581 à 1585. »

Ce mardi 25 juin au Musée d’Aquitaine, le millésime 2024 a été attribué à François-Henri Désérable pour son œuvre « L’usure d’un monde – Une traversée de l’Iran » (Gallimard). Le portrait d’un pays sous la coupe d’un régime aux abois, sous la forme d’un parcours entamé fin 2022, juste après la mort de Mahsa Amini.

Le jury présidé par l’académicien et ancien ministre Xavier Darcos s’est montré « particulièrement sensible à la qualité d’écriture de cet ouvrage et à l’humanisme du sujet qui fait référence à celui de Montaigne. Comme lui, François-Henri Désérable aime se confronter à l’expérience du monde pour tester son propre jugement, sonder ses propres réactions. »

120 bouteilles de grands vins

Montaigne n’est pas la seule référence invoquée. Pour Pierre Mazet, secrétaire permanent du Prix Montaigne, Désérable suit « ses traces dans celles de l’écrivain voyageur Nicolas Bouvier. Il adopte le précepte de son mentor selon lequel « en chemin, le mieux est de se perdre. Quand on se perd, les projets cèdent la place aux surprises et c’est alors, mais seulement alors, que le voyage commence. »


Sa dotation – 120 bouteilles de grands vins – arrive à point nommé pour l’auteur, qui prépare un roman sur le vin.

Voir B.

Le lauréat a reçu son prix des mains de Pierre Hurmic, maire de Bordeaux, et de Jean-Pierre Rousseau, grand chancelier de l’Académie du vin de Bordeaux. François-Henri Désérable a pris la plume à 18 ans, alors qu’il était hockeyeur professionnel. Il n’en est pas à ses premiers lauriers littéraires : en 2021, son roman « Mon maître et mon conquérant » a été récompensé par le grand prix du roman de l’Académie française. Cette fois, il repart avec une dotation très bordelaise : 20 caisses de grands vins.

« 120 bouteilles pour le récit d’un voyage dans un pays qui punit de 120 coups de fouet la consommation d’alcool, c’est un joli pied de nez aux Mollahs »

«C’est la première fois que je reçois une récompense en espèces», remarque l’intéressé. « Et puis avec 120 bouteilles pour le récit d’un voyage dans un pays qui punit de 120 coups de fouet la consommation d’alcool, le jury fait un pied de nez aux Mollahs », sourit celui qui prépare un roman sur le monde du vin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les sinistrés interrogent la responsabilité des bailleurs sociaux – .
NEXT « L’été olympique est là » – .