le collectif opposé à la fermeture de 19 classes regrette « un argument basé sur le moindre mal » du préfet

le collectif opposé à la fermeture de 19 classes regrette « un argument basé sur le moindre mal » du préfet
le collectif opposé à la fermeture de 19 classes regrette « un argument basé sur le moindre mal » du préfet

Ce mardi 11 juin, le collectif opposé à la fermeture de 19 classes dans l’Aude a été reçu par le préfet Christian Pouget. L’objectif de cette réunion : réaffirmer les positions du groupe et faire en sorte que la préfecture signe puis relaie la lettre ouverte à la ministre de l’Éducation nationale suspendue, Nicole Belloubet.

Le combat continue. Suite au Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN) en février dernier, un premier avis a été formulé prévoyant 14 ouvertures et 19 fermetures de classes dans l’Aude. Si le directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN) a le dernier mot via un décret, un collectif opposé à cette carte scolaire 2024 s’est constitué. Composée d’élus des communes concernées, de représentants syndicaux, de parents d’élèves ou encore d’enseignants, elle ne cesse depuis plusieurs mois de multiplier les actions à travers des manifestations.

Lire aussi :
Aude : une quarantaine de personnes manifestent contre la fermeture de 19 classes devant la préfecture

Ce mardi 11 juin, une réunion avec le préfet a eu lieu. Lors de cet échange, quelques membres étaient présents, « pas tout à cause de l’actualité politique chaotique suite à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République », ont-ils soutenu. Pendant une heure, “nos positions ont pu être réaffirmées”, a précisé Milene Vandenhecke, déléguée des parents. L’un des objectifs de cet entretien était de mettre en lumière la lettre ouverte à la ministre de l’Éducation nationale suspendue, Nicole Belloubet.

Notre missive prend de l’ampleur

« Face à notre demande, le préfet s’est montré compréhensif et attentif. Il nous a assuré qu’il transmettrait la lettre après l’avoir signée. Notre missive devient de plus en plus importante. Hélène Sandragné, la Présidente de l’Aude l’a également signée, témoignant ainsi de son soutien à notre cause., ont noté les membres présents. Même si Christian Pouget s’est montré intéressé par le discours prononcé, il n’a pas pu apporter de solution concrète au collectif : « Il nous a expliqué, comme le CDEN, que l’Aude n’était pas si mal positionnée dans ce remaniement de la carte scolaire par rapport aux autres départements. Que les allocations de postes auraient pu être négatives, entraînant davantage de suppressions de classes dans les petites écoles. Un argument fondé sur le moindre mal que nous déplorons.»

Lire aussi :
Choc des savoirs, carte scolaire, harcèlement : quel avenir pour les écoles dans l’Aude ?

Sur le thème de l’inclusion par ailleurs, le préfet a semblé « Entrez en contact. Pour eux, c’est comme si c’était un autre sujet”, d’après Milene Vandenhecke. Elle a mis les choses en perspective : « Dasen fait preuve de la même attention que la préfecture. Nous comptons sur le fait que la lettre ouverte circule encore davantage avant les prochaines échéances. Le prochain CDEN aura lieu le 3 ou le 4 juillet. Il sera décisif avant la rentrée. septembre.”

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné