Vingt-quatre logements inclusifs à la place de l’ancien évêché de Tulle

Vingt-quatre logements inclusifs à la place de l’ancien évêché de Tulle
Vingt-quatre logements inclusifs à la place de l’ancien évêché de Tulle

Après réhabilitation, à la place de l’ancien évêché, avenue de la Bastille, à Tulle. 24 personnes deviendront locataires et prises en charge par l’UDAF de Corrèze et le Centre Hospitalier de Cellette.

On sait enfin quelle utilisation sera faite de l’ancien bâtiment évêché de Tulle, avenue de la Bastille. Le bailleur social Polygone qui a racheté l’immeuble il y a deux ans s’était jusqu’ici montré extrêmement discret. Mardi, l’UDAF de Corrèze (Union départementale des associations familiales) et le CHPE (centre hospitalier de la région d’Eygurande) ont précisé le projet qu’ils portent en partenariat sur ce bâtiment.
L’une des deux ailes du bâtiment est destinée à devenir une Maison Relais gérée par l’UDAF, la seconde, une résidence d’accueil gérée par le CHPE. Mitoyennes, les deux structures seront néanmoins indépendantes : entrées différentes, espaces communs différents, etc.

Assistance 7j/7

Pour l’UDAF, il s’agit de remédier à une situation un peu inédite « puisque la Corrèze est l’un des rares départements à ne pas disposer de Maison Relais », a expliqué Louis Debret, le directeur. A l’inverse, le CHPE gère déjà deux résidences d’accueil, en milieu ouvert à Eygurande et Ussel.
La maison relais UDAF sera composée de 13 appartements indépendants d’environ 25 m². Ils accueilleront un public modeste, « souffrant d’isolement avec des difficultés à gérer la vie quotidienne et confronté souvent à de légères difficultés physiques ou psychologiques », précise Louis Debret. Ces 13 personnes seront accompagnées au quotidien, 7 jours sur 7, par deux professionnelles, aides-ménagères, à la fois aide-ménagère et éducatrices.
Le rez-de-chaussée permettra les repas collectifs et la convivialité.

Une commission donnera son avis

C’est une commission de responsables de l’UDAF qui donnera un avis favorable ou défavorable à l’arrivée de chaque locataire dans cette maison relais : « Si une personne est perçue comme pouvant mettre en danger le vivre ensemble, la cohésion d’ensemble, elle ne sera pas prise en charge. la maison relais », résume le directeur de l’UDAF.
A la résidence d’accueil du CHPE La Cellette, un public légèrement différent sera accueilli. “Les gens qui ont une fragilité psychologique ou psychiatrique et qui ont un suivi médical, des gens qui sont très bien stabilisés et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce sont des gens très calmes, sans aucune pathologie intellectuelle”, rassure Christophe Rouanet, le directeur de La Cellette. Sur ce point, la longue expérience des deux centres d’accueil d’Eygurande et d’Ussel (plus récents) se présente comme une garantie certaine.
Sur ce pôle Tullist, 11 appartements seront réhabilités. Là, deux accompagnateurs éducatifs et sociaux (AES) particulièrement formés pour ce poste seront aux côtés des résidents qui, en outre, bénéficieront, comme ceux de la Maison Relais, d’activités de loisirs.

Un autre regard sur la psychiatrie

« Il faut comprendre que ce ne sont plus des patients, explique Christophe Rouanet, mais des locataires, des gens qui ont besoin de socialisation. « Des gens plus vulnérables que sujets aux agressions », confirme Louis Debret.
Un partenariat de longue date unit le CHPE et l’UDAF. Avec ce projet d’habitat inclusif, cela se formalise juste un peu plus visiblement.
La fin des travaux et l’arrivée des premiers locataires sont annoncées pour mai 2025

Réunion publique. Elle aura lieu jeudi 23 mai à 18h dans la salle Latreille pour présenter ce projet d’habitat inclusif aux riverains et aux tullistes en général. Le directeur du CHPE d’Eygurande et deux collaborateurs ainsi que MM. Mons et Lachaud pour l’UDAF accueilleront la rencontre, peut-être aussi en présence d’élus municipaux.
Arnaud Besnard

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Will Smith tournera à Montréal cet automne
NEXT Pontarlier. Quelques idées de sorties dans le Haut-Doubs pour le week-end du 1er et 2 juin