NL pourrait-il stocker les émissions de carbone du pays ? – .

NL pourrait-il stocker les émissions de carbone du pays ? – .
Descriptive text here

Devant des chefs d’entreprise de Toronto, le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, a déclaré jeudi dernier que sa province pourrait un jour stocker les émissions de carbone de l’ensemble du pays.

2 au large de nos côtes”, “texte”: “Nous avons le potentiel de stocker bien plus qu’une gigatonne de CO2 au large de nos côtes”}}”>Nous avons le potentiel de stocker bien plus qu’une gigatonne de CO2 au large de nos côtesa-t-il proclamé lors d’un discours télévisé à la Club Empire. Terre-Neuve-et-Labrador pourrait stocker toutes les émissions de carbone des provinces et territoires du Canada pendant des décennies.

Au-delà du fait que le Canada produit (Nouvelle fenetre) une demi-gigatonne de carbone par an, le projet d’envergure évoqué par le Premier ministre est-il réaliste ?

C’est possible sur le papier» dit Simon Langlois-Bertrand, chercheur à l’Institut Trottier en énergie de Polytechnique Montréal, tout en ajoutant quenous n’avons jamais fait de stockage géologique du carbone à cette échelle à l’échelle planétaire.

Qu’est-ce que le stockage du carbone ?

Le captage et le stockage du carbone consistent à injecter des émissions de C02 dans des formations géologiques profondes. Il n’existe actuellement aucun projet de captage et de stockage du carbone à Terre-Neuve-et-Labrador.

L’expert souligne toutefois que pour l’instant, le captage du carbone coûte très cher. Il explique qu’il faudra liquéfier le carbone ou le mettre dans un réservoir haute pression avant même de l’acheminer, par bateau ou par pipeline, vers des sites de stockage à des centaines de kilomètres des côtes.

Le gouvernement provincial souhaite stocker le carbone dans les réservoirs des projets pétroliers en production au large de Terre-Neuve et tous ces bassins se trouvent en pleine mer, à 350 kilomètres à l’est de l’île.

Andrew Furey, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador (photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

C’est beaucoup d’activités qui demandent aussi de l’énergiedit Simon Langlois-Bertrand. Si nous émettons en même temps que nous consommons de l’énergie pour pouvoir stocker du carbone, il faudra réfléchir à ce qui vaut vraiment la peine de le faire.

Une solution parmi d’autres

Le professeur à l’Université de l’Alberta, Rick Chalaturnikqui étudie le captage et le stockage du carbone depuis des décennies, soutient que cette technologie pourrait néanmoins être un outil pour la transition énergétique au Canada.

Il met en avant le projet Aurores boréales en mer du Nord, qui pourrait bientôt stocker les émissions de 750 000 voitures par an. Ce projet, porté par les géants de l’énergie Equinor, TotalEnergies et Coquillepourrait servir de modèle pour le Canada atlantique, selon lui.

Il faut faire rapidement la transition énergétique, mais il faut aussi reconnaître que cette transition ne sera pas instantanée.affirme Rick Chalaturnik.

Si nous voulons gérer les émissions de carbone, y compris les émissions d’industries comme l’industrie du béton et de l’acier, le captage et le stockage du carbone nous offrent une méthode efficace, affirme le chercheur, tout en reconnaissant que ce n’est pas la solution miracle, mais plutôt une option parmi d’autres pour gérer nos émissions.

L’Agence internationale de l’énergie est d’accord. En novembre dernier, elle indiquait dans un rapport qu’il fallait rejeter l’illusion selon laquelle des quantités invraisemblablement élevées de carbone capturé sont la solution à la crise climatique.

Selon Rick Chalaturnyk, les compagnies pétrolières sont très intéressées par le captage et le stockage du carbone. Ils bénéficient également de la manne fédérale. Selon le groupe de défense de l’environnement Défense environnementaleOttawa a offert (Nouvelle fenetre) 1,3 milliard de dollars aux compagnies pétrolières pour des projets de captage et de stockage du carbone en 2023.

À l’heure actuelle, la grande majorité des émissions captées et stockées par les compagnies pétrolières sont utilisées pour extraire davantage de pétrole. Lorsque les réservoirs s’épuisent, les compagnies pétrolières peuvent injecter du carbone, ce qui permet de stocker les émissions, mais facilite également l’extraction du pétrole restant.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Making Body #3, Projet(s) annexe(s)
NEXT Européennes : Bardella lance le compte à rebours vers une victoire annoncée à Perpignan : Actualités