licencié par Radio France, Jean-François Achilli ira aux prud’hommes – Libération

licencié par Radio France, Jean-François Achilli ira aux prud’hommes – Libération
licencié par Radio France, Jean-François Achilli ira aux prud’hommes – Libération

Le journaliste accusé d’avoir participé à l’écriture de l’autobiographie du président du Rassemblement national a été licencié ce lundi 29 avril, après avoir été suspendu par mesure conservatoire à la mi-mars. Il nie avoir participé au projet du patron du parti d’extrême droite et va saisir la justice pour contester son limogeage.

La hache est tombée. Déjà suspendu à titre conservatoire par France Info depuis plus d’un mois, le journaliste politique Jean-François Achilli a finalement été licencié pour faute grave par Radio France, pour « manquements répétés aux obligations éthiques liées aux collaborations externes », a déclaré lundi 29 avril une Source interne à la radio publique, confirmant une information du Indiquer. « Jean-François Achilli va saisir la justice pour contester son licenciement par Radio France, a annoncé ce mardi 30 avril Me François Stefanaggi, son avocat. Il s’exprimera prochainement dans la presse pour démentir les informations inexactes et infondées qui circulent actuellement concernant les fautes présumées à l’origine de son licenciement.

Plusieurs « collaborations externes » donc, et pas seulement celui révélé par le Mondemi-mars, et qui a dans un premier temps conduit à sa suspension : sa participation à la rédaction de l’autobiographie du président du RN Jordan Bardella, participation qu’il conteste. Après, Libérer avait notamment révélé le « housekeeping » que Jean-François Achilli pratiquait depuis au moins dix ans pour le cabinet de conseil en communication Tilder, à savoir des formations à la prise de parole dans les médias pour des dirigeants d’entreprises, notamment pour la SNCF ou le groupe Casino.

L’animateur de Informé avait réagi à la suite de la publication de l’article de Monde l’accusant d’avoir participé à l’écriture du livre de Jordan Bardella : “Je n’ai enfreint aucune règle professionnelle ou éthique” il avait écrit sur X, dénonçant le “brutalité” de cela « mesure injustifiée ». Le journaliste de 61 ans avait confirmé dans cette publication qu’il « échangé avec Jordan Bardella »en faisant valoir que c’est quelque chose qu’il fait “avec tous les dirigeants politiques depuis 25 ans”. Il ajouta: « Nous avons discuté, à sa demande, de ce que pourrait être son expression pour un livre d’entretiens. J’ai refusé le projet ».

Selon LE Monde, Jean-François Achilli avait en effet refusé cette proposition pour« travail commun » faite par le président du RN avant l’été 2023, mais le quotidien a aussi révélé que l’éditorialiste avait « néanmoins travaillé dans l’ombre, livrant à Bardella ses souvenirs, permettant ainsi au début d’un texte de voir le jour ». La tête de liste RN aux élections européennes de juin a toutefois assuré Monde que “seul (son) entourage proche l’aide à rédiger ce livre, pour la relecture”. Comme confirmé Libérerla parution du livre de Jordan Bardella est toujours prévue pour juin prochain, aux éditions Mazarine, filiale de Fayard (propriété de Vincent Bolloré).

Mais l’écriture du livre de Jordan Bardella n’est pas la seule collaboration extérieure non déclarée à son employeur par Jean-François Achilli. Radio France a notamment eu connaissance de séances de média training avec le directeur de Franprix Vincent Doumerc, autour de sa nomination en septembre 2022. Une activité qui s’inscrivait dans le cadre d’une collaboration rémunérée sur une durée d’au moins dix ans avec le cabinet de conseil. le cabinet de conseil en communication Tilder, comme l’a révélé Libérer. Une affaire de « housekeeping » (ces prestations, souvent rémunérées et non déclarées, par des journalistes pour des entreprises privées ou des institutions publiques) alors que France Info avait déjà été ébranlée par une affaire similaire un an plus tôt, dans laquelle cinq journalistes avaient été sanctionnés. Depuis, Radio France a mis en place une plateforme en ligne sur laquelle tous les journalistes des radios publiques doivent signaler les collaborations extérieures qu’ils souhaiteraient mener. Des règles, connues de tous, dont Jean-François Achilli se serait affranchi.

Lundi après-midi, le directeur de l’information de Radio France, Jean-Philippe Baille, lors d’une conférence de rédaction, a confirmé devant les journalistes de France Info le licenciement pour faute grave de Jean-François Achilli. Selon un témoin, Baille a également précisé qu’il n’y avait pas de chasse aux sorcières à la rédaction. “Ça va être difficile, mais nous avons des règles” » a-t-il également déclaré, prédisant que la radio publique serait probablement choisie pour la décision. Plusieurs titres de droite et d’extrême droite, de Indiquer À Journal du dimanche, ont ainsi pris fait et cause pour Jean-François Achilli depuis le début de cette affaire. La compagne du journaliste, l’essayiste Chloé Morin, a également participé à une tribune en Le Figaro pour le défendre.

Mise à jour : ce mardi 30 avril à 19h25 avec l’annonce de la saisine des prud’hommes par Jean-François Achilli.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Que lire au printemps 2024 ? Les coups de coeur du « Point » – .
NEXT Index des livres aux États-Unis – .