Le réseau africain des sciences infirmières et des métiers de la santé est créé à Casablanca

Le réseau africain des sciences infirmières et des métiers de la santé est créé à Casablanca
Le réseau africain des sciences infirmières et des métiers de la santé est créé à Casablanca

Le Maroc vient d’entrer dans l’histoire en accueillant le 1er Congrès du Réseau Africain des Sciences Infirmières et des Professions de Santé (CASIPS). Cet événement phare, organisé par l’Université Mohammed VI des Sciences et de la Santé du 10 au 12 mai 2024 à Casablanca, sous la tutelle du ministère de la Santé et de la Protection sociale, a été couronné de succès.

Lire aussi : Personnel de santé en Afrique : à Casablanca, les spécialistes privilégient la « dynamique collective » de la formation

Cet événement, qui s’est tenu au campus Anfa-city de l’Université Mohammed VI des Sciences et de la Santé de Casablanca, a regroupé des personnalités de haut niveau des secteurs de la santé et de l’enseignement supérieur, dont des représentants du ministère de la Santé et de la Protection sociale et du de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, aux côtés de nombreux délégués de pays africains et d’experts dans le domaine des métiers infirmiers et de santé.

Lors de cette cérémonie d’ouverture, l’Université Mohammed VI des Sciences et de la Santé a conclu deux conventions de partenariat : la première avec l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé de Djibouti et la seconde avec la Commission Nationale de l’Éducation, des Sciences et de la Culture du Maroc. Ces accords visent à promouvoir la recherche, l’innovation et la formation dans le domaine de la santé.

Par ailleurs, un protocole d’accord a été signé à l’initiative de la Faculté Mohammed VI des Sciences Infirmières et des Professions de la Santé, regroupant les associations professionnelles d’infirmières et de professionnels de santé de plusieurs pays africains, à savoir: le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, RDC et Sénégal.

Cette initiative a abouti à la création du « Réseau africain de développement de la recherche sur les professions infirmières et de santé – RASIPS », visant à renforcer la coopération régionale, à promouvoir l’excellence dans la recherche et les pratiques professionnelles, et à contribuer de manière significative à l’avancement des professions infirmières et de santé en Afrique.

Lire aussi : Il lâche tout aux Etats-Unis pour former des étudiants et rénover la seule école dentaire publique de Guinée

Dans le cadre des recommandations, les participants ont proposé que CASIPS soit une plateforme de référence pour la promotion d’une vision africaine commune sur les sciences infirmières et les métiers de la santé, mais aussi un espace favorisant l’échange d’expériences, d’initiatives et de bonnes pratiques de chaque pays africain, en une démarche de mutualisation.

Ils ont également souligné l’importance de mettre en œuvre des stratégies visant à faire du secteur de la santé un levier essentiel de la coopération Sud-Sud prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Par ailleurs, il a été recommandé que le CASIPS soit organisé régulièrement chaque année au Maroc, assurant ainsi sa pérennité.

CASIPS a permis de développer des pistes de réflexion autour des différents systèmes de santé existants en vue de l’intégration et de l’interaction productive des différentes disciplines de santé, en vue d’une collaboration efficace entre sages-femmes, rééducateurs, diététiciens et techniciens de santé pouvant conduire à une meilleure compréhension des besoins du patient, permettant ainsi une prise en charge plus complète et plus efficace.

L’initiative RASIPS, fruit d’un protocole d’accord entre des associations professionnelles de onze pays, marque une avancée significative dans la coopération régionale. En fédérant les forces vives du continent, ce réseau vise à promouvoir l’excellence, la recherche et les meilleures pratiques dans les domaines cruciaux des professions infirmières et de santé.

Bien que riches en ressources humaines et naturelles, les pays africains sont confrontés à des défis de santé publique similaires, notamment des systèmes de santé fragiles, un manque d’infrastructures adéquates et de personnel qualifié. RASIPS répond à ces problématiques en favorisant le partage d’expertise, le renforcement des capacités et la collaboration entre professionnels.

Lire aussi : Nigeria : en 5 ans, entre 15 000 et 16 000 médecins ont quitté le pays

Au-delà de l’aspect opérationnel, CASIPS a permis d’engager une réflexion collective sur l’avenir des sciences infirmières et des métiers de santé en Afrique. Les participants ont souligné l’importance de développer une vision africaine commune, adaptée aux réalités locales, tout en s’inspirant des meilleures pratiques internationales. Cette approche holistique et intégrée, favorisant la synergie entre les différentes disciplines de la santé, est essentielle pour une prise en charge optimale des patients.

Cette dynamique s’inscrit pleinement dans la vision de la coopération Sud-Sud prônée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. En effet, le renforcement des capacités et de l’autonomie des pays africains dans le domaine de la santé contribuera à réduire leur dépendance à l’égard de l’aide extérieure et favorisera leur développement durable.

Bien que naissant, il ne fait aucun doute que le RASIPS suscite déjà un vif intérêt de la part d’autres pays africains souhaitant se joindre à cette initiative prometteuse. Par ailleurs, les participants ont recommandé que le CASIPS devienne une rencontre annuelle organisée au Maroc, démontrant l’importance accordée à ce projet fédérateur.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV dix morts dans les frappes israéliennes dans la bande de Gaza ; la reconnaissance, par trois pays européens, de la Palestine comme État critiquée par Netanyahu
NEXT Les Vingt-Sept valident l’utilisation des avoirs russes gelés pour armer Kiev