Trois accidents d’ivresse en six mois, assume l’échevin Pierre Mévisse (Lasne) : “Je ne suis pas fier du tout”

Trois accidents d’ivresse en six mois, assume l’échevin Pierre Mévisse (Lasne) : “Je ne suis pas fier du tout”
Trois accidents d’ivresse en six mois, assume l’échevin Pierre Mévisse (Lasne) : “Je ne suis pas fier du tout”

Le 1er août dernier, à 23h10, un Range Rover a été arrêté au milieu de la route de Genval, phares allumés et moteur allumé. Profondément endormi, le conducteur n’a pas entendu dans un premier temps les appels de la police. Il finira par sortir du véhicule. Il titube. « Je sors tout juste d’une réunion dans un restaurant. J’ai mangé des moules et bu quelques verres de vin. Prise de sang : 2,13 gr/litre. Retrait de permis pour 15 jours pour cet échevin qui est alors maire suppléant en l’absence de Laurence Rotthier.

Rebelote le 29 septembre. Il est 22h48 à Try Bara. Le même conducteur a percuté deux voitures en stationnement et son véhicule, en panne, s’est retrouvé dans les graviers après avoir heurté un poteau. Il tient des propos décousus. “Je me suis endormi. Je ne me souviens pas où j’ai bu mon dernier verre. Je travaille beaucoup. Cela ne se reproduira plus. J’ai un vrai sentiment de honte. Prise de sang : 2,65 gr/litre de sang. Retrait du permis pendant 15 jours.

Après 23 condamnations et sous emprise, il provoque l’accident qui tue sa compagne et la laisse libre : “Comment est-ce possible ?”

Dix jours le 26 décembre au soir. Pierre Mévisse revient d’un repas de chasse avec, selon lui, une ou deux coupes de champagne et de vin dans le nez. Il perd à nouveau le contrôle de son véhicule qui percute violemment une Mini Cooper et se retrouve en arrière-plan. Il est suivi de deux autres chasseurs. Le premier le ramène à la maison. Pierre Mévisse avouera : “Je me suis réveillé au moment du choc”. Le second leur dira que sa mère lui avait demandé de veiller sur lui à cause de la boisson.

La police l’appelle dans la nuit. “Je vais bien, j’assume les conséquences”il y répond brièvement.

Pour les deux premiers faits, le parquet a requis une amende de 500 €, une interdiction de conduire de trois mois, la pose d’un antidémarrage éthylique ainsi qu’un examen médical et psychologique. Pour le troisième, délit de fuite constaté, amende de 200 € et interdiction de deux mois.

Accidents en chaîne sur l’A12 : alors qu’il aidait un autre automobiliste, un homme se fait percuter par une voiture

Épileptique

L’avocat Christophe Ragonig, défenseur habituel des professionnels de l’automobile, a estimé qu’il serait erroné de considérer son client comme “un terrible bandit de grands chemins qui ne se soucie pas de son comportement social”. Il a évoqué un problème de médicament ou plutôt de dosage. Depuis 2009, Pierre Mévisse est traité pour l’épilepsie. Il n’a jamais eu de crise mais le neurologue, consulté après le troisième accident, a doublé la dose qui lui avait été prescrite.

“Tout s’explique a posteriori”, a conclu l’avocat qui avait évoqué une erreur et qui a plaidé l’acquittement du délit de fuite. Le tribunal a souligné que l’accusé n’aurait pas dû quitter les lieux à moins d’avoir appelé une ambulance pour l’emmener à l’hôpital s’il ne se sentait pas très bien. Il a pris l’affaire en délibéré. Il rendra son jugement le 18 juin.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Wall Street en baisse devant la Fed et l’inflation, avec un oeil sur l’Europe – 11/06/2024 à 16h41
NEXT No Makeup Day fait peau neuve et devient Being