Selon des chercheurs japonais, consommer régulièrement cet aliment très bon marché prolongerait l’espérance de vie

Selon des chercheurs japonais, consommer régulièrement cet aliment très bon marché prolongerait l’espérance de vie
Selon des chercheurs japonais, consommer régulièrement cet aliment très bon marché prolongerait l’espérance de vie

L’alimentation joue un rôle bien plus important qu’on pourrait parfois le penser dans l’allongement de l’espérance de vie. Et pour cause, ce que nous mangeons influence grandement notre santé, tant positivement que négativement. Pour vivre le plus longtemps possible, il est donc essentiel de porter une attention particulière au contenu de nos assiettes, en veillant à privilégier les aliments qui sont bons pour nous.

Une récente étude réalisée par des chercheurs japonais et relayée par Doctissimo met en avant l’impact positif d’une catégorie bien précise d’aliments sur notre santé et donc sur notre espérance de vie. Leurs travaux suggèrent qu’il serait particulièrement bénéfique de consommer très régulièrement des petits poissons entiers, comme le baret, éperlan, sardines ou capelanétant donné qu’en plus d’être peu coûteux, ces produits permettraient également de prolonger l’espérance de vie.

Manger régulièrement des petits poissons réduit le risque de mortalité

Pour parvenir à une telle conclusion, les scientifiques ont mené une vaste expérience auprès de pas moins de 80 802 personnes âgées de 35 à 69 ans, dont 34 555 hommes et 46 247 femmes. Pendant neuf ans, les chercheurs ont non seulement évalué la fréquence de leur consommation de petits poissons, mais ont également observé leur mode de vie et leur état de santé. Résultat : ils ont constaté une baisse de la mortalité, toutes causes confondues et par cancer, chez les participants consommant régulièrement des petits poissons. A noter que cette association était beaucoup plus significative chez les femmes.

« Le risque de mortalité toutes causes confondues et par cancer chez les hommes a montré une tendance similaire à celle des femmes, même si elle n’était pas statistiquement significative. Les raisons (…) ne sont pas claires, mais les chercheurs suggèrent que le nombre limité de sujets masculins ou d’autres facteurs non mesurés dans l’étude, comme la taille des portions de petits poissons, pourraient également être un facteur, affirment les chercheurs. de la mortalité par cancer entre les sexes peut être liée à une association spécifique au sexe »peut-on lire dans le rapport.

Quels sont les bienfaits des petits poissons sur la santé ?

Quoi qu’il en soit, les bienfaits de ces petits poissons, souvent consommés frits, sont connus depuis longtemps. Ce sont une excellente source de nutriments essentiels. Il contient des protéines de haute qualité, particulièrement importantes pour la réparation et la croissance des tissus, des acides gras oméga-3 connus pour leurs effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire et cérébrale, ainsi que des vitamines et divers minéraux (vitamine D, calcium, phosphore, fer et iode).

Les acides gras oméga-3 présents dans ces poissons aident à réduire le risque de maladies cardiovasculaires en abaissant les taux de cholestérol et de triglycérides. La consommation régulière de petits poissons pourrait également être associée à une réduction du risque de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer, grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices.

Parmi les petits poissons sains, peu coûteux et faciles à trouver sur les marchés et grandes surfaces, on retrouve par exemple :

  • Sardines : excellent pour la santé cardiovasculaire et osseuse
  • Les maquereaux : bon pour le cœur et la santé cognitive
  • Anchois : bon pour les os et le système immunitaire
  • Capelans de l’Atlantique : contribuer à la santé cardiovasculaire et au bon fonctionnement cérébral
  • Éperlans : bon pour la santé des os et des muscles
  • Harengs : améliorer la santé cardiovasculaire et immunitaire
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’OMS préqualifie le premier autotest de dépistage du virus de l’hépatite C – .
NEXT Le crack et la cocaïne explosent en Suisse et cela s’explique – .