« Première affaire », « La danse des cimes »

« Première affaire », « La danse des cimes » : quels films voir cette semaine ?

Publié aujourd’hui à 9h32

« Premier cas »

C’est un film que l’on aime plutôt bien mais qui n’est pas sans défauts. Nous suivons Nora, une jeune avocate récemment diplômée qui doit gérer sa première affaire pénale. En garde à vue, enquête, elle se retrouve vite dépassée par les événements. Mais la résolution du mystère : l’accusé qu’elle doit défendre est-il coupable ou non ? – coupe un peu l’élan et l’intérêt que l’on ressent au premier abord. De plus, Noée Abita semble, comme son personnage il est vrai, fragile et un peu gênée dans ce rôle. Objectivement, ce n’est pas tout à fait crédible ici. Côté mise en scène, Victoria Musiedlak se contente du minimum, s’adaptant à peine mieux qu’à un téléfilm ordinaire.

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Malgré ces réserves, nous restons d’une certaine manière absorbés par l’histoire et par le film. Comme s’il s’agissait de voir autre chose qu’un énième film sur la machine judiciaire française et peut-être aussi le constat d’une France profonde où les professions de la justice sont elles aussi confrontées à la précarité. Les tribunaux et les bureaux des juges sont des éléments de décor ternes et ordinaires, bien loin de l’or qu’on peut parfois imaginer dans de tels environnements. Découvert l’année dernière à Locarno, le film a eu les honneurs de la Piazza Grande.

Note: **

•= haineux, °= à vos risques et périls, *= bon, **= intéressant, ***= excellent, ****= chef-d’œuvre

« La danse des sommets »

Une photo du « Bergfahrt ».

On ne va plus à la montagne comme avant, apprend-on dans ce documentaire. Chercheurs, artistes et philosophes l’abordent désormais différemment. Mais qu’est-ce qui a changé ? La réponse n’est pas très compliquée. Le réchauffement climatique modifie l’apparence des choses et notre approche est modifiée.

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

« La Danse des cimes » alterne passages d’expéditions dans les Alpes et témoignages face caméra, selon une structure d’un classicisme avéré. L’ensemble est intéressant, mais on n’a jamais l’impression d’apprendre quelque chose de nouveau. Les images sont très belles, le ton un peu monotone. La cinéaste Dominique Margot respecte (trop ?) la tradition des films de montagne, apanage des documentaristes suisses. Réservé aux amateurs.

Note: **

•= haineux, °= à vos risques et périls, *= bon, **= intéressant, ***= excellent, ****= chef-d’œuvre

Pascal Gavillet est journaliste à la section culturelle depuis 1992. Il s’occupe principalement du cinéma, mais il écrit également sur d’autres domaines. Surtout les sciences. A ce titre, il est également mathématicien.Plus d’informations @PascalGavillet

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Les moustiques aiment un groupe sanguin particulier
NEXT Alain Simard | Le rêveur qui a transformé une ville