les coulisses de sa lutte contre les lobbies

Il aurait pu choisir d’immortaliser dans sa bobine le démantèlement du McDonald’s de Millau ou les séjours en prison du célèbre faucheur deOGM. Le cinéaste Antoine Raimbault a choisi de raconter un épisode beaucoup plus complexe et méconnu de la vie du syndicaliste José Bové.

“ Une question de principe », actuellement en salles, plonge les spectateurs dans le labyrinthe de couloirs qu’est le Parlement européen. Nous sommes alors en 2012, et le commissaire à la santé vient d’être limogé, alors qu’il préparait une directive sur le tabac.

Face à l’opacité de l’affaire, l’eurodéputé — incarné par Bouli Lanners — décide de mener l’enquête. Il découvre alors une vaste conspiration, impliquant les plus grandes figures de l’Union européenne… José Bové raconte Reporterre la genèse de ce film, basé sur des faits réels.


Reporterre — L’incarnation de José Bové sur grand écran est inattendue. Racontez-nous comment est né ce projet ?

José Bové — Au départ, Antoine Raimbault cherchait à réaliser un film sur la corruption et les conflits d’intérêts des multinationales qui finançaient Interpol. [l’Organisation internationale de police criminelle]. Cependant, il y avait tellement d’entreprises impliquées dans cette affaire que cela en devenait illisible.

Pourtant, en parcourant tous les éléments, il est tombé sur mon livre publié en 2015, Attendez à Bruxelles. Dans un chapitre, j’ai détaillé l’affaire John Dalli. Ce commissaire à la santé a été limogé du jour au lendemain en 2012, accusé à tort de corruption liée au lobby du tabac.

Antoine Raimbault et son coréalisateur sont alors venus passer deux jours chez eux. Il y avait aussi mon ancien assistant, Jean-Marc Desfilhes. Nous leur avons détaillé l’histoire, raconté quelques anecdotes et ils ont commencé à travailler sur le scénario et à réfléchir aux acteurs.

L’acteur belge Bouli Lanners a enfin décroché votre rôle. Il incarne un José Bové équilibré, en rupture avec l’image épinalienne du faucheur deOGM.

Oui, et pourtant je m’y retrouve bien. Ce film cherche à montrer qu’il faut utiliser les outils appropriés et qu’il existe des manières complémentaires de lutter. Là CASQUETTELE OGMlibre-échange… Même si les combats restent les mêmes, le Parlement européen n’est ni un terrain deOGMni un fast food à démonter.

type="image/webp">>

José Bové, interprété par Bouli Lanners, était candidat à la présidentielle de 2007.
©Pascal Chantier

Avant le début de cette affaire John Dalli, vous vous êtes battu contre ce commissaire européen, notamment au sujet de OGM. C’était un opposant politique. Pourquoi avez-vous pris sa défense si rapidement, alors que vous n’aviez pas la preuve de son innocence ? ?

Le nom du film est révélateur. J’ai affronté John Dalli à plusieurs reprises OGM, l’agence de santé alimentaire ou encore les additifs alimentaires. En revanche, sur cette directive sur le tabac, il s’est montré extrêmement déterminé. D’autant que son père est décédé d’un cancer du poumon, celui des fumeurs.

“ Il y avait un paquet d’indices pour suspecter un coup monté »

Alors, quand il a été expulsé au bout d’une demi-heure, j’ai su que quelque chose n’allait pas. Le lendemain, lors d’une conférence de presse, le porte-parole de la Commission a déclaré avoir demandé 60 millions d’euros au lobby du tabac. Avant d’ajouter que le dossier de l’enquête, menée par l’organisme antifraude, avait été transmis aux tribunaux de Malte… et qu’il n’était donc plus consultable.

Il suffit de dire qu’il y avait de nombreux indices permettant de soupçonner une machination, potentiellement imputable aux multinationales du tabac. Alors même si John Dalli n’était pas de mon côté – et cela veut dire quelque chose, j’ai commencé à enquêter pour lever le voile sur cette affaire.

Dans une scène, vous apparaissez à la cantine du Parlement en pleine discussion avec d’autres députés, y compris ceux de droite, pour tenter de créer des alliances. Ce goût du compromis est-il fidèle à la réalité ? ?

Bien sûr. Au Parlement européen, il n’y a pas de blocs droite-gauche. Sur chaque texte, quel que soit le sujet, il faut pouvoir construire une majorité avec trois ou quatre groupes politiques. Des coalitions se forment et se déforment constamment.

À l’époque, la présidente allemande de la commission du contrôle budgétaire, Inge Gräßle, nous a été d’une grande aide. Elle est cependant membre de EPI, un parti de droite. La dynamique au sein du Parlement européen est vraiment différente de celle que l’on peut observer à l’Assemblée nationale.

type="image/webp">
>

Dans “ Une question de principe », J. Bové enquête sur une affaire de corruption au sommet du pouvoirUE.
©Pascal Chantier

Dans un autre passage, vous volez un document top secret. La scène semble tout droit sortie d’un film d’espionnage. Est-ce vrai de A à Z ?

[Rires] J’aurais aimé. Pour être honnête, j’ai fait tout ce que je pouvais. Ce jour-là, Jean-Marc, mon assistant incarné par Thomas VDB, se trouvait au pied de l’immeuble. Il traînait sous la flotte en attendant que le document tombe du ciel.

Malheureusement, en arrivant dans la pièce sous surveillance, je me suis rendu compte que la fenêtre ne pouvait pas être ouverte. Je ne pouvais donc pas le lui lancer. Sur ce point, le cinéaste a été gentil. Il m’a dit : “ Dans ce cas, ne vous inquiétez pas. La fiction vengera la réalité, et votre personnage réussira à accomplir cette mission. »

Votre personnage parle également de son séjour en prison, admettant que le système carcéral l’a épuisé. Quels souvenirs gardez-vous de ces mois passés derrière les barreaux ? ?

Honnêtement, il a poussé un peu. Il y a une petite digression psychologique. Politiquement, je savais pourquoi j’allais en prison. L’incarcération elle-même faisait partie de l’action. Cela n’a donc jamais été difficile à vivre. Ce n’était pas insupportable, je l’ai vécu de manière positive.

Aujourd’hui, je ne sais pas si j’y retournerais aussi facilement qu’avant. C’est peut-être une question d’âge. En tout cas, je ne suis plus impliqué dans un mouvement qui obligerait la justice à m’incarcérer.

Votre ancien compagnon de voyage, Christian Roqueirol, déclarait récemment à votre sujet, dans les colonnes de Midi-Libre : « Plus d’antimilitarisme, plus un mot sur Gaza… mais soutenir le PSOui ! Il est passé de Bakounine à Delga. ” Qu’en penses-tu ? As-tu perdu ta radicalité ?

En général, je ne commente pas ce que disent les gens. Ce n’est pas grave, chacun a sa liberté d’expression. En tout cas, je pense que les actions que j’ai menées sur les différents sujets auxquels il fait référence m’exonèrent de toute justification.

Et concernant votre soutien à Carole Delga, fervente défenseure du projet d’autoroute A69 ?

Les gens sont libres de se souvenir des événements ! Lors des dernières élections régionales, nous avons formé un collectif dans lequel nous avons réitéré notre opposition au prolongement de la ligne LGV entre Toulouse et Bordeaux, et notre opposition à l’autoroute A69.

J’ai même demandé qu’un référendum soit organisé dans les territoires concernés pour que les habitants puissent s’exprimer. Cela n’a pas été pris en compte, mais mes déclarations n’ont pas changé depuis. Mon opposition reste la même qu’elle a toujours été.

type="image/webp">
>

Bouli Lanners, dans le rôle de José Bové, et Thomas VDBdans celui de son assistant.
©Pascal Chantier

Alors que les élections européennes auront lieu le 9 juin prochain, Une question de principe décrit les institutions corrompues jusqu’au sommet. Croyez-vous toujours en l’Union européenne ? ?

Plus que jamais. Ce ne sont pas les institutions européennes qui sont pourries, mais les gens qui les dirigent. José Manuel Barroso, l’ancien président de la Commission. Giovanni Kessler, ancien chef de l’Office européen de lutte antifraude (Olaf). Michel Petite, à la fois lobbyiste de Philip Morris et chef du comité de l’équipe sur les conflits d’intérêts de la Commission européenne. Toutes ces personnes sont aujourd’hui poursuivies.

Et ce n’est pas la seule chose. D’autres enquêtes sont en cours pour des soupçons de tentative de corruption : le Rassemblement national avec la Russie, l’AfD — le parti d’extrême droite allemand — avec la Chine. En décembre 2022, il y a eu aussi le “ Qatargate », impliquant un vice-président du Parlement. Ce sont des gens qui utilisent les institutions pour déstabiliser.

Cependant, ce film démontre que les élus ne sont pas de simples personnes assises derrière leur bureau pour voter. Ils peuvent déplacer les lignes. Cependant, pour cela, les électeurs doivent se rendre aux urnes et élire des personnes prêtes à se battre au sein des autorités.

Douze ans après le début du dossier, le 22 avril, le tribunal de Bruxelles a jugé en appel l’ancien directeur d’Olaf. Dès la sortie du cinéma, les spectateurs peuvent assister à la suite de l’histoire. Une coïncidence de timing ?

[Rires] Nous aurions été sacrément idiots si nous avions réussi à dicter le calendrier de la justice belge. Pas plus sérieusement, l’année dernière, Giovanni Kessler, l’ancien patron d’Olaf, a été condamné en première instance à un an de prison avec sursis. Les avocats se sont battus pendant cinq ou six ans pour lui faire lever son immunité européenne.

Et c’est là, le 22 avril, qu’a eu lieu le premier jour de l’audience en appel. Cependant, à la surprise générale, il a chargé Barroso. Si cela se confirme, cela signifie que l’ancien président de la Commission européenne a complètement enfreint les règles puisqu’il lui était interdit de contacter Olaf sur quelque sujet que ce soit. Alors qui sait, on peut peut-être espérer que Barroso soit convoqué devant le tribunal d’ici deux ou trois ans. Ce serait une belle sortie…

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le chanteur Zélé de Papara, figure du Festival Djéguélé
NEXT Le grand écrivain américain Paul Auster, auteur de « Moon Palace » et de « Leviathan », est décédé à 77 ans