après l’agence Télam, l’audiovisuel public à son tour dans la tourmente

après l’agence Télam, l’audiovisuel public à son tour dans la tourmente
après l’agence Télam, l’audiovisuel public à son tour dans la tourmente

Javier Milei poursuit ses attaques contre les médias publics de son pays. Après avoir fermé l’agence de presse nationale Télam en mars, presque du jour au lendemain, le président ultralibéral argentin s’attaque désormais au secteur audiovisuel. Les sites Internet et réseaux sociaux de la télévision et de la radio publiques sont désormais suspendus.

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Théo Conscience

Site en reconstruction » : c’est le message qui s’affiche désormais lorsque vous essayez d’accéder aux pages web de la télévision et de la radio publiques argentines. Dans un communiqué, le gouvernement de Javier Milei a expliqué que les canaux de communication des médias publics ont été suspendus pour une « processus de réorganisation « .

La Fédération argentine des travailleurs de - a immédiatement dénoncé un bâillonnement de l’audiovisuel public, qui s’inscrit dans le processus plus large de démantèlement initié par Javier Milei depuis son arrivée au pouvoir.

Considérant que les médias publics étaient devenus des organes de propagande, le président ultralibéral a commencé par supprimer le financement officiel de la publicité. Il a ensuite fermé début mars l’agence de presse nationale historique Télam. Et il a finalement présenté un projet de loi, actuellement examiné par les sénateurs, qui devrait permettre la privatisation de la télévision et de la radio publiques.

En savoir plus sur RFI

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Marlène Schiappa (Touche pas à mon poste), ce magnifique compliment qu’elle fait à Cyril Hanouna. – .
NEXT La fiction de France 2 avec Pierre Perrier leader terne, “Will Trent” monte un peu sur TF1, “Top Chef” stagne sous les 2 millions sur M6