Pierre Poilievre part en tournée pour séduire le Québec

Pierre Poilievre part en tournée pour séduire le Québec
Pierre Poilievre part en tournée pour séduire le Québec

(Ottawa) Alors que la Chambre des communes entame mercredi ses vacances d’été, le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, se rend à Montréal où, après un discours devant des militants en soirée, il entamera une tournée avec son épouse et ses deux enfants qui l’emmèneront aux quatre coins du Québec.

Michel Saba

La Presse Canadienne

«C’est comme des vacances en famille en même temps», a décrit son lieutenant politique pour le Québec, Pierre Paul-Hus, en entrevue à La Presse canadienne peu avant la dernière période de questions de la session.

M. Poilievre voyagera à bord d’un véhicule récréatif qui affichera une photo de lui et de sa famille, les couleurs et le logo de son parti ainsi que son message de « bon sens » en français et en anglais.

L’objectif d’une tournée d’une telle ampleur est d’envoyer un « signal fort » que les conservateurs ont le Québec « à cœur » et qu’ils ont « beaucoup d’ambition » dans cette province, a insisté M. Paul-Hus.

« L’image que les gens ont actuellement de Pierre Poilievre, c’est celui qui se bat à la Chambre des communes. C’est l’image qui est à la télé, que les gens voient, mais l’homme, l’humain qui vous tient la main, qui discute avec vous. Chaque fois que quelqu’un le rencontre et lui parle, il dit : « wow, ce n’est pas comme ça que je l’ai vu » », a-t-il expliqué.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES DE LA PRESSE CANADIENNE

Commissaire Pierre Paul-Hus

Selon le parti, un millier de personnes sont attendues au rassemblement de mercredi soir au cours duquel on annoncera que le candidat conservateur dans la circonscription de Mont-Royal sera l’avocat montréalais Neil Oberman, celui qui a récemment déposé la demande d’injonction. contre le campement pro-palestinien de l’Université McGill.

M. Poilievre visitera ensuite plusieurs circonscriptions qu’il croit pouvoir remporter aux prochaines élections générales.

Selon l’horaire fourni par le parti politique, il prendra la route jeudi en direction de Richmond-Arthabaska où il visitera trois entreprises, dont la multinationale Cascades. Il se rendra ensuite à Trois-Rivières jeudi, notamment pour assister à des courses hippiques et à un match de baseball.

Samedi, le chef conservateur se rendra à Rivière-du-Loup, puis à Charlevoix. Observation des baleines et rodéo sont au programme. Le lendemain, au Saguenay, il se rendra dans une ferme d’élevage, assistera au Spectacle aérien international de Bagotville et pique-niquera dans un parc. Enfin, lundi, il célébrera la Saint-Jean-Baptiste à Québec.

Sirènes conservatrices

Sondage après sondage, les conservateurs ont une avance considérable sur tout autre parti politique. À l’échelle du pays, cet écart est d’environ 20 points avec son plus proche rival, le Parti libéral du Canada. Toutefois, le Québec est la seule province qui n’a pas été séduite par l’offre de M. Poilievre et où le Bloc québécois maintient son avance.

Et M. Poilievre ne ménage pas ses efforts pour s’en prendre aux bloquistes qu’il continue de prétendre faussement former une « coalition » avec les libéraux, tout comme lorsqu’il affirme en anglais, tout aussi faussement, que le parti de Justin Trudeau forme une coalition avec Jagmeet. Le Nouveau Parti Démocratique de Singh.

«Non, je ne me suis jamais senti autant attaqué», a admis le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, lors de sa conférence de presse de fin de session.

Il a alors lancé une salve contre Pierre Poilievre et ses conservateurs qu’il accuse de n’avoir « ni moralité, ni éthique, ni réserves, tout est permis, la vérité n’a pas de droits ».

« Je l’ai invité dix fois à débattre avec moi dans la langue de son choix, dans le lieu de son choix. Il n’a jamais répondu. Il se pousse et il a peur. Je me demande ce que pensent ses électeurs d’un Pierre Poilievre aux gros bras qui a peur de débattre. »

Chez les libéraux, la coprésidente de la campagne, la ministre québécoise Soraya Martinez-Ferrada, dit ne pas être découragée par l’absence de mouvement dans les intentions de vote.

« Le jour des élections, j’avais 14 points de retard et j’ai gagné mon comté. Il y a des sondages, il y a des élections, il y a une campagne et nous ne sommes pas en campagne», a-t-elle déclaré à son arrivée à la réunion du caucus libéral.

Pour le lieutenant de Justin Trudeau pour le Québec, Pablo Rodriguez, il n’y a rien d’étonnant qu’un parti au pouvoir depuis plus de huit ans prenne du retard.

« Cela fait partie du défi. C’est normal. Nous sommes au troisième mandat, a-t-il déclaré aux journalistes. J’avais les cheveux noirs quand j’ai commencé. […] Mes cheveux blancs, ils ne reviendront pas et je ne les teindreai pas. »

Son collègue Jean-Yves Duclos a affirmé que la stratégie libérale pour convaincre autour du barbecue consiste à répéter qu’ils travaillent à lutter contre la hausse du coût de la vie « contrairement à Pierre Poilievre ».

« Sa stratégie consiste à réduire les impôts des plus riches et à rendre la vie plus difficile à tous les autres », a-t-il déclaré. Nous avons une stratégie opposée. »

Au Nouveau Parti démocratique, le chef adjoint Alexandre Boulerice a soutenu que son parti entend insister cet été sur les acquis obtenus dans le cadre de l’entente qui permet aux libéraux de se maintenir au pouvoir avec leur soutien : la loi anti-briseurs de grève, les soins dentaires programme et assurance médicaments.

« Cela démontrera que nous obtenons des résultats pour les citoyens, pour les Canadiens. Et je crois qu’on va voir l’aiguille (des intentions de vote) bouger un peu […] en notre faveur », a-t-il déclaré.

Les élus reprendront le travail aux Communes lundi 16 septembre.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Ce que l’on sait du meurtre de la petite Célya – .
NEXT Que savons-nous de la frappe israélienne qui a fait 71 morts dans un camp de réfugiés ? – .