Argent et bonheur | Le couple avec des REER de 14 millions

Argent et bonheur | Le couple avec des REER de 14 millions
Argent et bonheur | Le couple avec des REER de 14 millions

Dans Argent et bonheur, notre journaliste Nicolas Bérubé vous livre chaque dimanche ses réflexions sur l’enrichissement. Ses textes sont envoyés sous forme de newsletter le lendemain.


Publié à 1h32

Mis à jour à 8h00

Attention : la lecture de cette rubrique pourrait susciter des émotions intenses. Une collègue a dit qu’elle le faisait se sentir « minable ». Ce n’est pas loin de ce que ça provoque chez moi aussi.

Bref, procédez à vos propres risques.

Maintenant que cela est dit, laissez-moi vous raconter l’histoire du couple aux 14 millions de REER.

Le mois dernier, j’ai reçu un message d’un lecteur que j’appellerai Michel. Il m’a expliqué que plusieurs personnes de son entourage ne croyaient pas aux vertus du régime enregistré d’épargne-retraite (REER).

«Pour eux, le REER est une arnaque, parce qu’on paie des impôts un jour», écrit-il. Nous ne parlons pas de nos finances avec notre famille et nos amis, pour ne pas susciter l’envie et les commentaires malveillants. Mais nous avons plus de 14 700 000 $ dans nos comptes REER qui continuent de croître à l’abri de l’impôt. »

Je pensais que c’était une faute de frappe. Il n’y a pas de faute de frappe.

Michel m’a envoyé ses déclarations. J’ai passé une heure au téléphone avec lui. Tout correspond, jusqu’au dollar.

Comment un couple peut-il se retrouver avec plus de 14 millions de dollars en REER ? Michel et sa femme ont-ils gagné à la loterie ? Ont-ils reçu un méga-héritage ? Vous avez glissé sur un sol mouillé chez Walmart ? Ont-ils vendu leur entreprise à Microsoft ?

Je voudrais vous dire que c’est le cas. Mais non.

Ils n’ont fait qu’appliquer à la lettre les idées que je partage ici avec une régularité touchante (ou inquiétante, c’est selon) : ils ont dépensé moins que leurs revenus. Ils ont investi dans des placements diversifiés. Ils ont ignoré les prévisionnistes économiques. Et ils laissent le temps faire son œuvre.

«Nous n’avons rien fait d’extraordinaire», affirme Michel.

Concrètement, lui et son épouse, qui étaient des travailleurs autonomes sans régime de retraite d’employeur, ont cotisé le maximum à leur REER chaque année de 1987 à 2010.

« En 1987, nous pouvions verser une contribution annuelle maximale de 7 500 $ chacun. Ces montants ont augmenté graduellement pour atteindre 22 000 $ chacun en 2010. »

Chaque conjoint a donc investi 15 650 $ de revenu avant impôt par année en moyenne pendant 23 ans dans le REER. Cela donne en moyenne 43 $ de revenus investis par personne et par jour.

A partir de 2010, Michel et sa femme n’investissent plus un centime : ils prennent leur retraite. Depuis, le couple vit de ses placements hors REER.

En 2010, leurs comptes REER totalisaient 3 025 000 $. Quatorze ans plus tard, sans aucune contribution supplémentaire, leurs comptes affichent une valeur de 14 700 000 $.

Comment est-ce possible ?

C’est la magie des intérêts composés.

RBC Wealth Management s’occupe depuis longtemps des investissements du couple. Mais depuis 2010, Michel les gère lui-même.

Michel a investi dans Apple, Berkshire Hathaway, Google, Walmart, Amazon, Meta, la Banque Royale, Power Corporation et Toronto Dominion, entre autres.

Son portefeuille contient plusieurs des sociétés les plus importantes du S&P 500, l’indice qui regroupe les 500 plus grandes entreprises des États-Unis. Avec quelques grandes entreprises canadiennes pour compléter.

Michel a obtenu un rendement moyen d’environ 12% par année sur ses investissements depuis 2010.

Et 12% par an pendant 14 ans, cela fait passer 3 millions à plus de 14 millions.

La croissance peut sembler irréelle. Mais le rendement composé annualisé du S&P 500 au cours de cette période était de 14 % par an, y compris le réinvestissement des dividendes. Et, en tant qu’investisseur indépendant disposant d’un compte de courtage auprès de sa banque, Michel ne paie aucun frais de gestion : chaque point de pourcentage gagné par ses investissements lui revient.

Au Québec, on ne pense pas à long terme. Dès qu’un investissement double, les gens disent : « Vendez-le ! Les gens ne comprennent pas que l’argent peut doubler, tripler, quadrupler, quintupler… Plus l’argent croît, plus il croît vite. C’est comme une boule de neige.

Michael

L’investisseur de 59 ans se dit indifférent aux chutes boursières, qui ont amputé (temporairement) la valeur de son portefeuille de moitié en 2008, puis d’un tiers début 2020.

« Dans un REER, pourquoi s’inquiéter des chutes ? Ce n’est pas de l’argent pour payer les courses de demain : c’est de l’argent pour bien plus tard. Le mieux est d’être patient”, dit-il.

L’idée d’investir dans ses REER lui est venue de son beau-père.

« Le père de ma femme nous disait : « Investissez toujours autant que vous le pouvez dans les REER. » C’est ce que nous avons fait. C’est accessible à beaucoup de monde : si on avait mis la moitié de l’argent, on aurait 7 millions au lieu de 14. Ou 3,5 millions si on avait mis le quart. Mais c’est le même principe. »

Maximiser son REER ne l’a pas empêché de vivre. « Nous avons voyagé, nous avons une maison confortable. Mais j’ai préféré conduire ma Honda Accord en excellente condition plutôt que d’acheter une Acura à 70 000 $. Ces 70 000 $ valent aujourd’hui 2 millions de dollars. »

La majorité des Québécois ne sont pas intéressés par les investissements, note Michel, qui a appris en lisant différents livres au fil des années.

« Les gens ont parfois 10 000 $ ou 20 000 $ à investir, mais ne savent pas comment s’y prendre. Ce serait simple, mais là n’est pas la question. Les gens passeront 50 heures à lire avant d’acheter un bébé à 50 $ sur Amazon. Mais très peu d’entre eux consacreront 50 heures à apprendre à investir de l’argent. »

Aujourd’hui, Michel et sa femme mènent leur vie idéale. Ils font beaucoup de sport et passent une partie de l’année au soleil.

Michel a-t-il des regrets ? ” Non. Mais si je recommençais aujourd’hui, j’achèterais des fonds indiciels négociés en bourse (ETF). C’est facile à suivre et les frais de gestion sont pratiquement nuls. »

Quels conseils aimerait-il donner aux personnes qui débutent leur carrière aujourd’hui ?

Investissez dès le premier salaire. Pour un couple, vivez avec un salaire et investissez l’autre. Dans 15 ans, votre travail sera facultatif. Vos investissements généreront plus d’argent que vous.

Michael

Ce qui est le plus impressionnant dans l’histoire d’investissement de Michel et de sa femme, c’est qu’elle ne fait que commencer.

Leurs REER pourraient valoir 30 millions lorsqu’ils devront les convertir en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) à 71 ans, dans un peu plus d’une décennie, si l’on estime un rendement conservateur de 6 % par année désormais. là.

« Cela signifie que nous devrons débourser 1,6 million du FERR la première année, selon le déboursement minimum obligatoire. Ensuite, les montants augmentent. »

A partir de 80 ans, il faudra débourser 3 millions par an.

La femme de Michel voit mal comment cela est possible.

« Cela dépasse presque l’entendement », a-t-il déclaré.

Pas facile de lire ça, non ?

Vous étiez prévenu.

Ceci dit, ne soyez pas trop ébloui par ces montants. Michel et sa femme ont investi plus d’argent que la moyenne. Ils ont une tolérance au risque plus élevée, paient moins de frais et ont un meilleur comportement d’investissement que presque tout le monde. Et leurs dollars travaillent pour eux sur les marchés depuis près de 40 ans – il est normal de voir des montants élevés. En fait, le contraire aurait été surprenant.

L’important est de se lancer.

Lire le texte « Comment investir en bourse quand on n’y connaît rien »

Qu’est-ce que le REER ?

Le régime enregistré d’épargne-retraite (REER) vous permet d’éviter l’impôt, d’épargner et d’investir jusqu’à 18 % de votre salaire annuel brut, jusqu’à un maximum de 31 560 $ pour l’année 2024. Les droits de cotisation inutilisés sont cumulatifs. L’impôt est payé au moment du retrait des sommes. Après 71 ans, le REER doit être transféré dans un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) et des versements minimaux doivent avoir lieu chaque année.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV une pétition pour garder Jeff Jackson comme PDG – .
NEXT Prix ​​du gaz, démarque inconnue, nouveau plan d’économies… Ce qui change au 1er juillet