ce qu’il faut retenir… et ce qu’il faut oublier

L’édition 2024 du premier salon annuel français dédié à la technologie est terminée. Le JDN était là et partage avec vous ses impressions.

C’est LE salon de référence en France dédié aux nouvelles technologies. Pour l’édition 2024 de VivaTech, qui s’est tenue du 22 au 25 mai, les entreprises présentes se sont attachées à présenter des technologies de pointe susceptibles de faire évoluer le marché à moyen terme. Le JDN s’est évidemment rendu sur place et partage avec vous quelques-unes de ses observations.

Les robots, stars de l’IA

On sait désormais que l’avenir de l’IA passera par la robotique. Et Vivatech en a donné un aperçu. Dans les allées, impossible de rater les démonstrateurs robotiques augmentés par l’intelligence artificielle, depuis les classiques et désormais célèbres robots chiens Spots de Boston Dynamics jusqu’au robot livreur de Pudu Robotics. Même les grands groupes européens ont pris le risque cette année de dévoiler certains des projets d’IA et d’autonomie de leurs départements R&D. Airbus a ainsi présenté son Flying Truck, reproduction parfaite d’un avion de ligne utilisé pour tester de nouveaux programmes d’automatisation de ses avions utilisant principalement l’intelligence artificielle.

A gauche, une version de Spot de Boston Dynamics équipée de différents capteurs d’air, à droite, un robot serveur commercialisé par Jobotto. © BP / JDN

L’IA européenne se montre

Plus traditionnellement, l’IA générative s’est imposée dans tous les secteurs, qu’elle soit au service de la génération de visuels ou des développeurs. AWS, Meta, Microsoft, comme l’année dernière, ont fait la promotion de leurs LLM mais, nouveauté, l’IA européenne commence doucement à s’imposer sur le salon, avec des acteurs comme les français Mistral AI ou LightOn… Le besoin de technologies d’IA souveraines semble donc s’imposer. s’imposer, comme l’illustre la récente levée de 220 millions d’euros auprès de H, nouvel entrant dans l’IA générative avec des acteurs de renom : Bernard Arnault, Xavier Niel, Eric Schmidt, etc.

La Greentech fleurit sur tous les pavillons

La technologie climatique était la deuxième grande thématique mise en avant à Vivatech après l’intelligence artificielle. Un espace dédié, baptisé Impact Bridge, a été aménagé. Mais inutile de la chercher pour trouver des solutions : la green tech était présente dans tous les pavillons à travers une multitude de start-up. Comme Droople, sur le pavillon swisstech, mettant en avant ses capteurs IoT mesurant la consommation d’eau. La qualité de l’eau est également un sujet sensible auquel MolluScan a souhaité sensibiliser, sur le pavillon de la région Nouvelle-Aquitaine, avec sa solution connectant les mollusques, déployée dans l’estuaire de la Gironde, le port de Barcelone ou dans les centrales électriques d’EDF, qui l’utilise. pour évaluer les rejets.

C’est attiré par une vidéo de plantes biolumineuses que les visiteurs ont pu découvrir la start-up Aglaé, sur le pavillon de la région Centre-Val de Loire. Cette dernière a développé un sérum pour allier verdissement et éclairage intelligent dans les villes. Un peu plus loin, deux conteneurs remplis d’algues nous ont intrigués : il s’agit d’une présentation de la start-up Magma. Cette jeune entreprise française se lance dans la culture d’algues en bassins connectés pour surveiller ces plantes aux fortes perspectives de ventes dans l’alimentaire et la cosmétique. Le pavillon de la Réunion n’a pas été en reste en termes d’apport du végétal : les murs végétaux modulables et connectés de la start-up Greenskin, dont la plateforme de production vient d’être inaugurée dans un Esat à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais ), ont pu démontrer leurs caractéristiques d’isolation thermique et l’innovation de leur système d’arrosage autonome. Une solution qui donne envie d’être entouré de plantes au travail.

Ce à quoi nous ne nous attendions pas chez VivaTech

Si le salon était le rendez-vous de l’innovation technologique, pour certains il était aussi le rendez-vous de l’insolite, voire de l’attraction.

Les grands groupes respectaient le même dress code : ambiance start-up. Impossible de passer à côté de l’emblématique baby-foot connecté AWS ou de la table de ping-pong aux couleurs d’IBM. Des activités toujours populaires, parfois plus que certaines allocutions. Même Elise Lucet a été aperçue en train de jouer au baby-foot. Le groupe La Poste possédait également son petit gadget : un vélo d’appartement avec jeu connecté, « The Champions Tour », retraçant le parcours d’un facteur lors des JO. De son côté, le ministère des Armées a proposé un jeu vidéo de course automobile pour attirer les jeunes recrues.

Vélo d’appartement connecté pour le jeu « Champions Tour » de La Poste dans le cadre des JO. ©BF/JDN

Audi, Peugeot, Tesla, Meta, BYD… Pour cette édition 2024, VivaTech avait aussi des allures de salon de l’auto avec des voitures aux lignes futuristes exposées aux quatre coins des pavillons. Une présence appréciée au vu de la file d’attente devant le salon Audi et du nombre de téléphones brandis devant le Cybertruck d’Elon Musk. Certains se sont laissés rêver en s’installant dans le véhicule, actuellement interdit de circulation en Europe. En comparaison, les robots sur roues, le célèbre chien robot et les scooters à trois roues présents dans les allées font presque pâle figure en comparaison.

D’autres invités nous ont surpris, notamment les marques de cosmétiques massivement représentées pour cette édition 2024. Si L’Oréal met en avant son assistant IA « Beauty Genius » et ses solutions beautytech, le groupe a invité la marque Aesop pour que les visiteurs puissent… sentir leurs savons et parfums.

La dimension tech n’est pas évidente ni sur le stand de certaines jeunes entreprises de soins à base de coquilles d’œufs ni avec des listes de compositions très transparentes. VivaTech est certainement l’occasion pour ces start-up de rencontrer les investisseurs présents porte de Versailles. Le JDN a passé son tour.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un robot quadrupède « renifle » des gaz dangereux dans des environnements inaccessibles
NEXT les Allemands, toujours impériaux, se dirigent vers le 8, le résumé du match