ce que l’on sait de l’agriculteur arrêté ce mercredi 22 mai

ce que l’on sait de l’agriculteur arrêté ce mercredi 22 mai
ce que l’on sait de l’agriculteur arrêté ce mercredi 22 mai

Quatre mois après l’incendie du bâtiment de la Mutualité sociale agricole lors de la manifestation de colère des agriculteurs à Narbonne, un individu a été interpellé ce mercredi 22 mai, à son domicile de Coursan. Contestant les faits, il a été libéré, et de nouvelles enquêtes devraient faire la lumière sur cet événement.

L’Indépendant l’a révélé ce mercredi 22 mai. Un agriculteur de 50 ans a été interpellé à son domicile de Coursan à 6 heures du matin par la police de Narbonne. Il est soupçonné d’être l’auteur de l’incendie du bâtiment de la Mutualité sociale agricole lors de la manifestation dans le chef-lieu de la sous-préfecture le 26 janvier 2024. Ce jour-là, comme aux quatre coins de la France, la colère du secteur agricole gronde et déborde. Plusieurs manifestants, insensibles aux appels au calme des dirigeants syndicaux, se sont rendus dans la zone économique de Bonne Source. Pneus et vignes sont ramassés devant l’entrée du MSA, notamment à l’aide d’un tracteur, avant d’allumer le feu.

Les protagonistes sont pour la plupart cagoulés. Mais quelques minutes plus tard, le bâtiment est englouti et les flammes ravagent tout le quartier malgré l’intervention des pompiers. Les images de ces destructions font rapidement le tour des médias et les condamnations sont unanimes pour dénoncer la destruction d’un outil qui se veut au service des vignerons et des agriculteurs.

Vidéos et photographies

Sous l’autorité du parquet, une enquête préliminaire pour destruction volontaire par incendie est ouverte et est confiée au commissariat de Narbonne. Les investigations se sont alors portées sur l’exploitation de nombreuses vidéos et photographies des événements du 26 janvier. Une nouvelle étape a donc eu lieu avec l’arrestation ce mercredi 22 mai, quatre mois après les événements, de l’auteur présumé de cette destruction.

Pour les enquêteurs, il s’agissait de l’entendre et de connaître ses explications alors que les images prouvent clairement sa présence sur les lieux. Il serait également le seul protagoniste identifiable alors que les autres participants au déchaînement sont cagoulés. Si, devant les policiers, l’accusé ne nie pas avoir été sur les lieux et avoir manipulé les braises, il nie les avoir jetées sur le bâtiment du MSA qui a provoqué l’incendie et reconnaît que ce sont d’autres individus qui ont participé à l’étreinte.

A l’issue de son audition, l’agriculteur de Coursan a été libéré en fin d’après-midi, l’enquête policière concentrant désormais ses travaux sur les déclarations du prévenu et la confrontation avec les éléments en charge du dossier ainsi que l’exploitation de nouvelles images de 26 janvier. Le parquet de Narbonne devrait donc mener de nouvelles enquêtes auprès des médias qui se trouvaient sur les lieux de l’incendie ou qui ont diffusé des vidéos et photographies de la destruction du MSA.

A noter qu’une expertise psychiatrique de l’agriculteur sera également réalisée dans les prochains jours.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la baisse de son taux au 1er août se confirme
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .