En tant que piéton, vous seriez plus susceptible d’avoir un accident avec une voiture électrique qu’avec une voiture thermique selon une étude

En tant que piéton, vous seriez plus susceptible d’avoir un accident avec une voiture électrique qu’avec une voiture thermique selon une étude
En tant que piéton, vous seriez plus susceptible d’avoir un accident avec une voiture électrique qu’avec une voiture thermique selon une étude

S’appuyant sur divers rapports et données datant de 2013 à 2017, Phil Edwards, professeur d’épidémiologie et de statistiques à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, et son équipe ont publié une étude expliquant qu’en Grande-Bretagne, les piétons seraient plus susceptibles d’être heurtés par des collisions. une voiture électrique et/ou hybride que par une voiture à moteur thermique.

Les piétons n’entendent pas les voitures électriques

Dans l’étude publiée dans le Journal of Epidemiology and Community Health, l’une des principales causes évoquées pour expliquer un tel résultat est le fait que les voitures électriques et hybrides, du moins dans les zones urbaines, sont beaucoup moins bruyantes que les autres.

Ces différences peuvent avoir un impact sur la sécurité, car les piétons entendent généralement la circulation qui approche et veillent à éviter les collisions, ce qui est plus difficile s’ils n’entendent pas les véhicules électriques.» précise l’étude.

Ce dernier précise aussi que les véhicules électriques sont des « véhicules nouveaux » et que la majorité des piétons ont grandi en entendant le bruit des voitures thermiques. En effet, ils n’ont pas l’habitude de ne pas entendre, ou très peu, un véhicule électrique.

Pour corroborer ce constat, le Guardian met également en avant un rapport du ministère américain des Transports datant de 2017.

Pour citer le quotidien anglais citant le rapport : «Les voitures électriques et hybrides présentent un risque 20 % plus élevé pour les piétons que les voitures à essence et diesel, et un risque de 50 % lors des déplacements à basse vitesse, comme lors des virages, des marches arrière, des entrées dans la circulation et des arrêts.»

Mais au-delà de la question de l’audibilité, l’étude pointe aussi l’âge des conducteurs de voitures électriques ainsi que leur expérience sur la route.

Ainsi, selon leurs analyses, les conducteurs plus jeunes et donc moins expérimentés sont plus susceptibles d’être impliqués dans des accidents de la route, et sont également plus susceptibles de posséder une voiture électrique.

La voiture électrique plus dangereuse que la voiture thermique pour la même distance parcourue

Afin de continuer à prouver leur point de vue sur la dangerosité des voitures électriques, les équipes de Phil Edwards se sont appuyées sur une autre statistique, toujours basée sur des données datant de 2013 à 2017.

En effet, même si les voitures thermiques sont plus nombreuses sur les routes et impliquées dans les ¾ des collisions avec des piétons, les voitures électriques seraient plus dangereuses à distance parcourue égale.

Selon leurs chiffres, sur 100 millions de miles (160 934 400 km), les voitures électriques et hybrides ont été impliquées dans 5,16 accidents par an, tandis que les voitures thermiques ont été impliquées dans 2,4 accidents.

Limites de l’étude

Bien que l’étude ait été réalisée avec soin, certaines limites ont été soulignées, notamment pour relativiser le résultat final. Voici quelques réponses de scientifiques à l’étude, sur le site Science Media Center, ou même par les auteurs eux-mêmes :

  • Dans leur article, les auteurs reconnaissent que leurs données ne sont pas les plus récentes et que faute d’archivage, ils n’ont pas pu accéder aux chiffres après 2018 ;
  • Kevin McConway, professeur à l’Open University (Royaume-Uni), souligne que l’étude, si elle montre que le nombre d’accidents avec des piétons est plus élevé avec les voitures électriques qu’avec les voitures thermiques, elle n’explique pas pourquoi ;
  • Le professeur McConway émet également l’hypothèse que le comportement des piétons ainsi que des conducteurs de voitures électriques pourrait avoir changé depuis 2017, à mesure que le nombre de véhicules électriques ou hybrides a augmenté sur les routes ;
  • The Guardian précise également qu’en Grande-Bretagne, depuis 2019, il est obligatoire pour les véhicules électriques d’émettre un son audible et perceptible lorsqu’ils roulent lentement afin d’avertir les piétons de leur présence. Toutefois, et à l’appui de l’étude, toutes les voitures vendues et en circulation avant cette date ne sont pas équipées d’un tel dispositif.

Cependant, comme le souligne le Guardian, si cette étude a des limites, elle n’en reste pas moins vraie.

Le quotidien britannique rappelle que les véhicules électriques représentent un danger potentiel dans leur conception avec des accélérations brusques, une masse bien plus importante que leurs homologues thermiques ce qui implique donc des distances de freinage plus importantes et donc plus de danger en cas de tentative d’évitement.

Ainsi, Phil Edwards, dans ce sens et aussi dans celui de son étude, demande que des efforts soient faits du côté du gouvernement qui, s’il veut favoriser une transition vers les véhicules électriques, doit non seulement prendre en compte la l’impact écologique, mais aussi celui de la sécurité, notamment envers les piétons.

Source : The Guardian/Centre des médias scientifiques

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Grèce – Un incendie fait rage à 30 km au sud d’Athènes
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .