“C’est une catastrophe. Les femmes vont me détester… » – .

“C’est une catastrophe. Les femmes vont me détester… » – .
Descriptive text here

Un peu plus de trois heures plus tard, Michael Cohen, l’ancien avocat et « homme de main » de l’ancien président des États-Unis, est invité à monter à la barre où il commencera à détailler devant les jurés comment son ex-patron a recherché pour dissimuler, par des écritures comptables, un versement de 130 000 $ destiné à acheter le silence de Stormy Daniels, une actrice de films pornographiques avec laquelle il aurait eu une liaison extraconjugale en 2006.

Le procureur de Manhattan, Alvin Bragg, accuse l’homme d’affaires d’avoir approuvé ces paiements juste avant l’élection présidentielle de 2016 pour sauver sa candidature, et sans les déclarer comme dépenses de campagne. Un geste qui constitue une infraction à la loi sur le financement électoral, passible de prison. Des quatre affaires pénales dans lesquelles Donald Trump est poursuivi, celle-ci est sans doute la seule où un verdict sera rendu avant le scrutin du 5 novembre.

« Payer en espèces » : l’enregistrement qui a fait l’effet d’une bombe au procès de Trump

Tout converge vers Trump

Comme il a pris sur lui de payer Stormy Daniels avant de se faire rembourser par «le patron», comme il l’appelait à l’époque où il se disait prêt à «prends une balle de pistolet pour lui», Michael Cohen est un témoin clé pour le procureur Bragg. En effet, depuis le début du procès fin avril, ce dernier cherche à prouver que l’ancien président était conscient que sa liaison sexuelle pouvait lui nuire électoralement et qu’il avait orchestré le montage financier pour la révéler.

Procès Donald Trump : ce que Stormy Daniels a dit à propos de sa rencontre avec l’ancien président

Jusqu’à présent, de nombreux membres de son entourage professionnel ont témoigné que les remboursements, décrits dans des documents internes comme «services juridiques» et non des dépenses électorales, n’auraient pas pu se faire sans son accord. Jeff McConney, l’ancien contrôleur financier de sa société, la Trump Organization, a notamment confirmé l’authenticité de notes manuscrites détaillant les modalités de remboursement de Michael Cohen. La somme qui lui sera versée était supérieure aux 130 000 dollars versés à Stormy Daniels, peut-être pour mieux dissimuler le paiement initial à l’actrice. Des chèques envoyés à Cohen portant la signature de Donald Trump et provenant du compte personnel du magnat ont été présentés au jury à cette occasion.

Ancienne conseillère du leader, Hope Hicks semblait également incriminer son ancien patron. En larmes, signe de la pression sur ses épaules, elle se souvenait, début mai, qu’il était déterminé à étouffer dans l’œuf l’affaire Daniels. “Il pensait qu’il valait mieux s’en occuper tout de suite et qu’il aurait été préjudiciable que l’histoire soit révélée avant les élections.“, elle a expliqué.

Discréditer les témoins

Aux commandes, Michael Cohen a mis le doigt sur le problème. Il a confirmé que le milliardaire l’avait exhorté à régler cette affaire potentiellement explosive et qu’il était plus préoccupé par l’effet d’une révélation de cette prétendue affaire sur ses chances de victoire que par la réaction de son épouse. “Il ne pensait pas à Mélania, juste à sa campagne». Donald Trump lui a même dit : «C’est une catastrophe. Les femmes vont me détester, les mecs vont trouver ça cool, mais ce sera une catastrophe pour la campagne».

Lors de son contre-interrogatoire mardi, Todd Blanche, l’un des avocats de Donald Trump, a tenté de le présenter comme un revanchard, se sentant trahi par celui qui lui a valu une peine de prison en 2018. Blanche lui a rappelé qu’il avait appelé le républicain “dictateur” et D’ ” animal digne d’être en cage». “Voulez-vous voir Donald Trump condamné ? “, il lui a demandé. “Bien sûr», a reconnu l’intéressé, devant le milliardaire.

La défense a également utilisé cette technique de discrédit une semaine plus tôt contre Stormy Daniels, qui a détaillé sa prétendue relation sexuelle avec le magnat de l’immobilier, y compris leur conversation antérieure sur les maladies sexuellement transmissibles (MST). Ce dernier continue de nier l’épisode. “Vous avez beaucoup d’expérience dans l’invention d’histoires sexuelles qui semblent vraies», a fait valoir Susan Necheles, une autre avocate de Donald Trump, pour remettre en question la crédibilité de l’actrice-réalisatrice-productrice. “Si c’était faux, ce dernier a réponduJe l’aurais écrit pour que ce soit bien mieux. »

Les ténors républicains à la rescousse

Comme souvent, Donald Trump a terminé la journée de mardi en se faisant passer pour la victime d’une chasse aux sorcières. “C’est horrible de voir ce qui arrive à la démocratie de ce pays», a-t-il déclaré en quittant la salle d’audience. Ces derniers jours, plusieurs dirigeants républicains, dont certains potentiels colistiers du candidat (l’entrepreneur Vivek Ramaswamy, le sénateur JD Vance, etc.), sont venus le soutenir. De son côté, le « speaker » (président de la Chambre des représentants) Mike Johnson a dénoncé un «parodie de justice», mardi, au tribunal. “Je suis dégoûté par ce qui se passe». Preuve de la connotation politique de ce procès qui se déroule en pleine campagne présidentielle.

Les proches de Donald Trump commentent son procès en direct

L’audience de Michael Cohen reprendra jeudi matin. Nul doute que les curieux seront une nouvelle fois au rendez-vous.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV la Moselle en alerte rouge aux crues, hauteur record
NEXT Richard Gere s’est inspiré de la mort de son père pour son rôle dans « Oh, Canada » de Paul Schrader