Vincent Kompany a-t-il assez de build ? « Ils veulent faire comme Xabi Alonso »

Vincent Kompany a-t-il assez de build ? « Ils veulent faire comme Xabi Alonso »
Vincent Kompany a-t-il assez de build ? « Ils veulent faire comme Xabi Alonso »

Franz Beckenbauer, Pep Guardiola, Giovanni Trapattoni, Carlo Ancelotti, Ottmar Hitzfeld, Louis van Gaal, Jupp Heynckes, Jurgen Klinsmann, Hansi Flick, Thomas Tuchel, Julian Nagelsmann… Voilà les grands noms aux côtés desquels celui de Vincent Kompany s’apprête à se tenir’ » ajoute-t-il, alors qu’il gérait son dernier match de Pro League avec Anderlecht il y a vingt-quatre mois.

La trajectoire de l’ancien Diable Rouge était déjà folle. Cela devient presque irréel. Joueur-entraîneur au RSCA en 2019, puis manager à plein temps avant de traverser la Manche durant l’été 2022 pour réaliser une première saison historique avec Burnley, avant une seconde cauchemardesque… et enfin être sur le point de décrocher ce poste prestigieux au Bayern Munich .

mouette

Le Bayern veut un vent frais en nommant un jeune entraîneur étranger.

Si les rumeurs envoyant l’entraîneur du promu anglais d’Ipswich Town, Kieran McKenna, à Chelsea ou à Manchester United sont déjà une surprise, voir un entraîneur tout juste relégué recevoir une place dans l’un des plus grands clubs de la planète est une anomalie totale. Sauf Vincent Kompany, qui deviendra sans doute le premier entraîneur de l’histoire à réussir un tel tour de passe-passe.

Ce qui pose forcément la question : le Bayern a-t-il raison de faire confiance à un entraîneur de 38 ans aussi inexpérimenté et qui sort d’un revers ? « Vincent réussiraassure Jean-Marie Pfaff, légende belge du Bayern (1982-1988). Le Bayern veut faire la même chose que Leverkusen avec Xabi Alonso. Il veut un vent nouveau en nommant un jeune entraîneur étranger après deux échecs avec les Allemands.»

Jean-Marie Pfaff est certain que Kompany réussira au Bayern et lui demande en riant : “Tu ne veux pas d’entraîneur des gardiens ?”

Thorsten Fink, qui a passé neuf saisons en Bavière (1997-2006), n’est pas aussi convaincu. “Kompany connaît les grands clubs car il a joué dans de grands clubs. Mais je ne sais pas s’il est prêt à être entraîneur d’un si grand clubpense l’actuel entraîneur de Saint-Trond qui a toujours confiance en son ancien club. Je suppose qu’étant donné le professionnalisme qui règne au Bayern, cela a été bien analysé. Alors pourquoi pas? Ils ont essayé d’autres voies, mais personne n’était libre.

Le parcours de l’entraîneur Kompany ©IPM Graphics

Pas le premier choix

Force est de constater que Vincent Kompany n’est pas le choix numéro un. Ni numéro deux, ni numéro trois… Les pistes menant à Xabi Alonso, Julian Nagelsmann, Ralf Rangnick, Hansi Flick, Unai Emery, Roger Schmidt, Oliver Glasner ou Roberto De Zerbi ont toutes fini dans l’eau. Cependant, le directeur général des sports bavarois, Max Eberl, a alors ouvert ses horizons. “Un très bon ami dit toujours : le meilleur vient en dernier. »» a-t-il déclaré le week-end dernier, sous-entendant qu’un candidat surprise était à l’étude.

mouette

Je ne sais pas s’il est prêt à être entraîneur d’un si grand club.

En réalité, l’idée avait germé dans la tête de Max Eberl.pendant un certain temps”, nous dit-on dans l’entourage de Kompany, un entraîneur considéré par ses pairs – et notamment son mentor Pep Guardiola – comme très prometteur. C’est sur cela, ainsi que sur l’excellente réputation et l’importante couverture médiatique dont il bénéficie, que le Bayern a voulu capitaliser. Germanophone grâce à ses deux saisons à Hambourg (2006-2008), l’ancien Diable Rouge prône aussi une philosophie qui séduit Maître d’enregistrement.

Vincent Kompany en 2019 à Anderlecht. ©BELGA

Son jeu et ses idées axés sur la possession ont fonctionné à merveille en Championnat, avec des joueurs de qualité supérieure au reste de la ligue. Et même si son modèle a atteint ses limites en division supérieure face à des effectifs bien meilleurs, son approche devrait encore mieux fonctionner avec des joueurs plus doués techniquement et qui partagent les valeurs d’abnégation, de travail et de rigueur. C’est le cas au Bayern où on a vu Pep Guardiola s’épanouir par le passé.

La question de la gestion des vestiaires et des egos est cependant plus délicate. On a vu récemment Julian Nagelsmann, très jeune lui aussi, trébucher sur certains cadres du groupe. Dans le passé, même Carlo Ancelotti n’a pas réussi à apprivoiser bon nombre de ses éléments. Kompany semble cependant capable, grâce à son expérience de capitaine à Manchester City et à son charisme, d’affronter les personnages les plus hostiles.

Il pourra également compter sur le soutien de l’ensemble de son staff actuel (Bellamy, Cremers, Jackson, Ngalula) qui devraient le suivre dans cette nouvelle aventure. Outre la pression liée à l’indispensable atteinte de résultats dans un tel club, le plus grand défi de Kompany pourrait être à terme de trouver l’osmose avec une direction très exigeante et ses fortes personnalités historiques dans un organigramme pas toujours très clair.

Vincent Kompany bientôt au Bayern ? L’ancien entraîneur du RSCA aurait un accord de principe avec les Bavarois

Un monstre à six têtes

Il existe deux entités principales au sein de cette institution : Bayern AG en tant qu’entreprise et Bayern eV en tant que club de football. Le grand patron du côté sportif est Herbet Hainer, qui préside le club et son conseil de surveillance depuis les élections internes de 2019. De son côté, Jan-Christian Dreesen est le PDG du côté entreprise depuis 2023 et le départ d’Oliver. Kahn. Il préside donc l’assemblée générale et est engagé pour une durée de deux ans. Le conseil de surveillance (9 membres) supervise Bayern AG.

mouette

L’entraîneur doit être disponible pour les supporters.

En dessous de ce duo, plusieurs vice-présidents sont en place, mais deux personnes exercent une influence particulièrement forte : Uli Hoeneß et Karl-Heinz Rummenigge. Le premier est le prédécesseur de Hainer et il est aujourd’hui président d’honneur et membre du conseil de surveillance, aux côtés de Rummenigge qui est lui-même l’ancien président le plus historique du Bayern AG puisqu’il est resté en poste pendant 19 ans.

Karl-Heinz Rummenigge et Uli Hoeness. ©Swen Pförtner/dpa

Enfin, Max Eberl et Christoph Freund forment un duo qui gère la direction sportive. Le premier est directeur général des sports, le second est directeur sportif. Si les impulsions et les grandes orientations sportives viennent d’eux, ce sont alors les dirigeants du conseil de surveillance qui doivent trancher.

C’est ce conseil qui doit également donner son feu vert pour payer les près de 20 millions d’euros réclamés par Burnley pour racheter le contrat de Kompany et conclure le deal. Et c’est aussi ce conseil qui aura le dernier mot sur les transferts qui seront essentiellement menés par Freund et Eberl. De son côté, Kompany n’aura que l’occasion d’exprimer des vœux, loin du pouvoir de décision quasi total qu’il avait en matière de recrutement à Burnley.

« Tout le monde a son avis sur le Bayern : les dirigeants, les supporters mais aussi les anciens joueurs, qui ont des chroniques dans les journaux.prévient Jean-Marie Pfaff. Il doit être disponible pour les fans – ne pas refuser de photos ou d’autographes – et il doit jeter un œil à l’académie de temps en temps. Ses prédécesseurs ne l’ont pas fait.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV super prix à saisir dès maintenant sur smartphone sur ce site spécialisé
NEXT Formule 1 | Mercedes F1 : Vers Antonelli dès 2025, avec une porte ouverte pour Verstappen