Nouveau traitement préventif contre le virus respiratoire syncytial (VRS) pour les nourrissons au Québec

Nouveau traitement préventif contre le virus respiratoire syncytial (VRS) pour les nourrissons au Québec
Nouveau traitement préventif contre le virus respiratoire syncytial (VRS) pour les nourrissons au Québec

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, annonce la mise en place d’une mesure préventive importante pour protéger les nourrissons et les jeunes enfants vulnérables contre les complications du virus respiratoire syncytial (VRS).

Dès l’automne 2024, le nirsévimab (Beyfortus™), un nouveau médicament préventif, sera administré gratuitement aux bébés à risque au Québec, faisant de cette province la première au Canada à offrir ce traitement gratuitement.

Le nirsevimab sera administré par une seule injection intramusculaire, ce qui le rendra simple et efficace à utiliser pour les familles. Ce médicament est spécifiquement conçu pour réduire le risque de complications graves du VRS, pouvant entraîner une hospitalisation. L’introduction de ce traitement constitue une avancée considérable dans la lutte contre ce virus saisonnier qui touche principalement les enfants et peut entraîner des bronchiolites ou des pneumonies graves.

Critères de répartition et d’éligibilité

Les premières livraisons de nirsevimab sont prévues début septembre 2024. Le traitement sera disponible dans les établissements de santé et de services sociaux partout au Québec. Il sera administré aux nourrissons qui :

• Moins de 6 mois au début de la saison du VRS ou né pendant la saison ;

• Avoir des problèmes de santé qui les exposent à des risques accrus de complications, comme la prématurité ou une maladie cardiaque ou pulmonaire.

Les parents sont encouragés à discuter avec le professionnel de la santé de leur enfant pour déterminer si leur bébé est éligible au nirsevimab.

Implications pour le système de santé

L’adoption du nirsevimab est considérée non seulement comme une protection pour les enfants vulnérables, mais aussi comme une stratégie visant à réduire la pression sur les services de santé pendant les mois d’automne et d’hiver, périodes typiques de circulation du VRS.

Déclaration du ministre de la Santé

« L’ajout du nirsevimab à notre arsenal de prévention constitue une avancée majeure pour la santé publique », affirme Christian Dubé. « Ce traitement gratuit apportera une tranquillité d’esprit supplémentaire aux familles québécoises et contribuera à réduire le nombre d’hospitalisations et de consultations médicales dues au VRS. »

Pour plus d’informations sur l’accès au nirsevimab et les critères de distribution, les parents et les professionnels de la santé peuvent consulter les lignes directrices détaillées publiées par l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux, disponibles sur la Liste des médicaments des établissements à l’adresse https://www.ramq.gouv.qc.ca/fr/a-propos/liste-medicaments-fournis-etablissement.

Source : Cabinet du Ministre de la Santé / CNW

Publication Indice Santé : 2024-05-24

Nombre de visites depuis la publication : 13

Lire sur l’indice de santé :

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV manifestation contre l’extrême droite ce samedi 15 juin, la route
NEXT Corentin Moutet fait le show et se qualifie pour les huitièmes de finale