Les chiffres et (Simon) Delestre (1/3) – .

Même si l’officialisation des sélections devait intervenir quelques jours après l’impression de ce magazine, tout porte à croire que Simon Delestre aura l’honneur de défendre le Coq lors des épreuves de saut d’obstacles des Jeux Olympiques de Paris 2024. Une quatrième sélection en douze ans qui fera de lui l’un des cavaliers français les plus capés. Après la rupture de rêne à Londres en 2012 avec Napoli du Ry, la blessure inimaginable d’Hermès Ryan des Hayettes dans son box à Rio de Janeiro en 2016 et deux parcours exceptionnels avec Berlux dans l’épreuve par équipes à Tokyo en 2021, que la France n’avait pas réussi à remporter en raison de l’élimination de Pénélope Leprevost et Vancouver de Lanlore, le cavalier lorrain montera cette fois Cayman Jolly Jumper, l’un des chevaux les plus talentueux et singuliers de la planète saut d’obstacles. Avec des ambitions collectives, mais aussi individuelles. Pour se faire une idée de ce que représente à l’échelle nationale cet authentique stakhanoviste de quarante-trois ans, dont la carrière n’est pas près de s’arrêter, rien de tel que les chiffres. Des chiffres et Delestre, que l’ancien numéro un mondial analysera en bon mathématicien, lui qui avait débuté des études supérieures dans la matière.



11 628 137. C’est la somme, en espèces, des gains que Simon Delestre a remportés en compétition depuis 1998, année où la Fédération française d’équitation (FFE) a informatisé son système de gestion des compétitions. Né le 21 juin 1981 à Metz, le cavalier, qui a fêté ses dix-sept ans quelques jours avant l’inoubliable triomphe mondial de l’équipe de France de football, n’a sûrement pas gagné beaucoup d’argent auparavant, même s’il s’est fait connaître dès ses premières années en compétition, notamment avec le charismatique Panama du Cas…

Trouver

SIMON DELESTRE

dans les vidéos sur

Trouver
toutes nos vidéos
sur

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le petit taureau Nougaro apprivoisé – .
NEXT un ultimatum fixé – .