SÉNÉGAL-MONDE-SANTE / L’engagement de Bassirou Diomaye Faye dans la campagne GAVI pour la souveraineté vaccinale – Agence de presse sénégalaise – .

SÉNÉGAL-MONDE-SANTE / L’engagement de Bassirou Diomaye Faye dans la campagne GAVI pour la souveraineté vaccinale – Agence de presse sénégalaise – .
SÉNÉGAL-MONDE-SANTE / L’engagement de Bassirou Diomaye Faye dans la campagne GAVI pour la souveraineté vaccinale – Agence de presse sénégalaise – .

Dakar, 20 juin (APS) – Le chef de l’Etat sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, s’est engagé, jeudi à Paris, à œuvrer pour la réussite de la campagne initiée par GAVI, l’Alliance du Vaccin, pour promouvoir la vaccination souveraine du continent africain.

« Soutenir le financement de Gavi signifie également investir stratégiquement et à un rythme plus rapide dans la protection de nos enfants, des générations actuelles et futures. Je serai impliqué dans cette campagne pour GAVI et je vous invite tous à le faire », a-t-il déclaré.

Dans son discours dont l’APS a reçu copie, Bassirou Diomaye Faye a expliqué que sa présence au Forum de Paris sur la souveraineté vaccinale et l’innovation illustre son attachement personnel à la santé et la place qu’elle occupe dans l’action de son gouvernement.

« L’histoire récente de la pandémie de Covid-19 nous a montré à quel point nous sommes vulnérables, à quel point nous sommes mal préparés face aux pandémies et que la santé doit donc être une priorité permanente », a-t-il soutenu.

Il a insisté sur le fait que la pandémie avait surtout mis en évidence les disparités structurelles qui existaient déjà, entre pays développés et pays en développement, en matière de vaccination.»

« Bien que l’Afrique représente environ 20 % de la population mondiale, son industrie vaccinale ne fournit que 0,25 % de l’approvisionnement mondial. Le continent reste encore largement dépendant des autres régions pour couvrir ses besoins. Cela montre l’immensité de la tâche qui reste à accomplir pour la souveraineté vaccinale de l’Afrique », a expliqué Bassirou Diomaye Faye.

Il n’a pas manqué de souligner que l’un des défis majeurs pour l’Afrique aujourd’hui était de produire des vaccins, des médicaments et des produits de diagnostic, mais aussi d’accéder aux plateformes de commercialisation pour participer pleinement à la lutte contre les futures menaces sanitaires. »

Le Chef de l’Etat sénégalais a, par la même occasion, rappelé l’initiative lancée par l’Institut Pasteur de Dakar avec le soutien de l’Etat du Sénégal à travers un programme de développement industriel estimé à 252 millions de dollars en vue de consolidation. réalisations et l’atteinte de l’objectif de l’Union africaine de produire 60% des vaccins utilisés localement sur le continent d’ici 2040.

« La construction des infrastructures et l’acquisition des équipements sont en cours de finalisation et le site du vaccinopole de Diamniadio qui constitue une des entités du programme aura une capacité de production de 300 millions de doses de vaccins de routine, épidémiques ou pandémiques en utilisant trois (03 ) plateformes technologiques incluant l’ARN messager », a-t-il déclaré.

Bassirou Diomaye Faye a ainsi souligné la mise en place par le gouvernement sénégalais d’une Agence Nationale de Réglementation Pharmaceutique (ARP) afin de superviser toutes ces initiatives.

Selon le Président de la République, l’ARP a déjà travaillé dur pour parvenir aux phases de maturation et d’approbation requises.

AKS/OID

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Encore un énorme rebondissement pour Mikautadze !
NEXT VINCENT, ASSIGNÉ AU SEXE MASCULIN – .