Plaidoyer pour une solution durable

Plaidoyer pour une solution durable
Plaidoyer pour une solution durable

1) La détermination des mois lunaires fait l’objet de divergences du point de vue du Fiqh depuis des siècles. Il convient donc de rechercher une option qui va dans le sens de l’harmonie et de l’unité de la communauté musulmane de notre cher pays. Aucun groupe ne devrait considérer qu’il détient la « vérité » sur la question et dire « si les autres ne nous rejoignent pas, il n’y a pas de solution ».

2) Parmi les oulémas contemporains les plus reconnus ont émis des Fatwas en adéquation avec la célébration de la fin des fêtes du Ramadan (Korité) et du sacrifice (Tabaski) à l’unisson dans chaque pays en relation avec la situation actuelle des États-nations qui forment le monde musulman. monde. De ce point de vue, cette affirmation des jurisconsultes (Fuqahâs) est très utile et même décisive : « La décision du dirigeant décide là où elle prévaut sur les différends » (hukmul hâkim yarfa ‘ul khilaaf).

3) Dans tous les grands pays musulmans, notamment l’Arabie Saoudite, qui ne sont pas confrontés à la crise que connaît le Sénégal, il existe une autorité publique chargée d’observer et de surveiller les douze mois lunaires sur l’ensemble du territoire national. Le Sénégal gagnerait à s’inspirer de ces pays musulmans dont certains ont dû connaître le problème que notre pays n’est pas encore parvenu à résoudre. C’est-à-dire qu’avoir une autorité dont elle retiendra les décisions et les dates en la matière engagera l’ensemble de la communauté musulmane du pays, notamment en ce qui concerne celles des fêtes de Korité et de Tabaski.

4) A noter que les décisions d’une telle autorité seront d’autant plus fiables qu’elles prennent en compte des données astronomiques qui ont aujourd’hui atteint un niveau de précision comme l’instant de conjonction et celui du coucher du soleil. Le soleil est connu à la seconde près. C’est une telle autorité qui aura la légitimité et qui sera autorisée à collaborer avec celles des autres pays musulmans pour s’informer des résultats de leurs observations respectives et les prendre en compte selon leur degré de fiabilité.

5) Nous invitons respectueusement les nouvelles autorités à engager et soutenir des consultations inclusives pour que le pays sorte de la crise et ne soit plus, à cet égard, une « exception » qui ne l’honore pas. En effet, les divergences, notamment sur les dates de Korité et Tabaski, placent l’ensemble de la communauté musulmane dans un mal-être lunaire qui persiste et auquel il est urgent de trouver un remède durable. Cela est tout à fait possible et à la portée de cette nombreuse et vaillante communauté musulmane du Sénégal. A noter également qu’une célébration solidaire des fêtes musulmanes aura un impact positif sur la cohésion sociale et le calendrier administratif du pays.

Pour conclure, je voudrais exprimer ma profonde gratitude à mes frères et sœurs qui ont lu la première version de ce plaidoyer et m’ont fait part de leurs observations et suggestions de grande qualité.

Imam Ahmadou Makhtar Kanté
Écrivain et conférencier
Auteur du livre « Astronomie et charia ».
Tél : 77 658 27 17
E-mail: [email protected]

#Sénégal

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Nouvelle phase de développement pour Nextmed – .
NEXT Le Buck renforce sa présence dans une rue des Badeaux en pleine mutation – .