un avenir vertueux grâce à la méthanisation ? – .

un avenir vertueux grâce à la méthanisation ? – .
un avenir vertueux grâce à la méthanisation ? – .

Oust à Brocéliande

Publié le 16 juin 2024

Et si la méthanisation était la solution pour un avenir énergétique durable ? A Guer, c’est en tout cas l’alternative au gaz « classique » – le gaz vert – qui permet non seulement d’alimenter en énergie 2 500 foyers, mais aussi le camp militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan et l’usine. Mélange buffet. « Nous sommes une unité de méthanisation. Nous sommes six, avec ma sœur Catherine, nous formons un couple de travail extraordinaire. Nous avons quatre employés. Nous sommes arrivés à une équipe capable de fonctionner seule et c’est formidable pour un chef d’entreprise », reconnaît Roland Piel, directeur du Groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC) d’Épinage. Depuis 1986, le site s’est considérablement agrandi, passant de 30 à 432 hectares. Au-delà de l’élevage et de la culture, c’est un site de méthanisation qui se situe non loin du groupement agricole commun. Initialement, l’idée de départ était de créer un site de méthanisation par cogénération afin de produire de l’électricité. Mais la période COVID étant passée et après mûre réflexion, c’est la méthanisation par injection qui a été privilégiée. Ce procédé de collecte de matières organiques pour les transformer en biogaz était jugé moins coûteux. Après neuf mois de travaux, c’est en octobre dernier que l’unité de méthanisation a vu le jour. «C’est un atout pour nous en termes de développement régional, avec la réduction des gaz à effet de serre grâce à ce système, mais aussi un gain en autonomie énergétique», souligne Jean-Luc Bléher, maire de Guer et président de l’OCB. Un projet assez coûteux tout de même. Cinq millions d’euros. « C’était intéressant de mutualiser les choses », souligne l’élu. Derrière cet investissement partagé participent OBC, Guer et Morbihan Énergies qui ont contribué chacun à hauteur de 94 000 euros. Le GAEC a pour sa part déboursé un budget de 800 000 euros. Le ministère des Armées, GRDF et Mix Buffet ont déboursé un million et demi d’euros pour acquérir cette énergie en partie verte. « Les agriculteurs deviennent partenaires de notre ambition écologique puisqu’ils installent de tels équipements sur leur site », remarque Jean-Luc Bléher. Cela permet de recycler les déchets issus de leur exploitation, de diversifier l’activité et de générer des ressources supplémentaires. Et cela crée aussi des emplois. Je salue vraiment ce projet», poursuit l’édile. Le directeur régional de GRDF David Colin salue également l’initiative, surpris par la rigueur et la propreté présentée par le chantier de méthanisation. « 70 % des richesses créées restent sur le territoire. C’est donc aussi une opportunité pour la région », dit-il. En plus d’être une source de profit à l’échelle locale, le gaz vert produit à partir des unités de méthanisation devrait également rendre le Département moins dépendant des fournisseurs étrangers (gaz russe notamment). Utiliser du gaz vert permettrait également de réduire les gaz à effet de serre de 5 %. Avec 17 unités de méthanisation dans le Morbihan, le directeur Bretagne de GRDF présente ses perspectives : si aujourd’hui le gaz vert représente 7% du gaz consommé dans le département, c’est avec pour objectif d’atteindre 30% en 2030 et 100% en 2050 sur son réseau. .

L’exemple de la commune de Saint-Marcel

Le gaz vert produit par les usines de méthanisation contribue à la diversification des sources d’approvisionnement et donc à la dépendance énergétique de la France vis-à-vis des pays producteurs étrangers, dont la guerre en Ukraine a montré les limites. Ce vendredi la commune de Saint-Marcel a renouvelé la convention qui la lie avec GRDF, chargé de l’entretien, de l’exploitation et de la maintenance du réseau depuis 30 ans. C’est GRDF qui pose les canalisations, mises à disposition des fournisseurs. Le gaz produit par l’unité de méthanisation de Guer contribuera à « verdir » la production qui atteindra les utilisateurs situés sur les trois communes de Malestroit, Saint-Marcel et Pleucadeuc.

Il s’agit notamment de 86 logements mais aussi de bâtiments municipaux. « Nous disposons de nombreux bâtiments alimentés en gaz et nous apprécions beaucoup la qualité de l’accompagnement que nous apporte GRDF pour suivre et maîtriser nos consommations. Cela nous permet de voir par exemple quels événements conduisent à la plus forte consommation et de faire des choix… » explique Armelle Robert, la maire de Saint-Marcel qui a re-signé la nouvelle convention renouvelée pour 30 ans et qui intègre d’ailleurs cette nouvelle dimension. d’injection de gaz vert.

Le maire de Saint-Marcel, Armel Thomas, a signé une nouvelle convention pour 30 ans avec Bruno Guégan, représentant territorial de GRDF
 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Orléans and Loiret on TV, worldwide – .
NEXT Après la dissolution du club Etoile, le président part « avec la conscience tranquille » – .