Campagne pour un meilleur accès aux produits menstruels en prison

Campagne pour un meilleur accès aux produits menstruels en prison
Campagne pour un meilleur accès aux produits menstruels en prison

Les femmes autochtones du Nord de l’Ontario réclament un meilleur accès aux produits menstruels pour les détenues incarcérées à la prison du district de Kenora.

Tania Cameronun militant communautaire, a finalement décidé de contacter le ministère du Solliciteur général après avoir appris qu’un détenu pleurait en raison d’un accès insuffisant à ces produits.

Deux jours après avoir envoyé une lettre au solliciteur général Michael KerznerOmbudsman de l’Ontario et député provincial de Kiiwetinoong, Sol Mamakwa, elle a été invitée à visiter la prison avec M. Mamakwa où elle a rencontré deux douzaines de détenus.

La directrice générale de la Société Elizabeth Fry du Nord-Ouest de l’Ontario, Lindsay Martin, estime que si la province ne peut pas fournir des produits menstruels adéquats aux personnes qui en ont besoin, elles ne devraient pas être incarcérées.

Photo : CBC Sarah Law

Retards et plaintes

Les femmes lui ont dit que non seulement elles doivent demander des produits menstruels à un agent correctionnel lorsqu’elles en ont besoin, mais qu’elles doivent parfois attendre des heures pour les obtenir.

Si une femme demande [un produit menstruel]s’il vous plaît, donnez-le-lui, elle n’en a pas besoin des heures plus tard, elle en a besoin maintenant !

Une citation de Tania Cameron, militante communautaire

Cette façon de faire est dénoncée par Lindsay Martindirecteur général de la société Elizabeth Frire du Nord-Ouest de l’Ontario. Elle souligne que je dois juste demander [des produits menstruels] crée une étrange dynamique de pouvoir.

De nombreuses femmes auraient exprimé leur crainte de représailles si elles partageaient leurs inquiétudes.

[Les agents correctionnels] revenir après deux ou trois heures avec le produit […] et les gens peuvent saigner à travers leurs vêtements.

Une citation de Lindsay Martin, directrice générale de la Société Elizabeth Fry du Nord-Ouest de l’Ontario

Leur état est alors révélé à l’ensemble de la population carcérale. En même temps, cela devient aussi un problème d’hygièneElle ajoute.

Les détenues dénoncent également la mauvaise qualité des produits distribués : des serviettes hygiéniques trop fines, inadaptées aux flux menstruels abondants, ou encore des tampons sans applicateurs, difficiles à utiliser.

Toute personne ayant son cycle lunaire saignera différemment. Parfois c’est léger, parfois c’est très abondantsouligne Mme Cameron.

Parfois, [les détenues] aura besoin de plus de serviettes un jour que le lendemain.

Elle réclame des produits de meilleure qualité et une meilleure éducation des agents correctionnels sur la question.

Ouvrir en mode plein écran

CBC voulait obtenir une entrevue sur la question avec le solliciteur général Michael Kerzner, mais a plutôt reçu un courriel du porte-parole du ministère. (Photo d’archives)

Photo : La Presse Canadienne / Tijana Martin

Par courriel, le porte-parole du ministère indique que des produits menstruels sont fournis gratuitement aux détenues selon leurs besoins pendant leur détention.

Le ministère peut confirmer que la prison de Kenora dispose d’un approvisionnement suffisant en produits menstruels pour garantir aux détenues ce dont elles ont besoin quotidiennement.il continue.

Une situation indigne

Les femmes incarcérées ont la possibilité d’acheter leurs propres produits menstruels sur place, mais Cameron souligne que tout le monde n’a peut-être pas les moyens de les acheter.

[En tant que] personne qui a grandi dans un ménage à faible revenu […]nous n’avions pas toujours accès à des serviettes hygiéniques quand nous en avions besoin et c’était difficileelle dit.

Je ne souhaite cette indignité à personne !

Une citation de Tania Cameron, militante communautaire

Elle souhaiterait que les détenues reçoivent des sous-vêtements menstruels. Les donateurs seraient prêt à rendre cela possibled’après elle.

Dans l’immédiat, elle espère mettre de l’argent sur les comptes des détenus qui en font la demande afin qu’ils puissent acheter les produits qui leur conviennent.

Le député Sol Mamakwa, qui milite depuis de nombreuses années pour de meilleures conditions de détention pour les prisonniers autochtones, reconnaît la nécessité d’offrir de meilleurs produits menstruels en milieu carcéral.

Selon Statistique Canada, le taux d’incarcération des femmes autochtones dans les établissements correctionnels provinciaux est 15 fois plus élevé que celui des femmes non autochtones.

Avec un reportage de Sarah Law de CBC

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Défilé(s) du Festival – Parc de l’Ancien Hôtel de Ville et centre-ville de Nanterre – Nanterre, 92000 – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné