un référendum sur l’autonomie

un référendum sur l’autonomie
un référendum sur l’autonomie

Les partis européens d’extrême droite ont quelque chose en commun avec Donald Trump : ils ont compris qu’il est très rentable, politiquement, de s’en prendre aux immigrés.

La peur des autres, la chute de notre civilisation et son « remplacement » par des étrangers… tout y est. Et il fonctionne!

Campagne de peur

François Legault a décidé de s’en inspirer. Il croit évidemment que sa seule chance de battre le Parti québécois aux prochaines élections est de mener une campagne de peur contre les immigrants, particulièrement les immigrants temporaires. Il joue gros.

Legault sait que sa coalition perdrait des ministres importants s’il vise à séparer le Québec du Canada.

Pourtant, depuis sa première campagne électorale en 2018, il nous a affirmé qu’il « parviendrait » à l’autonomie du Québec par étapes, et non en un « grand soir ».

Pouvoirs supplémentaires

Rappelons que Legault avait promis qu’il chercherait des changements constitutionnels pour que le Québec ait plus de pouvoirs.

N’ayant pas réussi à obtenir les « pleins pouvoirs » en matière d’immigration, y compris en matière de regroupement familial, il a désormais la voie libre pour tout mettre en œuvre pour en faire un combat politique.

Peu importe qu’il n’y ait aucun pays au monde qui délègue complètement ce pouvoir à un gouvernement infranational comme une province. Nous ne parlons pas ici de réalité, nous parlons d’émotions.

Legault vient de nommer un comité pour lui faire rapport sur les moyens de solliciter plus de pouvoirs pour le Québec. Il met en place les éléments pour déclencher un référendum, non pas sur la souveraineté, mais sur l’autonomie du Québec, sur des sujets comme l’immigration, la langue et la culture.

Son comité comprend des constitutionnalistes qui savent très bien qu’avec un mandat clair de la population, Ottawa serait obligé de négocier.

Legault briguerait ce mandat par référendum… gagnant pour une fois !

Rien à perdre

Legault croit qu’il n’a plus rien à perdre en jouant fort avec Ottawa.

Ses discours contre les immigrants visent avant tout à mettre les Québécois à ses côtés pour stopper ce « fléau » de l’immigration temporaire, responsable, selon lui, de tous les maux.

C’est une situation de rêve pour quelqu’un comme Legault.

Pénurie de logements ? C’est la faute des immigrés. Le système de santé s’effondre-t-il ? C’est la faute du gouvernement fédéral… qui laisse entrer trop d’immigrants. De la moisissure dans les écoles ? Encore des maudits étrangers ! Comme c’est facile !

C’était ahurissant d’entendre le premier ministre déclarer que la crise du logement est « à 100 % » causée par l’immigration temporaire.

En vertu des ententes signées entre le Québec et le gouvernement fédéral il y a plus de 30 ans, le Québec joue un rôle de premier plan dans le choix des immigrants temporaires. Ces ententes, entre les gouvernements Bourassa et Mulroney, confèrent des pouvoirs uniques au Québec.

Je crois que Justin Trudeau avait raison de dire que la majorité des immigrants temporaires sont choisis ou approuvés par le Québec, mais le message d’intolérance de Legault a réussi.

Attachez votre chapeau avec une broche, les conflits constitutionnels sont loin d’être terminés !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Basket-ball. A Décines, la Serbie de Jokic refroidit la France de Wembanyama – .
NEXT un village entier dénonce sa conduite jugée dangereuse, le conducteur condamné