Mobilisation citoyenne pour un centre autogéré au garage de la Canardière

Mobilisation citoyenne pour un centre autogéré au garage de la Canardière
Mobilisation citoyenne pour un centre autogéré au garage de la Canardière

Pour la troisième fois ce mois-ci, le stationnement du garage Canardière, situé au coin du boulevard Henri-Bourassa, a été le théâtre d’une mobilisation artistique et citoyenne samedi. Une initiative du collectif Agora, qui souhaite militer pour la création d’un centre social autogéré dans l’ancien garage. Un projet auquel la Ville dit non.

Le soleil brillait samedi après-midi, alors que les artisans remplissaient tranquillement les tables d’œuvres provenant du coffre de leurs voitures et que les citoyens curieux commençaient à arriver.

: on veut démontrer ce qu’on pourrait mettre dans ces lieux », « texte » : « Oui, les manifestations c’est important, c’est important de crier, de dire ce qu’on a à dire, mais nous, on veut le dire d’une autre manière. Surtout dans des luttes comme celle-ci, où nous voulons nous réapproprier des lieux : nous voulons démontrer ce que nous pourrions mettre dans ces lieux”}}”>Oui, les manifestations sont importantes, c’est important de crier, de dire ce qu’on a à dire, mais nous voulons le dire d’une autre manière. Surtout dans des luttes comme celle-ci, où l’on veut se réapproprier les lieux : on veut démontrer ce qu’on pourrait mettre dans ces lieuxexplique Anaé Gagnon, du collectif Agora, qui organise l’activité.

Le marché a été entièrement autogéré par les artisans présents sur place, conformément à la vision souhaitée pour l’aménagement du garage.

La démarche du collectif Agora soutient le projet de centre social autogéré, porté par la Table citoyenne Littoral Est.

Les gens font leurs choses eux-mêmes, alors nous sommes juste là pour mobiliserexplique le militant, qui ajoute que La meilleure façon de répondre aux besoins des gens est de leur demander quels sont leurs besoins..

Anaé Gagnon, du collectif Agora, estime que ce type de mobilisation permet de rallier davantage de jeunes.

Photo : Radio-Canada / Flavie Sauvageau

Un projet autogéré pour répondre aux besoins d’espace du secteur

Dans la foulée de l’abandon du projet InnoVitam dans le secteur, la Table citoyenne du Littoral Est a dévoilé en décembre un projet de centre social autogéré qu’elle aimerait voir naître dans le garage de la Canardière.

La Ville de Québec avait dévoilé quelques jours plus tôt sa vision du réaménagement du secteur, qui prévoit la construction de 1 600 logements à court terme et de 5 000 à long terme.

Cette vision globale de la Ville devrait permettre de combler le vide laissé par l’abandon du projet InnoVitam du gouvernement du Québec et la fin des activités de Medicago dans le secteur.

Selon Daniel Guay, membre de la Table citoyenne, le centre social s’intégrerait parfaitement dans la version finale de la Vision de développement de la Ville dans le secteur, et il espère une annonce rapide à ce sujet.

: faisons un aménagement ici », « texte » : « Il y a déjà des besoins dans le quartier Maizerets, dans le quartier Limoilou, en locaux communautaires. Il n’y en a pas, il y en a qui sont expulsés, alors on se dit : faisons du développement ici”}}”>Il y a déjà des besoins dans le quartier Maizerets, dans le quartier Limoilou, en locaux communautaires. Il n’y en a pas, il y en a qui sont expulsés, alors on se dit : faisons un développement iciil argumente.

>>>>

Ouvrir en mode plein écran

Le collectif Agora et la Table citoyenne Littoral Est estiment qu’un projet autogéré dans l’ancien garage répondrait mieux aux besoins des résidents du secteur.

Photo : Radio-Canada / Flavie Sauvageau

La Ville dit non à un projet autogéré

La Ville de Québec consulte actuellement différents acteurs du secteur pour déterminer l’avenir du garage, dans le cadre de l’élaboration de sa Vision des quartiers Canardière.

Une chose est sûre cependant, ce ne sera pas un centre autogéré , confirme par écrit l’attachée politique à la mairie Élainie Lepage. Elle explique que plusieurs pistes sont envisagées. La Ville ne ferme pas la porte à la création d’un centre communautaire.

L’objectif est de mettre en place cet automne un comité de travail pour réfléchir à l’avenir du garage avec des partenaires locaux.Elle ajoute.

Un appel d’offres pour la construction d’une rue et d’un parc sur le site

À la fin avril, la Ville de Québec a publié un appel d’offres pour le construction d’une nouvelle rue et d’un parc résilient sur le site du garage municipal du chemin de la Canardière.

L’appel d’offres comprend des plans de réaménagement du site et de démolition partielle de deux sections à l’arrière du garage municipal.

La construction d’une nouvelle rue en cul-de-sac, accessible via le boulevard Henri-Bourassa, ainsi qu’un parc résilient pour gérer la rétention des eaux pluviales sont également dans les plans de la Ville.

Mais ces projets ne diminuent pas les espoirs de la Table citoyenne Littoral Est. Sa présidente, Marie-Hélène Deshaies, qui préside également le conseil de quartier Maizerets, explique que cet appel d’offres ne ne semblait pas alarmantpour la poursuite du projet de centre.

Elle attend cependant des précisions complémentaires de la part de la Ville.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’économie de l’Alberta est sur le point de retrouver sa vigueur, selon ATB Financial
NEXT Air Transat | De Montréal à Marrakech : vol direct vers le Maroc