Baptiste SAVAETE remporte l’argent à Lucerne

Baptiste SAVAETE remporte l’argent à Lucerne
Baptiste SAVAETE remporte l’argent à Lucerne

Lucerne fait briller ses yeux.

Le métal qu’il a gagné aujourd’hui encore plus ! Baptiste Savaete a débloqué le compteur tricolore en début d’après-midi avec l’argent sur le Rotsee.

Les éléments ont quitté le Rotsee et les rameurs internationaux qui tentent d’apprivoiser ses eaux plus calmes qu’hier, avec des conditions plus douces et des premières finales qui se sont même déroulées sous le soleil. Des finales qui ont concerné le clan français, avec une première médaille remportée en skiff léger.

Il y a un mois, Baptiste Savaete décrochait le bronze européen. Un métal qu’il avait déjà goûté l’année dernière ici sur le Rotsee, mais il voulait le charger cette année. Et nous connaissons l’importance qu’il attache à Lucerne. Le skiffeur hongkongais Hin Chun Chiu, déjà présent le week-end dernier en deux de couple léger lors de la régate de qualification, était passé ce week-end au skiff simple. Un adversaire sur lequel le tricolore a vite compris qu’il faudrait compter sur lui. Deuxième sur tout le parcours, l’Aixois a décroché la médaille d’argent au combat avec l’Italien Patrick Rocek qui termine finalement avec le bronze, le Français le devançant de 17 centièmes. « Il faut toujours se méfier de tout le monde », lance Baptiste Savaete sur le podium. Et quand j’ai vu l’Italien revenir sur la fin, je me suis dit que ce n’était pas possible. Pas encore troisième, je dois passer au niveau supérieur. C’était une course qui a été plutôt réussie, à la fin j’ai réussi à lancer une forte portance, cela a validé les axes de travail que nous avions prévus avec le coach. J’espère que cela donnera un nouvel élan pour le reste du week-end. Lucerne est une piscine légendaire, elle a toujours une saveur et une médaille ici à la Coupe du monde.»

Aurélie Morizot s’est bien comportée lors de sa finale A du skiff léger féminin. Mais la skieuse irlandaise Siobhan Mccrohan, championne du monde l’an dernier à Belgrade, a immédiatement pris les rênes de la course, laissant les autres concurrentes se départager pour la suite du podium. La rameuse française s’est bien battue, toujours troisième à mi-parcours, avant que la Britannique Olivia Bates ne reprenne l’avantage. 11 centièmes les séparent sur la ligne d’arrivée, mais Aurélie Morizot termine à la quatrième place sur le Rotsee.

Hugo Boucheron et Matthieu Androdias ont couru ce matin le repêchage du deux de couple masculin. Ils ont mené la course sur 1 500 mètres, avant de céder leur première place au duo italien, quatrième aux mondiaux à Belgrade l’an dernier et également quatrième en Europe à Szeged le mois dernier. Les Français s’aligneront en finale A demain à 13h33 sur le Rotsee. Une finale relevée avec trois des finalistes de Belgrade l’an dernier, dont les Néerlandais, champions du monde en titre. « C’est mieux qu’hier, commente Alexis Besançon, car Hugo et Matthieu sont plus alignés sur leurs vrais moyens. Ce n’est pas une course complètement complète par rapport à ce qu’ils sont capables de réaliser, mais c’est très constructif. Les informations sont bonnes, nous savons ce que nous pouvons avoir demain, ce que nous devons ajouter. Après un an sans ramer ensemble dans une compétition de ce niveau et sans adversaires de ce niveau, c’est une progression assez normale après trois semaines ensemble. Matthieu Androdias avoue aujourd’hui plus d’agressivité. « Hier, cela nous a ramené au standard, je suis assez satisfait de notre réaction sur les 1000 premiers pour rester propre et assez solide, nous avons posé les bases de ce que nous faisons bien. Cela nous réaligne pour la course de demain.

Au repêchage du quatre sans barreur messieurs, Thibaud Turlan, Guillaume Turlan, Benoît Brunet et Téo Rayet sont partis très fort, devant le bateau néerlandais qui leur a donné du fil à retordre, notamment dans le troisième 500 m, reprenant même la tête. Mais la réaction des tricolores est vite tombée, ils ont encore une fois assuré le leadership et franchi la ligne d’arrivée en premier et décroché leur ticket pour la finale A demain à 11h15. « Cela fait deux fois qu’on arrive à battre des Néerlandais aux profils de course différents, note l’entraîneur du bateau Bastien Tabourier, nous faisons une bonne course. A chaque régate, ils progressent, je suis très content d’eux. L’objectif de demain, c’est d’être acteur de la course, du combat. Les rameurs sont également satisfaits de leur course. « Nous avons construit la course différemment, explique Benoît Brunet, en partant devant pour prendre les commandes de la course, et c’est ce que nous avons fait. Nous nous préparons à faire de grandes courses pour les Jeux. Nous sommes déjà ambitieux en venant ici, c’est une répétition pour nous, nous montrons nos ambitions.

Florian Ludwig, Alistair Gicqueau, Nikola Kolarevic et Armand Pfister se sont affrontés aux côtés des Ouzbeks, leur reprenant la quatrième place et la conservant jusqu’à l’arrivée. Pour Bastien Tabourir, “notre jeune garde est au contact, l’avenir de la pointe française est là et n’est pas ridicule”. Ils disputeront la finale B demain à 9h30

Margaux Bailleul et Emma Lunatti n’ont pas réussi à sortir de la demi-finale du deux de couple féminin. Quatrièmes à l’issue des 500 premiers, ils ont ensuite perdu du terrain et franchi la ligne d’arrivée en cinquième position. Ils s’aligneront donc en finale B demain à 9h20. « C’est difficile de se fixer un objectif quand on vient se repérer, commente leur entraîneur Camille Ribes. Evidemment arriver en finale, c’est ce qu’on voulait, mais sur une première sortie internationale, on reste les pieds sur terre et lucides, on prend les informations sur où on en est, ce qu’il faut pour pouvoir réaliser. pour aller plus vite ». Les rameurs sont évidemment déçus. “Dans l’ensemble, nous ne nous sentons pas avec beaucoup d’énergie”, ajoute Emma Lunatti, “donc ce sont des courses très frustrantes, car nous n’arrivons pas à nous exprimer à notre meilleur niveau, même en comparaison avec les derniers entraînements qui ont eu lieu”. nous avons pu le faire. On travaille, on essaie de garder le côté positif. Et une finale B, c’est une victoire ! » A noter que les deux rameurs ont repris le double il y a seulement un mois et demi.

Suite et fin demain de la deuxième étape de Coupe du Monde à Lucerne, avec deux finales A pour les Français, et deux finales de classement à gagner !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Environnement Canada prédit un été chaud, mais n’ose pas prédire de la pluie
NEXT Elections législatives 2024. En s’unissant contre le Rassemblement national, la gauche veut envoyer un « message d’espoir »