Voici les 10 pires « pièges à billets » à Montréal

Le journal a identifié les plus gros « pièges à contraventions » sur l’île de Montréal entre 2021 et 2023, à partir des rapports d’infractions soumis par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Voici les dix carrefours où la police a le plus agi.

1. Embouteillage à la sortie du pont

Une voiture tourne à droite sur la rue Larivière, en juin 2023.

Louis-Dominique Lamarche

Avenue De Lorimier et rue Larivière
▪ 4609 infractions
▪ 4164 pour virage à droite interdit

La police a donné tellement de contraventions à ce coin de rue qu’il arrive en tête du classement, même s’il est totalement fermé à la circulation depuis près d’un an.

«Cela démontre la pertinence d’une barrière physique», affirme le cofondateur de l’Apaisation collective de Sainte-Marie, Chris McCray, qui explique que les policiers n’ont pas été en mesure d’intercepter tous les conducteurs fautifs.

Avant sa fermeture, une interdiction de tourner à droite avait été mise en place, car les automobilistes arrivant du pont Jacques-Cartier tentaient d’échapper à la circulation en empruntant la petite rue Larivière.

« Les virages à droite ont notamment provoqué un excès de circulation dans les rues bordant deux écoles du secteur, en plus d’engorger le secteur résidentiel », explique la porte-parole du SPVM, Anik de Repentigny.

2. De la Demi-tour aller plus vite

Intersection des rues Jarry et Acadie, le pire « piège à tickets » de l’année 2023.

Photo Dominique Cambron-Goulet

Boulevard de l’Acadie et rue Jarry
▪ 4 329 infractions
▪ 1441 pour demi-tour interdit

Il suffit de quelques minutes pour observer un automobiliste fautif à cette intersection à la limite de Parc-Extension et de la ville de Mont-Royal.

En 2023, c’est l’endroit où la police a intercepté les usagers de la route les plus délinquants.

  • Écoutez l’entrevue de Dominique Cambron-Goulet, journaliste d’investigation au Journal de Montréal au micro d’Alexandre Dubé via QUB :

«J’ai vu trois voitures faire le Demi-tour en ce moment», explique Daniel Becker. Selon lui, plusieurs automobilistes arrivant de l’autoroute 40 effectuent cette manœuvre afin de remonter vers le nord du quartier en gagnant quelques minutes.

«Je vois souvent des agents [de police]», confirme Aziz, employé de la station-service située au coin de la rue.

3. De nombreux problèmes à l’entrée de l’autoroute


L’intersection des boulevards Saint-Michel et Crémazie est l’endroit le plus accidentogène sur l’île de Montréal, selon le SPVM.

Photo Charles Mathieu

Boulevards Crémazie Est et Saint-Michel
▪ 3923 infractions
▪ 1993 contraventions pour avoir grillé un feu rouge

L’intersection des boulevards Saint-Michel et Crémazie Est est l’endroit où il y a le plus d’accidents sur l’île de Montréal, selon le SPVM. Des opérations de surveillance y sont donc souvent menées.

« Il y a vraiment beaucoup de policiers et beaucoup de personnes arrêtées. Dans la majorité des cas, cela concerne ceux qui ne s’arrêtent pas aux feux rouges », indique Gabriel, un jeune homme rencontré en jonglant devant des automobilistes arrêtés aux feux rouges.

La gare de quartier affirme avoir collaboré avec la Ville pour modifier l’infrastructure des lieux. Ils ont notamment augmenté la durée des feux rouges.

4. Vitesse près du Cégep Maisonneuve


Les policiers sont moins présents sur l’avenue Bourbonnière depuis l’ajout d’une piste cyclable à l’automne 2023.

Photo Dominique Cambron-Goulet

Avenues Bourbonnière et Pierre-De-Coubertin
▪ 3836 infractions
▪ 3345 pour vitesse excessive

De nombreux automobilistes empruntent l’avenue Bourbonnière pour éviter la circulation sur le boulevard Pie-IX et traverser les quartiers Hochelaga et Rosemont.

«Le secteur immédiat a beau être très résidentiel, plusieurs automobilistes semblent croire à tort que la rue Bourbonnière est une voie de transport en commun», explique Anik de Repentigny du SPVM.

La limite de vitesse de 30 km/h est donc souvent dépassée à proximité du cégep Maisonneuve.

Depuis la construction d’une piste cyclable en septembre 2023, qui a réduit la largeur de la rue, les policiers sont moins présents, constate Nabil.

« L’an dernier, il y a eu beaucoup plus de contrôles policiers avec radars, explique l’étudiant du cégep.

5. Ils pensent que ce sont des bus


De nombreuses voitures sur la voie de droite continuent tout droit, même si un panneau indique clairement que cela est interdit.

Photo Charles Mathieu

Boulevard Décarie et rue Jean-Talon Ouest
▪ 3099 infractions
▪ 1527 pour virage à droite obligatoire non respecté

La majorité des contraventions délivrées à cet endroit ciblent les conducteurs qui empruntent une voie réservée aux autobus plutôt que de respecter l’obligation de tourner à droite.

“Les gens se retrouvent à droite, mais ils continuent tout droit, même s’ils ne le peuvent pas”, raconte Seyni, rencontré près de la gare de Namur.

Ce dernier soutient que les policiers sont positionnés derrière la station de métro et à proximité du restaurant Harvey’s.

« Une fois, j’ai reçu une contravention parce que j’avais changé de voie à droite après être allé tout droit il y a 5 ou 6 ans. J’ai contesté parce que je n’avais pas tort », a-t-il déclaré.

6. La police varie ses habitudes


Plusieurs automobilistes reçoivent des contraventions au coin Viger et Berri.

Photo Dominique Cambron-Goulet

Avenue Viger et rue Berri
▪ 3608 infractions
▪ 2108 pour non-respect d’une obligation d’aller tout droit

En 2022, c’est à ce coin de rue que le SPVM a émis le plus de contraventions, soit plus de 2 149.

L’année précédente, les policiers n’y avaient donné presque aucune contravention, car ils étaient plus habitués à faire leur surveillance de l’autre côté de l’autoroute Ville-Marie, au coin des rues Berri et Saint. -Antoine.

Il s’agissait aussi du plus gros « piège à contravention » en 2021, mais depuis, le SPVM n’a attrapé que 150 usagers de la route à cet endroit.

Les policiers considèrent qu’ils doivent être présents au coin de Viger pour protéger les cyclistes des automobilistes qui effectuent un virage interdit pour emprunter un raccourci vers l’autoroute.

7. Un raccourci hors de l’autoroute


Les automobilistes continuent sur le chemin Canora au lieu de tourner à gauche sur le chemin Côte-de-Liesse à la sortie de l’autoroute.

Photo Charles Mathieu

Routes de la Côte-de-Liesse et du Canora
▪ 3359 infractions
▪ 2566 pour non-respect d’un virage obligatoire

Une interdiction de rouler tout droit entre 7 h et 9 h d’un côté et une obligation de tourner à droite de l’autre sont en vigueur à l’intersection des chemins Côte-de-Liesse et Canora, dans la ville de Mont-Royal. De nombreux automobilistes ne respectent pas ces obligations.

Le nombre d’amendes a été quatre fois plus élevé en 2022 qu’en 2023, avant le changement de signalisation.

Les automobilistes empruntent le chemin Canora pour éviter de circuler sur la Côte-de-Liesse, explique Anik de Repentigny, qui précise également que plus loin se trouve un quartier résidentiel où circulent les enfants.

8. Des automobilistes mixtes sur Saint-Joseph


Plusieurs automobilistes arrêtés pour excès de vitesse sur le boulevard Saint-Joseph

Photo Charles Mathieu

Boulevard Saint-Joseph entre le 12e et le 13e rue
▪ 3290 infractions
▪ 2626 pour vitesse excessive (zone 30 km/h)

Dans ce secteur, la limite de vitesse est de 30 km/h car deux écoles primaires sont situées à proximité. Dans la majorité des cas, les automobilistes n’ont pas respecté la limitation de vitesse.

« Nous ne pouvons pas parler au nom des automobilistes, mais ils semblent avoir l’impression que, puisque Saint-Joseph Est peut ressembler à une route de transit, la limite de vitesse est plus élevée qu’elle ne devrait l’être. c’est vraiment le cas », explique la porte-parole du SPVM, Anik de Repentigny.

9. Se coincer le cul à 30 km/h


Peu d’automobilistes respectent réellement la limite de 30 km/h à proximité du parc Maisonneuve, selon les résidents.

Photo Dominique Cambron-Goulet

Boulevard Rosemont et 35e rue
▪ 2885 infractions
▪ 2614 pour vitesse excessive

Autour du parc Maisonneuve, la limite de vitesse a été abaissée de 50 à 30 km/h en 2016. Les policiers y coincent régulièrement les conducteurs pressés, sur la rue Viau, mais surtout sur le boulevard Rosemont.

Le fait qu’il n’y ait aucune rue secondaire, aucun panneau d’arrêt ou feu à plus de 400 mètres à l’ouest de la rue Viau incite les automobilistes à rouler allègrement sur ce boulevard.

Mmoi Éthier, croisé dans le parc, a déjà reçu une contravention pour vitesse excessive à cet endroit.

«C’était ma faute», lâche-t-elle. Mais je trouve que les gens conduisent très vite [près du parc]. Sur Viau, je me prends les fesses si je roule à 30 km/h», raconte-t-elle.

dix. Épinglé devant le commissariat


La vitesse est un enjeu à l’angle des boulevards Métropolitain et Langelier.

Photo Dominique Cambron-Goulet

Boulevard Métropolitain Est et Langelier
▪ 2713 infractions
▪ 1190 pour vitesse excessive

Cette intersection, située le long de l’autoroute 40 à l’est de l’île, est également très proche d’un centre opérationnel du SPVM.

Selon le SPVM, cet endroit est l’un des coins de rue de l’est de l’île où il y a eu le plus d’accidents au cours des dernières années. La police y effectue donc une surveillance hebdomadaire.

Près de la moitié des contrevenants sont arrêtés pour excès de vitesse. En passant le Journalil était facile de constater que les véhicules roulent vite tant sur Langelier que sur les voies de service autoroutières.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV voici ce qui vous attend à la fête du miel ce samedi
NEXT 80e jour J. Un million de visiteurs en une semaine dans le Calvados, dont plus de la moitié sont des étrangers