La Suisse restitue 3 biens culturels archéologiques à l’Irak

La Suisse restitue 3 biens culturels archéologiques à l’Irak
La Suisse restitue 3 biens culturels archéologiques à l’Irak

La Suisse restitue trois biens culturels archéologiques à l’Irak

Publié aujourd’hui à 11h18

À ce stade, vous trouverez du contenu externe supplémentaire. Si vous acceptez que des cookies soient placés par des fournisseurs externes et que des données personnelles leur soient ainsi transmises, vous devez autoriser tous les cookies et afficher directement le contenu externe.

Autorise les cookiesPlus d’informations

Une statue et deux reliefs mésopotamiens reviennent en Irak. Ils avaient été confisqués dans le cadre d’une procédure pénale dans le canton de Genève.

Ces trois biens archéologiques revêtent une grande importance, a indiqué vendredi l’Office fédéral de la culture (OFC). Ils viennent de Mésopotamie, une région historique du Moyen-Orient considérée comme le berceau de la civilisation et située en grande partie sur le territoire de l’Irak actuel.

Les trois objets confisqués à Genève ont été remis au ministre des Affaires étrangères de la République d’Irak par la ministre de la Culture Elisabeth Baume-Schneider. Il s’agit de la cinquième restitution d’objets à l’Irak par la Suisse depuis 2005, et de loin la plus importante, note l’OFC.

Datant du 8ème siècle avant JC.

La Suisse et l’Irak sont parties à la Convention de l’UNESCO de 1970 visant à interdire et prévenir l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels. La loi sur le transfert international des biens culturels contribue à protéger le patrimoine culturel de l’humanité et à prévenir le vol, le pillage ainsi que l’exportation et l’importation illicites de biens culturels.

Les deux grands reliefs assyriens datant du VIIIe siècle avant JC proviennent du site archéologique de Nimrud-Kalhu. Ils ont été découverts dans le palais central lors de fouilles officielles et ont ensuite été exportés illégalement à une date inconnue et dans des circonstances inconnues.

La première a été découverte entre 1846 et 1847. Elle provient de la double frise monumentale relatant le règne de Tiglath-Phalazar III (745-722 avant JC). Elle montre des soldats assyriens déportant les divinités de Babylone et sa population. Avec le relief voisin conservé au British Museum, elle constitue la plus ancienne scène de déportation connue.

Fragment de buste royal

Le deuxième relief, mis au jour en 1976, comportait un double registre de dignitaires armés séparés par une inscription cunéiforme, bordé à droite par un arbre de vie, symbole de la royauté. Le relief a été délibérément mutilé – probablement dans l’intention de le vendre, selon l’OFC. La partie restituée à l’Irak représente un seul dignitaire armé d’un bouclier et brandissant une lance, au-dessus de l’inscription, qui reste à déchiffrer.

Le fragment du buste royal, du IIe-IIIe siècle, provient de l’ancienne ville de Hatra. Il représente le roi de Hatra en train de prier. Il a été découvert lors de fouilles en 1959. Ces objets font partie du patrimoine mésopotamien. Ils font partie des catégories de biens culturels irakiens les plus menacées.

Ils feront exceptionnellement, en raison de leur importance historique et artistique de premier ordre, l’objet d’une exposition à la Bibliothèque nationale suisse, précise l’OFC. L’exposition, qui peut être visitée librement, se déroulera pendant deux semaines à partir de vendredi.

Mésopotamie fouillée

La Mésopotamie est particulièrement concernée par les fouilles illégales, la contrebande et le commerce illicite de biens culturels, ajoute l’OFC. À partir de 1845, l’exploration archéologique de la région devient le théâtre d’une concurrence féroce entre la France et l’Angleterre, qui souhaitent doter le Louvre et le British Museum des œuvres les plus spectaculaires.

C’est dans ce contexte qu’ont eu lieu les fouilles réalisées entre 1846 et 1849 à Nimroud-Kalkhu, d’où proviennent les reliefs restaurés. Largement médiatisées, les fouilles suscitent un véritable engouement populaire à la base des fouilles ultérieures.

Bulletin

“Dernières nouvelles”

Voulez-vous rester au courant de l’actualité? « 24 Heures » vous propose deux rendez-vous par jour, directement dans votre boîte email. Ainsi, vous ne manquez rien de ce qui se passe dans votre canton, en Suisse ou dans le monde.

Ouvrir une session

ATS

Avez-vous trouvé une erreur ? Merci de nous le signaler.

0 commentaire

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV après l’accident, la mère recherche celui qui a réconforté sa fille
NEXT Orchestre éphémère > Nogent et Brasov, deux villes sur la même note ! – .