comment la métropole de Brive entend répondre aux besoins des familles

comment la métropole de Brive entend répondre aux besoins des familles
comment la métropole de Brive entend répondre aux besoins des familles

Evolution de la natalité, du nombre de professionnels de la petite enfance, orientations politiques : les conseillers communautaires de l’agglomération de Brive se sont penchés, mardi 21 mai, sur la question des moyens de prise en charge des jeunes enfants, avec un objectif en ligne de mire, celui de répondre aux besoins des familles.

Nounou, crèche ou microcrèche ?? La question de la garde d’un jeune enfant (0 à 4 ans) se pose pour les couples avant même l’arrivée de l’enfant concerné. Dans la région de Brive (comme dans de nombreuses régions), il vaut effectivement mieux anticiper. Ce mardi 21 mai, lors du conseil communautaire tenu à Saint-Viance, un aperçu de l’offre concernant la petite enfance a été présenté.

Offre inférieure à la demande

C’est un fait que l’offre de garde d’enfants (individuelle et collective) sur le territoire de Brive ne répond pas à la demande. Le taux de couverture du territoire est de 64% (contre 59% au niveau national). Autrement dit, sur 100 enfants de moins de 4 ans, 64 ont des chances d’obtenir une place.

Sur l’ensemble de l’Agglomération, qui consacre chaque année une dizaine d’euros de son budget à la petite enfance, on compte 320 assistantes maternelles, ainsi que 17 multi-logements familiaux et collectifs, pour un total de 1 722 agréments à fin 2024.

Ce que l’on sait du nouveau bâtiment de santé qui sera construit à proximité de la clinique Saint-Germain à Brive

Deux fonds de soutien votés

Afin de développer son offre, la collectivité a décidé de mettre en place deux nouveaux fonds de soutien à ce secteur, notamment à destination du secteur privé. De quoi s’agit-il?? Le conseil a d’abord voté en faveur d’un système d’aide aux assistantes maternelles. Il s’agit de mieux communiquer sur le métier, puis de lever les freins au moment de l’installation, en soutenant financièrement les candidats lors de leur formation initiale, et en leur proposant une aide aux travaux d’aménagement de leur logement. Il s’agit enfin aussi d’accompagner ces professionnels nouvellement agréés, en versant un complément de revenu au démarrage de leur activité.

Côté soins collectifs, un fonds d’aide aux investissements visant à soutenir l’initiative privée locale dans la création de nouvelles places de soins collectifs a été voté. Ce nouveau coup de pouce pourrait s’élever à 8 000 euros par agrément.

Recevez notre newsletter éco par email et retrouvez les dernières actualités des acteurs économiques de votre région.

Ces deux mesures s’ajoutent à deux dispositifs déjà existants, en faveur de la création de microcrèches (4 000 euros par agrément créé), et le fonds de soutien à la création de maisons d’accueil pour enfants (MAM).

Trois chiffres clés
320

C’est le nombre d’assistantes maternelles recensées dans l’agglomération de Brive fin 2023. Leur nombre est en augmentation depuis 2018 (+13,87%), après avoir connu une baisse significative entre 2013 et 2018 (-24,05%). ).
1 722
C’est le nombre d’agréments sur le territoire de l’agglomération selon la Caf à fin 2023 : 548 sont dans le public tandis que 1 174 sont dans le privé.
– 9,9%
C’est l’évolution du nombre de naissances entre 2014 et 2022 dans l’agglomération de Brive. A l’échelle départementale, l’évolution du nombre de naissances est également à la baisse : -10,2%.

Un service entre public et privé

Soumises à l’approbation du conseil, ces deux nouvelles mesures n’ont pas obtenu l’unanimité. L’opposition s’est abstenue. « Même si nous sommes au-dessus du standard national, nous souffrons d’un manque de places. L’accueil des jeunes enfants, et les emplois qui en découlent, contribuent néanmoins à l’attractivité du territoire. Ce service doit être public et non une aide publique apportée au secteur privé », a souligné Martine Contie, pour le PCF.

« Une polémique stérile » a estimé Frédéric Soulier, président de l’agglomération. « Quant aux points de tension, nous avons mis le doigt sur un élément essentiel : les assistantes maternelles. Si on veut voir ce métier disparaître, on ne fait rien et on garde le silence. Ils seront pour nous au cœur de l’attractivité et au cœur de la réponse aux besoins de notre territoire. C’est un pari. Et nous sommes sur la bonne voie pour retrouver l’offre qui était celle de 2013», a assuré le président de l’agglomération.

Retrouvez le niveau de l’offre 2013

Après avoir connu une baisse jusqu’en 2018, l’offre d’accueil devrait continuer à se développer sur le territoire de l’agglomération, passant de 1 722 agréments fin 2023, à 1 813 en 2024. Les perspectives sont également au vert avec la création espérée de 71 nouvelles approbations collectives et 31 individuelles à venir. A cela s’ajoutent deux nouvelles crèches qui devraient voir le jour à Brive : la crèche des armées (39 agréments) et une crèche privée en centre-ville (20 agréments).

Du côté du MAM, outre les six maisons d’accueil d’enfants déjà existantes, « trois autres sont en passe d’ouvrir (à Saint-Solve, Ussac, Larche) et trois autres sont en projet plus ou moins avancé, à Juillac, Brive et Objat», précise le rapport.

« Il faut aider les jeunes parents » : Brignac-la-Plaine aura sa crèche (novembre 2022)

Pierre Vignaud

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Le président Javier Milei reçu à l’Élysée au milieu d’un scandale alimentaire
NEXT L’acteur Donald Sutherland, figure de The Bastard Twelve et The Hunger Games, est décédé