Refusée par PRAIDA, une famille de demandeurs d’asile originaires du Nigeria dormait dans le métro

Refusée par PRAIDA, une famille de demandeurs d’asile originaires du Nigeria dormait dans le métro
Refusée par PRAIDA, une famille de demandeurs d’asile originaires du Nigeria dormait dans le métro

Refusés par les logements temporaires prévus par le gouvernement pour les accueillir, les demandeurs d’asile – et un nombre croissant de familles – sont contraints de dormir dans la rue. C’est ce qui est arrivé à Henry Aguamba et son épouse Tessy, originaires du Nigeria, qui ont passé la nuit du 29 au 30 avril devant la bouche de métro Bonaventure avec leurs trois enfants dont l’aîné est en fauteuil roulant. roulant.

” Il a beaucoup plu. Les enfants frissonnaient de froid et moi aussi, mais je ne voulais pas qu’ils le voient », a-t-il déclaré. Devoir Tessy Aguamba fond en larmes.

Arrivée à Montréal le 28 avril, la famille, titulaire d’un visa de visiteur, a préféré attendre et passer une première nuit dans un hôtel, terrifiée à l’idée d’être immédiatement renvoyée sur un vol si elle demandait l’asile à l’aéroport. L’aîné, âgé de 10 ans, est devenu paraplégique l’été dernier, après avoir reçu une balle dans la colonne vertébrale lors d’une attaque de bandits alors que la famille se rendait à Abuja pour récupérer ses visas. à l’ambassade.

Au lendemain de leur arrivée à Montréal, n’ayant ni argent ni parents, les Aguamba frappent à la porte du YMCA du centre-ville, l’un des centres d’hébergement du Programme régional d’accueil et de développement. d’intégration des demandeurs d’asile (PRAIDA) géré par Québec. Mais le couple et leurs trois enfants, âgés de 3 à 10 ans, ont été refusés, n’ayant aucun justificatif de leur demande d’asile.

Le personnel du bureau montréalais d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) les a orientés vers le site Web pour remplir une demande. La nuit est tombée. Ils l’ont emmenée dehors. “Nous n’avions plus d’espoir”, a déclaré Henry Aguamba, la gorge nouée par l’émotion.

Un bon Samaritain, qui les a trouvés trempés et froids au petit matin, les a emmenés au Collectif d’Accueil. « Est-ce ainsi que nous accueillons les gens ? » » raconte Maryse Poisson, intervenante pour cet organisme qui vient en aide aux nouveaux arrivants.

C’était la deuxième famille en une semaine qui venait la voir pour refus d’hébergement de PRAIDA. « Et nous en avons eu d’autres. Un père et ses deux enfants ont dormi quatre jours sur le trottoir devant les bureaux de PRAIDA », raconte M.moi Poisson.

Pas de reconnaissance, pas de services

Toute personne qui ne demande pas refuge directement à un agent frontalier à l’aéroport n’a pas accès aux services et à l’hébergement temporaire des gouvernements provincial et fédéral.

Mais lorsqu’elles sont ensuite déposées dans un bureau d’IRCC, les demandes d’asile dites « internes » impliquent de remplir de longs formulaires en ligne sur le portail d’IRCC et d’autres procédures complexes, difficiles à accomplir sans assistance juridique.

Une fois la demande envoyée, il faut compter plusieurs jours, parfois quelques semaines, avant d’obtenir un accusé de réception. Et c’est là que réside le problème : sans cette précieuse clé, les portes des services gouvernementaux, y compris du logement, restent fermées.

Cela nous inquiète, car il s’agit d’un service public, financé par le ministère de la Santé du Québec, et apparemment, il choisit de laisser les familles dehors de manière injuste et cruelle.

« À cause des délais, ils passent entre les mailles du système », a constaté Florence Bourdeau, coordonnatrice du Regroupement des organismes en hébergement des personnes migrants (ROHMI). « Il y a des trous dans le parcours. On ne comprend pas toujours quels sont les critères PRAIDA, pourquoi certaines personnes sont acceptées et pas d’autres. »

Maryse Poisson trouve « choquant » que de plus en plus de familles se retrouvent sans abri. « Je ne peux pas croire que les gouvernements ne puissent pas faire d’exceptions pour les familles avec enfants », a-t-elle déclaré.

Organismes complets

Avec une trentaine de lits pour migrants, l’association du Pont affiche actuellement complet, mais son responsable, Arthur Durieux, se dit régulièrement contacté par d’autres associations. « Au moins une fois par semaine, on m’appelle pour me demander si j’ai de la place pour une famille qui est dehors. »

Il déplore que malgré plusieurs plaidoyers, PRAIDA soit restée de marbre. «Il n’y a pas d’ouverture», a déclaré M. Durieux. « Cela nous préoccupe, car il s’agit d’un service public, financé par le ministère de la Santé du Québec, et apparemment, il choisit de laisser les familles dehors de manière injuste et cruelle. »

Hormis l’hébergement temporaire du gouvernement, peu d’options s’offrent aux demandeurs d’asile en attente d’un accusé de réception d’IRCC. La Ville de Montréal ne dispose d’aucun refuge pour les demandeurs d’asile.

De nombreux immigrants se retrouvent dans des refuges d’urgence pour sans-abri. « Nous avons eu le cas d’une femme enceinte de 6 mois qui a été refusée par PRAIDA et envoyée dans un refuge rempli de personnes toxicomanes et ayant des problèmes de santé mentale. Quand on parle d’intégration, ce n’est pas idéal», a soutenu Florence Bourdeau du ROHMI.

Qui paye ?

Grâce au Welcome Collective et à la pression des acteurs locaux, les Aguamba ont pu déposer rapidement leur demande d’asile et obtenir un accusé de réception. La famille a finalement été acceptée par PRAIDA.

Mais entre-temps, c’est l’organisme communautaire qui payait de sa poche pour nourrir et loger la famille. « Nous ne laisserons jamais un enfant à la rue et nous avons toujours payé un hôtel s’il le fallait, mais nous n’avons pas la capacité de remplacer les services gouvernementaux », insiste Maryse Poisson.

PRAIDA, qui dit afficher complet avec 1.132 lits occupés sur 1.150, a confirmé à Devoir que sans accusé de réception, aucun hébergement n’est possible. Il faut également être nouvellement arrivé et sans ressources financières pour y avoir accès. IRCC indique également que l’accusé de réception est obligatoire, mais rappelle avoir investi près d’un milliard depuis 2017 pour l’hébergement temporaire des demandeurs d’asile, et presque autant pour les trois prochaines années.

A voir en vidéo

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV La princesse Lalla Hasnaa inaugure le parc historique Lahboul à Meknès après sa rénovation
NEXT Que se passe-t-il si je ne vote pas ? – .