deux juments au bord des vignes du Château Lapeyre

deux juments au bord des vignes du Château Lapeyre
Descriptive text here

Par Rédaction Le Républicain Langon
Publié le

8 et 24 mai à 11h50

Voir mon actualité
Suivre Le Républicain Sud-Gironde

Ce printemps, les vignerons Francis et Fabien Lapeyre du Château Lapeyre à Saint-Hilaire-du-Bois (Gironde), près de Sauveterre-de-Guyenne, ont choisi une méthode traditionnelle pour entretenir leurs jeunes vignes biologiques.

Plutôt que d’utiliser leurs machines agricoles, ils ont fait appel à Juliette Bourdot et son chevaux de trait pour atteindre le « décavation« .

« Nos usines de Castets n’ont que deux ans et il faut assurer leur bon enracinement qui peut atteindre jusqu’à 10 mètres, explique Fabien Lapeyre. Nos machines, aussi douces et précises soient-elles, compactent inévitablement le sol et empêchent les racines de se développer correctement. »

Deux juments au bord des vignes

Spécialiste de la traction animale, Juliette Bourdot de « Traits de Gaia » est intervenue auprès d’elle deux jumentsune Boulonnaise et un trait d’Auvergne pour réaliser cette opération physique, mais respectueuse des jeunes plants.

Cela a un prix, mais c’est un investissement pour l’avenir, pour nos enfants et nos petits-enfants, car une vigne a une durée de vie d’environ 40 ans.

Fabien Lapeyre

Qu’est-ce que la décavation ?

Le décavaillonnage consiste à retourner la terre au plus près des plants de vigne, afin de désherber et d’aérer le sol pour favoriser un enracinement profond. Réalisés à la main ou avec l’aide de chevaux, ces travaux préservent mieux la structure du sol.

En plus de ses services viticoles, forestiers et agricoles, Juliette Bourdot propose également d’animer des événements tels que mariages avec ses chevaux de trait.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon -.

#Français

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV L’ancien préfet de l’Oise Louis Le Franc confronté à deux morts dans des émeutes en Nouvelle-Calédonie
NEXT « La rue ne peut pas devenir un hôpital », affirme Valérie Plante