à Lacanau, une reconstruction à l’abri des regards

à Lacanau, une reconstruction à l’abri des regards
à Lacanau, une reconstruction à l’abri des regards

La répétition simulée du crime s’est déroulée à l’abri des regards, au pied des pins qui bordent la route de l’Atlantique. Ce mercredi, environ trois kilomètres de la départementale 6 entre Le Moutchic et Lacanau-Océan ont été fermés au public par un important dispositif de police.

Dans le cadre de l’information judiciaire sur l’assassinat de Nicolas Ribes, retrouvé dans son…

La répétition simulée du crime s’est déroulée à l’abri des regards, au pied des pins qui bordent la route de l’Atlantique. Ce mercredi, environ trois kilomètres de la départementale 6 entre Le Moutchic et Lacanau-Océan ont été fermés au public par un important dispositif de police.

Dans le cadre de l’information judiciaire sur l’assassinat de Nicolas Ribes, retrouvé dans sa voiture calcinée en mars 2023, une reconstitution des faits a été organisée dans la matinée. Gendarmes et policiers municipaux ont dû fermer la voie dans les deux sens de circulation afin de figer les lieux du drame et permettre au juge d’instruction de travailler sereinement afin de déterminer dans quelles circonstances cet habitant de Saint-Aubin-de-Médoc, âgée de 56 ans, avait été tuée. Ce qui laissait penser à un dramatique accident de la route s’est finalement transformé, au fil des investigations, en un meurtre au scénario diabolique, après la découverte par les enquêteurs de deux coups de pistolet touchés et de traces d’essence dans l’incendie du véhicule.

Arrêté en octobre dernier, l’assassin présumé, âgé d’une cinquantaine d’années, a volontiers participé à cette reconstitution d’environ deux heures, dirigée par le juge d’instruction Guillaume Cotelle, premier vice-président chargé de l’enquête devant le tribunal judiciaire de Bordeaux, en présence d’adjoints au public. le procureur Olivier Étienne. « Très touché, il s’est montré coopératif dans la mesure de ses capacités », explique sobrement son conseil, Maître Nicolas Richardoz, l’un des avocats présents. Son client, un agent de sécurité, aurait reconnu les faits en garde à vue l’automne dernier avant d’être mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire.

L’homme n’aurait pas pu tolérer la séparation d’avec son ancienne compagne et la relation qu’elle entretenait avec la victime. Le 11 mars 2023, il aurait suivi en voiture son rival amoureux, qui, à la suite d’une collision ou d’une perte de contrôle – il faudra que l’enquête le détermine – serait allé s’enrouler autour d’un arbre en bordure de la D 6. puis s’est arrêté pour lui tirer dessus avec une arme de poing, tirant deux balles, avant de mettre le feu à la voiture.


La reconstitution des faits s’est concentrée sur les derniers instants du drame, sur la D 6, entre Moutchic et Lacanau-Océan.

Archives Julien Lestage

Ce mercredi 29 mai, la reconstitution s’est concentrée sur les derniers instants du drame, sans commencer au casino de Lacanau-Océan, où la course-poursuite aurait commencé. Pour les magistrats, il s’agissait notamment de comparer la version de l’assassin présumé avec les éléments matériels du dossier. Un expert en automobile et accident était présent pour vérifier si sa voiture avait heurté ou non le véhicule de la victime et, si oui, dans quelles circonstances. Cette expertise devrait être soumise dans quelques semaines au juge d’instruction afin de mieux comprendre le déroulement des événements.

Le classement de l’instruction de l’affaire pourrait intervenir à la fin de l’année et un procès serait alors programmé devant la cour d’assises de la Gironde au cours du premier semestre 2025. L’accusé qui devra répondre d’assassinat risque la réclusion à perpétuité.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Un duel de buteurs palpitant
NEXT Une interview vertieft die Gräben – .