Le premier ministre a-t-il raison de dire que le campement de McGill est « illégal » ? Un expert s’exprime

Le premier ministre a-t-il raison de dire que le campement de McGill est « illégal » ? Un expert s’exprime
Descriptive text here

Le premier ministre François Legault a-t-il raison d’affirmer que le campement pro-palestinien sur le campus de l’Université McGill est illégal ? Selon un constitutionnaliste, la réponse mérite d’être nuancée.

• Lire aussi : Campement pro-palestinien à McGill : François Legault persiste et signe

En entrevue à TVA Nouvelles, Patrick Taillon a précisé d’entrée de jeu que la constitution compliquait la réponse à cette question.

« Les règles de l’Université McGill ne permettent pas l’installation de camps. À cet égard, il y a une violation de certaines règles de droit. De plus, il y a dans la Constitution, qui est au-dessus des lois et des règlements (…), là nous consacrons notre attachement à la liberté d’expression, comme un idéal qui doit guider l’interprétation de tous les vestiges», a expliqué le professeur de l’Université Laval.

M. Taillon admet qu’il est difficile dans le contexte de « voir clair ». « Les juges procèdent toujours à des évaluations contextuelles. »

Le premier ministre a-t-il le droit d’intervenir?

Toujours selon le constitutionnaliste, François Legault ne s’est pas trompé en donnant son avis sur le camp McGill. Cependant, en tant que Premier ministre, il est « quelque peu soumis à un devoir d’exemplarité dans ses relations avec les autres institutions ».

“Sa déclaration n’était pas nécessaire (…) on est plutôt dans l’ordre des déclarations maladroites”, selon lui.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Une automobiliste de 76 ans décède au volant de son véhicule à Cours (Rhône)
NEXT Antoine Kombouaré salue le parcours des Brestois