reportage du couple néo-zélandais de Clermont, Pita-Gus Sowakula et Toka Natua

Installés à Clermont depuis quatre mois, Pita-Gus Sowakula et Toka Natua nous ont ouvert les portes de leur maison. Entre adaptation aux coutumes françaises et changement radical de vie, le couple semble vivre en harmonie en Auvergne.

Une maison en bois, les cris d’une petite fille, une voiture marquée « Armée Jaune » devant la boîte aux lettres. Pita-Gus Sowakula et Toka Natua vivent paisiblement au milieu de ce quartier pavillonnaire de Cébazat (Puy-de-Dôme), à ​​quelques kilomètres de Clermont-Ferrand. A l’intérieur, les jouets de Lavenia, leur fille de deux ans, parsèment les carreaux du cocon des deux Néo-Zélandais, soutenant également une guitare. « Il est rangé dans son étui mais je l’utilise souvent, la musique est ma deuxième passion après le rugby. Quand on reçoit du monde à la maison, notamment des Fidjiens, je le joue presque à chaque fois en chantant ! sourit Pita-Gus Sowakula, devant sa fille tenue sur les genoux de sa femme. « Elle a le caractère de ma sœur et de la grand-mère de Pita ! Mais elle est un peu plus proche de Pita, elle est très souriante et elle fait toujours des blagues, même si elle peut être bruyante parfois ! dit la mère. Du calme, malgré tout, le « couple de rugby » s’acclimate semaine après semaine à sa nouvelle vie en Auvergne. « Je dois être à la salle de musculation de l’ASM à 8 heures du matin, donc je me réveille avant mon conjoint et ma fille, et je leur prépare souvent le petit-déjeuner » continue PGS. « Et le soir, je m’entraîne avec les filles de Romagnat, donc il cuisine souvent. Son plat préféré est le poulet avec du riz ou le porc, mais je dois admettre qu’il ne cuisine pas trop mal ! plaisante Toka Natua. Ensemble, les deux Néo-Zélandais ont trouvé leurs marques quatre mois après leur installation définitive aux portes de Clermont-Ferrand.

Sowakula est arrivé au milieu des volcans en octobre dernier, en provenance des Waikato Chiefs, alors que le pilier de l’ASM-Romagnat n’est arrivé qu’en décembre. Une période de deux mois marquée par le choc climatique du premier, et l’organisation précise du second. « Mon partenaire et ma fille me manquaient beaucoup, surtout quand j’étais dans un petit appartement pendant les deux premières semaines, mais dès que j’ai eu la maison, j’étais mieux. Je me projetais davantage avec eux, et le temps se rapprochait. J’ai aussi passé l’anniversaire de Lavenia et le mien seule à Clermont, en plus il faisait un peu froid (rires), j’ai mis deux ou trois vestes pour me motiver pour aller m’entraîner ! murmure le féroce numéro 8. « Pour moi, c’était plus facile parce que j’avais toute ma famille et notre fille en Nouvelle-Zélande. J’étais vraiment concentré sur le déménagement et l’emballage de nos affaires. Cela m’a occupé l’esprit mais nous savions que ce n’était qu’une attente de deux mois et que tout serait plus simple en arrivant à Clermont. se souvient l’ancien graphiste.

Pita-Gus Sowakula, aux côtés de sa fille, Lavenia.
Clément Labonne

Toka ? C’est la chef de la maison, elle gère tout !

L’annonce de la signature du couple international a été surprenante. Le 12 décembre 2022, Clermont annonce la double arrivée de Toka Natua, 21 sélections avec la Nouvelle-Zélande, et de Pita-Gus Sowakula, deux sélections avec les All Blacks. Bien avant l’officialisation, le puissant troisième ligne avait mis un point d’honneur à venir avec son épouse, et qu’elle puisse jouer avec les champions de France 2021. Un an et demi après les premiers contacts, Toka Natua raconte le parcours du deal. « Pita était très heureux de recevoir cette opportunité car il connaissait déjà Peceli Yato et Jono Gibbes à l’époque. Avec Jono, ils s’étaient connus à Waikato, tout a commencé à partir de là en fait, et pour ma part, j’avais « tout accompli en Nouvelle-Zélande en tant que rugbyman. Je voulais vivre une nouvelle aventure avec Pita, mais quitter ma famille a probablement été la partie la plus difficile de notre départ. se souvient le champion du monde 2017. « Lors des négociations, l’ASM m’a demandé si Toka voulait toujours jouer, je leur ai répondu : “bien sûr, pouvez-vous l’intégrer dans l’équipe Romagnat ?” et c’est arrivé comme ça.

Contrairement à beaucoup de ses coéquipières, la Néo-Zélandaise ne travaille pas en dehors du rugby et « admire » celles qui doivent jongler entre le ballon ovale et le travail. En se concentrant entièrement sur sa carrière sportive, l’ancienne joueuse de Waikato s’occupe davantage de Lavenia tout en donnant des orientations au sein de la maison. « Toka est la tête du couple, elle dirige tout ! Elle me dit toujours quoi faire dans la maison ou avec le petit, elle est très directive ! sourit le colosse au sourire éternel, qui apprécie plus que tout sa nouvelle vie dans le Puy-de-Dôme. « Madame » Sowakula énumère les différences par rapport à leur ancienne demeure, au pays du long nuage blanc « C’est beaucoup plus calme ici. En Nouvelle-Zélande, il y avait des bagarres, des gens dans les voitures crissaient leurs pneus et des gens criaient presque tous les soirs. En plus, nous vivions chez mes parents donc il y avait beaucoup de bruit même à l’intérieur de la maison (rires) ».

Toka Natua a marqué un essai lors de la finale de la Coupe du monde 2017 contre l’Angleterre.
PA Images / Icon Sport – Brian Lawless

L’intégration du rugby à finaliser

Et le rugby, au milieu de la tranquillité auvergnate ? Le pilier et le numéro 8 ont le point commun de s’intégrer doucement mais sûrement dans leurs clubs respectifs. Bien qu’il ait joué en novembre, contre Bayonne, Pita-Gus Sowakula a été freiné par la règle du Jiff et le niveau de jeu toujours surprenant de Fritz Lee. Mais depuis le début de l’année 2024, « PGS » joue davantage et monte en puissance semaine après semaine. L’ancien Waikato Chief doit avant tout s’adapter à un rugby plus dur, systémique et stratégique. « J’avais l’habitude d’avoir plus d’espace en Nouvelle-Zélande et de jouer un peu plus avec instinct. Ici c’est beaucoup plus direct, on doit faire nos tâches, le plan de jeu est très strict, j’ai parfois du mal à rester concentré sur notre stratégie pendant les matchs, mais je m’adapte ! Elu homme du match face aux Cheetahs en huitièmes de finale de Challenge Cup, le Néo-Zélandais a reçu les éloges de son partenaire… qui reste cependant perfectionniste.

« Il a fait un bon match, mais il aurait pu éviter quelques attaquants pour faire encore mieux ! Le week-end, nous discutons de nos matchs parce que le rugby, c’est notre vie, mais nous ne tenons pas de carnets de statistiques comme nos entraîneurs (rires).» Toka Natua a été jeté dans le grand bain en janvier suite à des blessures au poste de pilier. Un baptême du feu plutôt réussi, à Montpellier, même si elle avoue avoir été loin de son niveau international. « Je n’étais vraiment pas en forme, je ne m’attendais pas à jouer si tôt mais le match s’est bien passé, je pense avoir bien respecté les consignes des entraîneurs. Je continue à être de plus en plus en forme. Mais c’est drôle parce qu’à l’entraînement certaines filles me disent « Toka, pas trop fort s’il te plaît ! donc je pense que je prends de l’ampleur !

Pita-Gus Sowakula a excellé en Champions Cup, notamment en finale contre les Cheetahs et l’Ulster.
Icon Sport – Baptiste Fernandez

Je vais courir au Puy-de-Dôme cet été, Christophe (Urios) sera content !

Le couple international profitera de la fin de saison, mais surtout de la trêve estivale, pour peaufiner son intégration. Entre fin juin et début septembre, le couple international a également prévu de visiter les volcans d’Auvergne pour prendre l’air avant leur deuxième saison en jaune et bleu. « Je ne les ai pas encore visités mais je compte y aller cet été. Je vais y courir, Christophe (Urios) sera content, ce sera bien pour la préparation physique (rires) !. Autre défi de taille : l’adaptation à la culture française et à ses habitants. « Depuis que nous sommes à Clermont, le quartier est très calme et les voisins sont adorables avec nous, ils nous demandent souvent si nous avons besoin d’aide ». Pour s’intégrer plus vite, Pita-Gus Sowakula invite souvent ses coéquipiers d’origine fidjienne (Peceli Yato, Viliame Tutuvuli, Alivereti Raka) à partager des moments précieux, autour du fameux kava, la boisson traditionnelle du pays. « C’est très important pour nous. On crée une petite communauté un peu comme les Argentins ou les Australiens à Clermont, on parle fidjien à ces heures-là, la compagne de Peceli s’occupe aussi de notre fille parfois le week-end. se termine, c’est vraiment apprécié”. Si le couple a encore du mal à manier la langue de Molière, les deux Néo-Zélandais tentent en priorité de comprendre leur personnel, et de s’adapter aux coutumes françaises.

« Je comprends de plus en plus Christophe (Urios), surtout quand il s’énerve ! Pas besoin de beaucoup d’explications (rires), mais heureusement il nous parle un peu anglais pour nous aider à comprendre. comprendre quand c’est plus calme » sourit « PGS », rejoint par son compagnon. « J’aime mon équipe, les filles sont tellement accueillantes, même si je dois encore m’habituer à dire bonjour individuellement. En Nouvelle-Zélande, nous crions simplement « salut ! » à tout le monde et c’est bon ! Ici, tout le monde s’embrasse ou se serre la main, c’était vraiment un choc culturel au début, mais je m’adapte semaine après semaine ! A l’arrière de la maison du couple Natua-Sowakula, de nouvelles planches de bois sont prêtes à être installées, pour changer la façade. « On attend encore un peu avant de les installer, certaines parties de la façade sont usées, et on a vraiment envie de se sentir bien chez soi » explique le colosse clermontois. Que séjourner durablement en terre Arverne ? « Les contrats sont tellement courts dans le rugby qu’on ne peut rien prévoir sur dix ou quinze ans, mais pourquoi pas !

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV le port de Nonsard récompensé par le Pavillon Bleu par Teragir
NEXT La médiation, un outil prometteur pour une justice plus efficace au Sénégal