« Ils ruinent 40 ans de carrière »

« Ils ruinent 40 ans de carrière »
« Ils ruinent 40 ans de carrière »

Par Julien Damboise
Publié le

1er 24 mai à 6h36

Voir mon actualité
Suivez l’actualité lyonnaise

La Direction départementale de la protection des populations (DDPP) du département du Rhône multiplie depuis plusieurs mois ses interventions dans la métropole de Lyon, désormais avec l’aide d’une entreprise privée. Quoi ébouillanter restaurateurs.

Parmi les fermetures administratives récentes, celle du restaurant italien Toto Li Vigni, situé au cœur du quartier Montchat dans le 3e arrondissement de Lyon. Un établissement membre de la célèbre association Toques Blanches Lyonnaises, qui est de son côté restée silencieuse face à la crise.

“S’ils me ferment pour ça, ils doivent fermer tous les restaurants de Lyon”

Les services d’hygiène avaient notamment constaté la présence de blattes, la « dilution des locaux de préparation » ou encore le « non-respect des températures de conservation des aliments » et « la possession d’aliments périmés » et leur « manque de traçabilité ».

Ce mardi 30 avril, Actu Lyon est allé rencontrer le patron Toto Li Vigni. Ce dernier se défend, tout en reconnaissant des fautes : « Nous avons eu un problème de cafards qui a été réglé l’été dernier. Là, quand le DDPP est arrivé, un seul cafard mort a été retrouvé au fond d’un chauffe-assiette, dans un endroit inaccessible. S’ils me font fermer pour ça, ils devront fermer tous les restaurants de Lyon ! »

L’appareil dans lequel les services d’hygiène ont découvert un cafard il y a 15 jours. (©Julien Damboise / actualité Lyon)

30 000 euros de chiffre d’affaires perdus en 15 jours

Le patron déplore avoir perdu 30 000 euros de chiffre d’affaires en 15 jours, tout en ayant dû jeter « plus de 1 500 euros de nourriture » à la poubelle.

Toto est également très mécontent de la manière de faire des autorités, qui oblige les gens à afficher l’ordre de fermeture au recto du restaurant. Et les commentaires acides des internautes sur les réseaux sociaux qui se succèdent.

C’est scandaleux. Psychologiquement, tu te sens comme une merde. Aussi, ce qui me fait mal, c’est d’être comparé à d’autres établissements fermés. Je n’ai rien à voir avec les autres. Nous ne sommes pas tous blancs, mais nous n’avons jamais empoisonné personne !

Toto Li Vignirestaurateur

Une exigence, en partie partagée par Thierry Fontaine, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie du Rhône (Umih), qui appelle à « en finir avec la dénomination et la honte, mais plutôt à bien le faire, sans donner les noms des restaurants, pour éviter lancer des noms au grand jour sur les réseaux sociaux, à la limite du harcèlement.

Vidéos : actuellement sur Actu

Toto Li Vigni, de son côté, a en tout cas réouverture prévue ce jeudi 2 mai le soir, et compte notamment sur la présence de sa clientèle habituelle.

Toto Li Vigni au bar de son restaurant sans clients ce mardi 30 avril 2024. (©Julien Damboise / actualité Lyon)

Le secteur privé s’implique

Pour Thierry Fontaine, la vague de contrôles dans le Rhône est liée à deux choses : « D’abord les Jeux Olympiques, et la volonté de dégager la voie aux restaurateurs avant l’arrivée des touristes, mais aussi la délégation de service public ce qui permet à l’État de lancer des appels d’offres pour effectuer les contrôles.

En région Auvergne-Rhône-Alpes, Bureau Veritas Exploitation a été choisi « pour réaliser des contrôles dans le secteur de la vente directe aux consommateurs, ainsi que pour des contrôles de l’efficacité des retraits et des rappels suite à l’alerte sanitaire ».

Le patron des hôteliers du département voit d’un mauvais oeil cet accord donné à un l’entreprise privée : « Ils ont, parmi les personnes qu’ils contrôlent, certains de leurs clients. En effet, ils effectuent également les contrôles électriques et acoustiques, ainsi que tout ce qui concerne les moyens de secours (désenfumage, incendie…). Et ce sont les établissements qui payent ces contrôles. Veritas va donc parfois aller contrôler des établissements qui les rémunèrent pour d’autres services. C’est un peu un conflit d’intérêts.

Les chiffres du métier

La Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), grâce à ce partenariat, a donc multiplié les contrôles auprès des restaurateurs ces derniers mois.

Selon Thierry Fontaine, 900 contrôles avaient été effectués en 2023, contre « environ 560 contrôles depuis début 2024. Au total, « 8 % des établissements étaient fermés » ».

Un chiffre non négligeable, encore justifié par Thierry Fontaine : « Ce sont des lieux qui ont été ciblés. S’il s’agissait de contrôles aléatoires, le taux serait bien inférieur, je pense donc que nous sommes au plus fort des fermetures. C’est un peu comme un pompier qui vous dit : « J’ai éteint 10 incendies sur 20 appels ». »

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias préférés en vous abonnant à Mon Actu.

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV projets culturels et sportifs dans la Somme
NEXT surpris alors qu’il se masturbait devant une crèche, un homme reconnu coupable d’exhibition sexuelle