Un livre vieux de 1700 ans vendu 3,5 millions d’euros

Un livre vieux de 1700 ans vendu 3,5 millions d’euros
Un livre vieux de 1700 ans vendu 3,5 millions d’euros

Écrit au IIIe siècle à Alexandrie, le Codex Crosby-Schøyen permet de lire, à condition de déchiffrer le copte, le texte complet le plus ancien des livres de Jonas et de Pierre. Ces pages de papyrus constituent ce qui est considéré comme l’un des livres les plus anciens encore en circulation, reliés en Égypte il y a des siècles et désormais présentés entre plusieurs feuilles de plexiglas.

Il compte aujourd’hui 51 pages, complètes ou partielles, sur les 68 que proposait l’ouvrage complet. Chacun d’eux présente un texte rédigé en grande écriture, sur deux colonnes, par le même scribe.

Manuscrit mystérieux

Sa découverte remonte au milieu du XXe siècle, en Egypte : le Codex Crosby-Schøyen faisait alors partie des trouvailles désignées sous le surnom de «Papyrus Bodmer», du nom du bibliophile suisse Martin Bodmer (1899-1971), qui a acquis la majorité de ces pièces historiques.

Le lieu d’origine du Codex Crosby-Schøyen reste sujet à discussion, puisque l’acquisition de ce manuscrit par Bodmer, en Egypte, n’avait pas fait l’objet d’un véritable enregistrement. Selon Odile Bongard, secrétaire de Bodmer qui a réalisé de nombreuses acquisitions pour son compte, le vendeur de la pièce, Phocion Tano, aurait localisé sa découverte dans une tombe souterraine, près d’Assiout, sur la rive ouest du Nil.

Le document changea plusieurs fois de mains, retournant notamment à l’Université du Mississippi grâce à la générosité de Margaret Reed Crosby, avant qu’une acquisition de fragments épars par Martin Schøyen ne permette de restaurer la pièce. Il est aujourd’hui désigné « Codex Crosby-Schøyen » pour saluer l’action de ces deux donateurs…

La pièce s’est vendue 3,06 millions de livres sterling, soit un peu plus que son estimation haute.

Une collection appréciée

L’ensemble de la vente menée par Christie’s s’est concentrée sur la dispersion d’une partie de la collection Schøyen, avec d’autres pièces particulièrement remarquables.

La vente s’est soldée par un résultat total de 7,5 millions de livres sterling, soit 8,8 millions d’euros. Parmi les 60 lots proposés, le Codex Crosby-Schøyen trône en majesté, devant le Codex Sinaiticus Rescriptus, datant du VIe siècle et estimé entre 1 et 1,5 M£ (1,16 et 1,7 M€), finalement remporté pour 1,2 million de livres sterling.

La Bible hébraïque de Holkham, évaluée quant à elle entre 1,5 et 2,5 millions de livres sterling (entre 1,7 et 2,9 millions d’euros), n’a pas trouvé preneur. Écrit au XIIIe siècle en Espagne, il fut la propriété de Thomas Coke au XVIIIe siècle, avant de passer 200 ans dans l’une des plus grandes demeures seigneuriales anglaises, Holkham Hall.

Photographie : le Codex Crosby-Schøyen (crédits Christie’s)

 
For Latest Updates Follow us on Google News
 

PREV Arabe confus, un livre de Sofiane Si Merabet (Belfond) – .
NEXT Louis Sarkozy présente son livre « La Bibliothèque de Napoléon » chez Bonjour Books DC – .